La Chine a musclés, escroqué, victime d'intimidation, saisi, extorqué, et feint son chemin vers le sommet de la chaîne d'approvisionnement mondiale au cours des vingt dernières années.

Il n'a pas fallu prisonniers juste part de marché, propriété intellectuelle, et des libertés dans l'évaluation de sa monnaie. Il a utilisé un énorme excédent commercial pour acheter des actifs étrangers, entreprises étrangères coralled dans des coentreprises avec des entreprises chinoises où ils ont perdu leur technologie au partenaire chinois, et a donné juste assez pour tenir les étrangers à rêver dans l'esprit de leurs règlements de-commerciaux censés leur juste part de l'énorme marché chinois.

Avec le président d'hébergement Donald Trump dirigeant chinois Xi Jinping à sa station Mar-a-Lago à Palm Beach, Floride, aujourd'hui, beaucoup attendent de voir si cette dynamique sera combattu contre. Trump a parlé dur de la Chine tout au long de sa campagne. Alors que les administrations précédentes ont tenté d'engager et de dialogue avec la Chine, une approche qui disent des groupes d'affaires a largement échoué, cette administration a promis de jouer dur.

Et pour une bonne raison, selon un rapport de la Fondation pour la technologie de l'information et l'innovation (ITIF), à Washington, C.C. innovation à base non partisane réflexion. « La Chine a doublé ses bas sur les stratégies d'innovation mercantiliste, recherche la domination mondiale à travers un large éventail d'industries avancées qui sont essentielles pour U.S. les intérêts économiques et de sécurité nationale,» Le rapport.

pour la Chine, contrairement aux États-Unis, la croissance n'est pas la vraie question. Plutôt, la croissance et la stabilité économique ne sont importants en ce qu'ils aident le Parti communiste chinois (CCP) maintenir son emprise sur le pays.

Les citoyens chinois échapper à la pauvreté, et renforcement de la concurrence internationale dans les secteurs de haute technologie, sont de bonnes choses. Mais pour le PCC, la prospérité de son peuple est un simple arrière-pensée; la notion de commerce équitable une curiosité. Son regard est fixé sur sa propre survie, avec tout le reste étant nantissements, faux frais, et extras.

Pour citer l'ancien représentant commercial des États-Unis Charlene Barshefsky, les Etats Unis. « Doit repenser la façon dont elle engage avec la Chine. Nous avons ces très fantaisie dialogues il y a quatre d'entre eux et je caractériser ces dialogues avec la Chine comme la façon dont la Chine gère aux États-Unis, pas vraiment la façon dont le U.S. produit des résultats sur le terrain pour les entreprises et pour les exportateurs vers la Chine. » Barshefsky a parlé pendant un Mars 6 événement au Conseil des relations étrangères à New York.

Et si la Chine a repu sur les marchés avec peu de son chemin, mais des discussions bilatérales timides, difficiles à faire respecter les règles de l'Organisation mondiale du commerce, et une alliance occidentale en plein désarroi.

Y at-il un shérif en ville?

Des deux côtés de la pro- et le spectre anti-commerce, La plupart des experts semblent se mettre d'accord la Chine ne peut pas être laissé sans contrôle pendant une autre décennie. Il est maintenant à voir comment les Etats-Unis va jouer son rôle dans la communauté mondiale du commerce, tout en traitant avec le saccage des investissements chinois souvent hostiles dans U.S sensibles. marchés, le déséquilibre commercial dominant, et les signes en cours de manipulation des devises (bien que la Chine est passée de la sous-évaluation du RMB à étaiement vers le haut.)

Jusque là, aucun effort réel n'a été fait pour arrêter de Pékin sur sa frénésie de pillage, que ce soit de forcer le transfert technologique des entreprises occidentales qui veulent l'accès aux marchés, ou directement vers le haut vol sous la forme d'espionnage cybernétique. Face à cette réalité, la patience des Etats-Unis dans l'attente de la Chine à « apprendre à se comporter » a été déconcertant. Dans 2016 seul, 27 pays ont apporté 119 des sanctions commerciales contre la Chine. Le précédent U.S. cependant administrations, qui a vu la Chine rongent l'U.S. des parts de marché à travers une myriade de secteurs depuis l'ascension de l'OMC de la Chine dans 2001, est resté muet la plupart du temps.

La marche 16 par rapport ITIF souligne la faiblesse inhérente des règles de l'OMC qui ont été négociés entre 160 des pays: si un joueur n'a pas la bonne volonté de respecter les règles, peu peut être fait pour les appliquer. Le ITIF voit un rôle plus important à jouer par les assemblées législatives nationales lors de l'encrage des accords avec la Chine.

Mais alors que les outils pour agir contre le « mercantilisme de l'innovation » de la Chine pourrait ne pas avoir été parfait, les dispositions de l'OMC et U.S nationale. la réglementation ont en effet été mis en place tout au long de. La question reste à savoir pourquoi ils ont jamais été mis à utiliser.

Par exemple, invoquant des préoccupations au sujet de déferlement d'importations au moment de l'ascension de l'OMC de la Chine, Barshefsky a rappelé que l'U.S. « Inséré une disposition de la Chine seule qui a duré douze ans ... pour permettre au président d'arrêter unilatéralement les importations dans un secteur donné, si ces importations ont perturbé aux États-Unis » Elle a ajouté: « Le soulagement a été fourni qu'une seule fois. »

Barshefsky a fait remarquer qu ' « il craignait qu'il y aurait perte d'emploi; il y avait un mécanisme spécifique pour y faire face. Il n'a pas été utilisé. » La 12 prestation ans elle a fait référence à récemment expiré, afin que les nouveaux mécanismes devront être élaborés.

Son collègue Edward Aiden, a Bernard L. Schwartz senior fellow aux relations extérieures favorables au commerce think tank CFR, de son côté appelé à défaut des administrations précédentes pour déclencher la 1988 Loi sur le commerce extérieur «un désastre politique. » La loi stipule que si un pays se trouve à manipuler sa monnaie, négociations intenses sont à lancer, suivie de sanctions si les négociations échouent.

Cela souligne le rôle plus grand aux États-Unis pourrait jouer dans la régulation du marché mondial.

Sous la bannière de « Constructive, Alliance soutenu par Confrontation,» L'ITIF fait valoir que les États-Unis, comme le plus grand joueur du monde, devrait rassembler ses alliés comme l'Australie, Canada, Allemagne, l'Union européenne, Le Royaume-Uni, Japan, et la Corée du Sud et former un front contre la Chine.

Elle appelle à une coopération plus forte entre les Americains. secteurs public et privé pour lutter contre les abus, un plus « ciblée, ciblée, centralisée » approche en donnant plus de contrôle au gouvernement fédéral, et plus de ressources à l'U.S. Trade Commission.

De la carotte et le bâton

Depuis la nouvelle administration a pris les rênes, les premiers signes concrets du cours, il dirigerait en ce qui concerne le commerce a été un pas hors du Partenariat pour le commerce transpacifique (TTP), un accord entre 12 pays des deux côtés du Pacifique.

La Chine a été implicitement exclu de l'accord par des moyens techniques, et aurait été un désavantage dans la région en raison. Si elle voulait en, il aurait dû jouer selon les règles et respecter certaines rigoureuses administratives, la main d'oeuvre, normes environnementales et autres.

Si la Chine a réussi à entrer dans le TTP, toutefois, il aurait probablement été un autre fiasco à égalité avec l'ascension de la Chine à l'OMC. Si l'histoire nous enseigne quelque chose, accords commerciaux internationaux pour la Chine sont tout simplement des occasions de tirer profit et plier les règles.

Il y a des limites pratiques sur la surveillance et l'application de la conformité telles transactions, et le régime chinois est expert à la navigation de ces lacunes. Les Etats Unis. Chambre de commerce dans un récent rapport sur la politique industrielle de la Chine «Fabriqué en Chine 2025: Ambitions mondiales intégrées sur les protections locales,» Rend cela très clair.

« Un grand nombre des défis associés aux politiques pour l'industrie exemple de la Chine, les marchés publics, subventions, données, licence, et la sécurité nationale serait de traiter efficacement improbable par un traité d'investissement ou d'un accord, compte tenu des limites architecturales de ces accords « .

Maintenant, avec la carotte TTP disparu, il reste à voir si l'administration Trump est prêt à utiliser le bâton.

Quel que soit le cas, Peter Navarro, conseiller économique de l'administration Trump, n'a pas été jusqu'à présent mâcher ses mots quand il vient en Chine. Prendre la scène lors d'une conférence d'affaires, Navarro a fait allusion à une position beaucoup plus audacieux vers le déséquilibre commercial de la Chine et la manipulation monétaire.

Se référant à un accès inquiétant de la Chine aux segments sensibles du U.S. marché, il a dit, « Supposons que ce n'est pas un allié bénin acheter nos entreprises, nos technologies, nos terres agricoles, et notre chaîne d'approvisionnement alimentaire, et, finalement, le contrôle une grande partie de notre base industrielle de défense. Plutôt, il est militariser rapidement l'intention de rival stratégique sur l'hégémonie en Asie et bien sûr l'hégémonie mondiale ».

Si les Etats-Unis peuvent rallier ses partenaires derrière une nouvelle, pas de bêtises, axé sur les résultats du système commercial qui ne repose pas sur la confiance de la Chine promesses, L'impudence de Pékin peut enfin être contenu, et la stabilité est revenu au commerce mondial.

Read the full article here

Gordon Chang était un peu tôt quand il a écrit le livre « Le EFFONDREMENT IMMINENT de la Chine » dans 2001.

Il a prédit l'effondrement de l'économie chinoise et la chute du parti communiste dans les dix ans et sa prédiction est de quatre ans de retard.

However, les principaux arguments qu'il a fait dans le livre sont plus que jamais d'actualité que Chang continue à nous fournir une non censurée derrière les coulisses vue de l'économie politique chinoise.

Epoch Times a parlé à Chang sur une Chine superficielle stable 2017 et ce qui est à l'origine de la friction réelle sous la surface.

Epoch Times: La Chine a réussi à stabiliser son économie 2016, sera le régime en mesure de continuer à 2017?

Gordon Chang: La Chine semble solide, mais il est en fait faible. Il a dépassé le point de non-retour.

Ils ont mis en une quantité énorme de la dette, et ils ont fait stabiliser l'économie. Le secteur manufacturier est bénéficiaire; nous commençons à voir l'inflation. Mais le coût de cette situation est énorme. Il est la vieille tactique de l'utilisation de la dette pour générer de la croissance. Il montre le désespoir plus que tout.

Il y a des choses que la Chine devrait faire en ce qui concerne la réforme de 2017, mais ils ne l'auront pas fait à cause de l'impératif politique. Cette année, nous avons une demi-décennie un événement, le congrès du parti à l'automne de cette année, où ils seront soit annoncer un nouveau chef ou Xi Jinping reste dans le contrôle. C'est une critique.

Je pense qu'ils vont réussir la tenue de la ligne par le congrès du parti. Après ça, ils vont échouer.

Alors, ils vont essayer de tenir la ligne. Xi Jinping a sans relâche pris le portefeuille de l'économie de Li Keqiang. Il obtient le crédit, mais il obtient aussi le blâme. Il ne va pas vouloir voir un événement perturbateur majeur entre maintenant et le congrès du parti. Il devrait être évident, mais beaucoup de gens prennent en compte.

Je pense qu'ils vont réussir la tenue de la ligne par le congrès du parti. Après ça, ils vont échouer. Ils vont éviter des ajustements pour aussi longtemps qu'ils ont la capacité de le faire. Leur capacité à créer des emplois, tenant la fin de la croissance du PIB 7, toutes ces choses, ils vont essayer de faire.

Même si elle est de plus en plus au taux officiel, La Chine crée de la dette 5x plus rapide que le PIB supplémentaire. Pékin peut faire croître l'économie avec les villes fantômes et les chemins de fer à grande vitesse nulle part, mais ce n'est pas gratuit, ce n'est pas durable.

Après le congrès du parti, La Chine va aller en chute libre.

La seule chose qui peut changer l'économie chinoise est une réforme économique fondamentale. Mais ils se déplacent d'une manière régressive, Pékin stimule à nouveau. Il prend la Chine loin d'une économie de consommation, vers l'état, loin des entreprises privées.

La Chine ne va pas avoir un autre 2008, il va être un Chinois 1929.

Le rêve chinois veut un Etat fort, et ce n'est pas compatible avec la réforme du marché. Même si Xi étaient pour Libéraliser et le changement, il serait trop peu trop tard. Stimulus va augmenter les déséquilibres sous-jacents. Cela va rendre plus difficile à régler.

Epoch Times: Ce qui se passe sous la stabilité superficielle?

M. Chang: Regardez ce qui est arrivé l'année dernière, les sorties de capitaux étaient probablement plus élevés que 2015. Et 2015 était sans précédent, quelque part entre $900 milliards et $1 billion de dollars.

Le peuple chinois voir ce que les autres ont vu et il ne fait pas plus de sens. Ils voient l'économie ne se développe pas. Les gens sont préoccupés par la direction politique du pays, et les gens voient la fin est pas loin, afin qu'ils déplacent leur argent.

Les gens sont également quittent. Les jeunes Chinois ont utilisé pour venir en Amérique pour obtenir une éducation; puis ils sont rentrés. Maintenant, les enfants chinois reçoivent une éducation, ils essaient de travailler pour une banque d'investissement, et ils essaient de rester. Les choses ne sont pas aussi bien à la maison que Pékin maintient.

Pour arrêter les sorties de capitaux et maintenir la stabilité, ils ont mis en contrôle des capitaux draconiens à partir de Octobre, novembre 2016.

Ils ont mis des limites réelles sur investissements à l'étranger pour les entreprises et les multinationales. Ils peuvent le faire, mais combien de temps? Ce sont des gens disincentivizing à mettre de l'argent en Chine parce qu'ils ne savent pas qu'ils peuvent le prendre à nouveau. Malgré les contrôles, ils avaient des sorties de disques. Les sorties de capitaux au second semestre, lorsque les commandes ont commencé, étaient plus élevés que dans la première moitié.

Ils vont continuer à arranger les choses après le Congrès, mais ils ne seront pas avoir la possibilité de continuer le jeu. Le tout est une question de confiance, et il y a un manque de confiance en Chine.

Epoch Times: Ils utilisent aussi leurs réserves de change pour gérer le déclin de la monnaie. Le Fonds monétaire international (FMI) par exemple dit le $3 billion ils ont est suffisant pour faire fonctionner l'économie.

Gordon Chang: Ils peuvent vous donner un nombre, et vous ne savez pas que ce soit la bonne, tout comme le PIB. You cannot go to the State Administration of Foreign Exchange (SÛR) and look through their books. They can report anything, and you don’t’ know. They have a high incentive to fake that number.

We also know they have a synthetic short position because they are selling derivatives through the state banks. If you look at the estimates of foreign exchange reserves each month, they always outperform the surveys. China always outperforms, it doesn’t take a genius to figure out that the FX number can’t be right. Misreporting their FX reserve declines minimizes the problems, so people keep believing in the currency.

They can report anything, and you don’t’ know. They have a high incentive to fake that number.

So I think they don’t have the $3 billion. They have done the trick Brazil pulled in 2014 of selling derivatives instead of actual dollars. According to my sources, there’s $500 billion dollars still to be accounted for.

Then there are illiquid investments in the Chinese foreign exchange reserves, autour $1 billion. According to my estimates, you are then down to $1.5 trillion in usable money to defend the currency. The FX reserves aren’t as big and as liquid as Beijing wants them to be.

Epoch Times: So they will have to devalue sooner or later.

Gordon Chang: I don’t think they are going to devalue before the 19th party congress later this year.

Then they are going to devalue, but not as far north of eight [current rate is 6.9 per dollar] as it needs to be. The insufficient devaluation will shake confidence; people think it’s not enough, it has to be more. Finalement, someone is going to figure out that their reserve numbers are wrong. But the one thing they need to defend their currency is foreign currency.

Xi Jinping says the Chinese dream is a strong China. So he is responsible for everything and depreciation never benefits the Chinese consumers. They continue to make stupid decisions. It’s the political system; the political imperative is too strong. It would be too embarrassing to do wholesale reform. He wants to appear strong. They have always tried to prevent natural economic adjustments—by doing that they have made the underlying imbalances bigger.

Donc à la fin, La Chine ne va pas avoir un autre 2008, il va être un Chinois 1929.

Read the full article here

Iowa Governor Terry Branstad (L) meets with Chinese President Xi Jinping during a meeting in Beijing on April 15, 2013. Branstad has been selected by President-elect Donald Trump as U.S. ambassador to China. (ANDY WONG/AFP/Getty Images)Iowa Governor Terry Branstad (L) meets with Chinese President Xi Jinping during a meeting in Beijing on April 15, 2013. Branstad has been selected by President-elect Donald Trump as U.S. ambassador to China. (ANDY WONG/AFP/Getty Images)

NEW YORK—When Terry Branstad first met Xi Jinping in 1985, Branstad was governor of Iowa and Xi was an agricultural official in northern China. For two weeks, Xi stayed with a family in the town of Muscatine, an experience he fondly recalled when visiting Iowa and Gov. Branstad in 2012 as vice chairman of the Chinese regime.

Xi, now leader of China, will soon get to host Branstad in Beijing.

President-elect Donald Trump picked Branstad, 70, for the post of U.S. ambassador to China. The appointment of Branstad, a six-term governor who has maintained a cordial 30-year relationship with Xi, could prove pivotal for both the Trump and Xi administrations in the coming months.

Branstad and his wife Chris met Trump and his top advisers at Trump Tower in New York on the afternoon of Dec. 6.

“I’m really excited about the quality of people that he’s attracting to the Cabinet,” Branstad told reporters after an hour in Trump’s office. “I’m very proud to have supported Donald Trump for president.”

Chinese foreign ministry spokesman Lu Kang welcomed Branstad playing “a bigger role in advancing China–U.S. relations” when asked about the Iowa governor’s likely appointment in a regular press briefing le déc. 7.

Branstad is an “old friend of the Chinese people,» A dit Lu. The feeling might be mutual: Branstad has led four trade missions to China in the past six years and maintains good relations with Xi, whom he called a “long-time friend” when Xi visited Iowa in February 2012.

Branstad is also a friend of Trump. He worked very actively on Trump’s behalf in the general election, and his son, Eric Branstad, managed Trump’s campaign in the state. Trump carried the state with 51 percent of the vote, versus 42 percent for Hillary Clinton.

Iowa Gov. Terry Branstad meets Chinese leader Xi Jinping in Beijing on April 15, 2013. (Andy Wong-Pool/Getty Images)

Iowa Gov. Terry Branstad meets Chinese leader Xi Jinping in Beijing on April 15, 2013. (Andy Wong-Pool/Getty Images)

Trump’s selection of Branstad for the most important diplomatic position to China suggests that the president-elect is keen to keep negotiating channels open with Beijing, rather than adopt a wholly confrontational attitude as might be interpreted from his social media posts, his proposed trade policies, and his accepting a phone call from Taiwan president Tsai Ing-wen.

Trump has accused the Chinese regime of currency manipulation via Twitter and stated in a policy paper that he has “zero tolerance” for the Chinese regime’s cybertheft of U.S. commercial secrets. During the election, Trump said he plans to impose tariffs on Chinese goods coming into the United States. Trump’s recent congratulatory telephone call from Tsai was a sensitive matter because Washington broke off diplomatic ties with Taiwan and instead acknowledged the People’s Republic of China in 1979.

Branstad could also help the Trump administration negotiate bilateral trade ties with China since it is a matter he is familiar with—in 2015, Iowa exported $2.3 billion in goods to China, selon le U.S.-China Business Council.

More importantly, Branstad, being Xi’s “old friend,” will likely gain the Chinese leader’s confidence and help the Trump administration better understand important political dynamics in China.

A Moment of Change

Branstad’s appointment comes at a moment of possibly significant change en Chine.

Since taking power in 2012, Xi has been pushing a political transition in the Chinese regime. Pour 13 années (1989-2002), Jiang Zemin was the leader of the Chinese Communist Party, and then for another 10 years he was the de facto ruler of China. Jiang was able to influence matters of the day through his allies in the Politburo Standing Committee, the regime’s most powerful decision-making body, and through his sprawling political faction.

Over the past four years, Xi has used an anti-corruption campaign to clear out Jiang’s faction and supporters. Many Chinese officials backed Jiang because he turned a blind eye to malfeasance and promised them wealth and high office if they participated in the persecution of Falun Gong. Entre 70 et 100 million Chinese had taken up the spiritual practice before Jiang began a campaign on July 20, 1999, to eradicate it.

Xi now appears to have the upper hand over the old guard of Jiang supporters, as indicated by Xi taking on the title of Communist Party chef de file « de base » en octobre. En d'autres termes, Trump is dealing directly with a Chinese leader with actual influence, not a puppet of Jiang like Xi’s immediate predecessor Hu Jintao.

The Trump administration could also recognize how Xi is seeking to replace Jiang’s corruption and kleptocracy.

Xi frequently emphasizes the need for a disciplined, restrained officialdom and is also becoming more vocal in promoting the virtues of traditional Chinese culture.

En retard 2013, Xi abolished the labor camp system, which held hundreds of thousands of Falun Gong practitioners at any one time. Cette année, the Xi leadership made public gestures that suggest he is considering ending the persecution of Falun Gong, one of the worst abuses in modern Chinese history.

Chinese scholars also have been discussing recently the democratization of Russia under Mikhail Gorbachev and are studying the way authoritarian democracies function. It seems unlikely that Xi would delegate research of alternative systems of governance if he wasn’t at least considering his options.

Read the full article here

dirigeant chinois Xi Jinping lors du sommet du G20 à Hangzhou, China, sur septembre. 4, 2016. (Lintao Zhang / Getty Images)dirigeant chinois Xi Jinping lors du sommet du G20 à Hangzhou, China, sur septembre. 4, 2016. (Lintao Zhang / Getty Images)

L'économie chinoise semble ralentir après des années de croissance en plein essor. Pour revitaliser l'économie, les besoins actuels de dirigeants chinois pour obtenir ses priorités dans un domaine particulier.

secrétaire général Xi Jinping a pris officiellement le titre du Parti communiste chinois « noyau » chef de file au sixième Plénum a eu lieu récemment du régime à Beijing. cette ascension, ainsi que sa déclaration qu'il « gouverner strictement le Parti,» Indique que la campagne de trois ans de Xi pour purger le régime de la faction politique de Jiang Zemin, un ancien dirigeant communiste, a jusqu'ici réussi. l'ascension de Xi indique également que la prochaine étape de déblayer le groupe de Jiang va très probablement prendre le rythme.

L'enquête de M. Xi et le châtiment des milliers de fonctionnaires corrompus dans le réseau Jiang depuis son accession au pouvoir est une mesure positive à la fois pour la stabilité de la société chinoise, et pour le développement économique de la Chine. Ces fonctionnaires corrompus nuisent à l'Etat et le bien-être des dommages publics en particulier, beaucoup ont pris des centaines de millions de fonds publics, remplir leurs maisons avec de l'or, en espèces, peintures, et antiquités. Comme le cadre de la campagne de lutte contre la corruption s'étend à travers les frontières, banques internationales refusent également de toucher cet argent.

Pour améliorer l'économie chinoise, Xi Jinping devrait capturer plus de ces fonctionnaires corrompus, dégorger leur richesse, et de l'utiliser au profit du peuple.

Fonctionnaires les plus corrompus Arresting affiliés à Jiang Zemin est l'une des clés pour résoudre les nombreux problèmes dont souffre l'économie chinoise.

Dilemme économique de la Chine

Une économie saine est essentielle à la stabilité d'un pays et d'un régime, il est la base d'une société prospère, et permet aux gens de vivre en toute sécurité et confort. Sans ça, l'agitation sociale est le résultat, et les gens ne peuvent pas vivoter.

L'économie chinoise est actuellement confrontée à une grave crise: La croissance économique a chuté, le chômage est à la hausse, les bulles de financiers et immobiliers continuent de croître, la dette locale est à un niveau de crise, la fabrication est en difficulté, et le capital quitte le pays.

Cette situation résulte de multiples facteurs.

Après la Révolution culturelle dans les années 1970, le Parti communiste a été forcé de faire passer des réformes économiques pour survivre. Sans aucun changement dans le système politique, le relâchement des contraintes économiques a permis au peuple chinois pour créer le « miracle économique » qui a attiré l'attention du monde. La Chine a fini par devenir la deuxième plus grande économie du monde.

Mais après 30 années de croissance économique rapide, modèle économique de la Chine, qui est venu au prix de piétiner les droits de l'homme, ruiner l'environnement, appauvrissant la couche trop naturelles ressources est épuisé. La croissance économique continue est déjà devenu le dernier espoir du parti pour soutenir la légitimité de sa domination.

Le groupe de leadership de Xi Jinping a fait face à de nombreux problèmes économiques depuis l'arrivée au pouvoir au 18ème Congrès du Parti en 2012, mais pas tous d'entre eux sont à cause du système. Beaucoup, en fait, sont dues à des rapports de force dans la partie supérieure du même régime: Ainsi, marchés financiers et boursiers de la Chine sont devenus des champs de bataille pour les rivalités politiques de vie et de mort pour jouer sur.

Le groupe qui a trouvé son pouvoir effondrement Jiang Zemin rapidement et son rien de faction penser à utiliser l'économie chinoise comme une puce de négociation. Ils se contentent de provoquer un effondrement du système financier, pour libérer le chaos si elles doivent, dans une tentative de saisir de nouveau pouvoir de Xi et éviter d'être tenus responsables de leurs crimes et punis. Le krach boursier de Juin et Juillet l'année dernière a été le résultat de tout cela.

les fonctionnaires corrompus de Jiang eux-mêmes ont aussi traité directement d'énormes dégâts à l'économie.

Corrupt Cronies de Jiang

Fonctionnarisme en Chine a atteint le point encapsulé par l'expression: « Il n'y a pas un fonctionnaire qui n'est pas corrompu » (Corrupt officiel n'est pas). Presque tous les fonctionnaires unique dans le camp de Jiang Zemin est extrêmement corrompu, cela est devenu clair dans les dossiers de ceux d'une enquête, exposé, et puni depuis le 18ème Congrès du Parti.

Récemment, l'ancien haut fonctionnaire Congrès national du peuple Bai Enpai a été accusé d'avoir accepté des pots de vin à l'ordre de $36 million; l'ancien chef du bureau adjoint du département du charbon dans l'Administration nationale de l'énergie, Wei Pengyuan, a pris presque $30 millions en pots de vin et a été condamné à mort avec sursis (avec le résultat qu'il va passer le reste de sa vie derrière les barreaux); l'ancien président du Parti du Congrès consultatif de la province du Guangdong, Zhu Mingguo, a été accusé de réception $20 million; Zhou Yongkang avec $19 million; Jin Daoming avec $17 million; Wan Qingliang avec $16 million; Mao Xiaobing avec $15 million, et sur.

Gardez à l'esprit que ce ne sont que les chiffres qui apparaissent dans les rapports officiels. Les sommes réelles sont certainement beaucoup plus élevé. Si $17 millions en espèces de papier peuvent être traînés hors de la maison de Ma Chaoqun, un simple fonctionnaire de niveau section dans la province du Hebei, alors les hauts fonctionnaires à prendre la fuite des centaines de milliards de yuans est à prévoir.

Système Corrupt de Jiang

Après que Jiang Zemin a pris le pouvoir, le Parti communiste est entré dans une ère manquant à la fois une idéologie ou une limite à sa conduite. Au lieu, Jiang établie dans la partie une nouvelle série de rapports de force: Laissez la corruption lâche, et se joindre à la conspiration du pouvoir et le profit.

La première récolte de fonctionnaires qui est venu sous Jiang comme Li Changchun, Jia Qinglin, Chen Liangyu, Zeng Qinghong, Zhou Yongkang, et d'autres, presque à un homme avaient leur départ dans la contrebande, de connivence avec les hommes d'affaires, et exproprier des terres pour faire leur première fortune.

Avant longtemps, deux petits fonctionnaires et puissants qui ont aimé utiliser leur position publique pour des gains personnels ont commencé à recueillir sous la bannière de Jiang. Au cours de l'ère Jiang, la corruption est devenue le moyen d'aller de l'avant, et les fonctionnaires propres ont été ceux à être nettoyés.

Le cas de Huang Jinguo, le chef du Comité du Parti Lianjiang comté dans la province du Fujian, est un exemple.

Au début des années 1990 en retard, Huang a cherché à enquêter sur un important réseau de corruption dans sa propre juridiction. Il était à la fois sous pression par le haut et le bas: La hausse-ups lui ont dit de licencier, tandis que des voyous et triades proféré des menaces. Huang portait un gilet pare-balles à travailler pendant six ans. Sans espoir, le août. 11, 2004, il a présenté son histoire à Quotidien du Peuple, appelant: « Pourquoi un gilet pare-balles m'a suivi pendant six ans. » En fin de compte, Huang a été arrêté un an plus tard et condamné à la réclusion à perpétuité sur des accusations encadrées-up.

Jiang Zemin a gouverné le pays par la corruption, la mise en place de son propre réseau de fonctionnaires tout au long du Parti, la sécurité politique, militaire, et d'autres systèmes bureaucratiques. Son fils aîné, Jiang Mianheng, est devenu connu comme « le plus corrompu de la Chine. »

La culture de la corruption en Chine que Jiang créé métastasé par l'armée, le pouvoir judiciaire, le système de soins de santé, le système éducatif, le système sportif, les média, entreprises publiques, et plus. Les positions officielles ont été achetés et vendus, des pots de vin ont été payés et reçus, abus collusoires entre les fonctionnaires et les hommes d'affaires répartis à travers le pays.

La ligne de vie de l'économie chinoise était entre les mains des groupes d'intérêt qui se rassemblaient autour d'règne de Jiang, y compris l'industrie pétrochimique, télécommunications, l'empire ferroviaire appartenant à l'État, le système financier, et les entreprises publiques dans des domaines tels que la finance qui offrent les loyers les plus gras. Tous ces domaines les avaient installés soit des membres de la famille et le clan Jiang étendu, ou confidents, sida, subordonnés, et associés. Ceux-ci comprennent Jiang Mianheng, Zeng Qinghong, Zhou Yongkang, Xu Caihou, Liu Yunshan, et d'autres.

Zhou Yongkang et son immobilier accumulé famille et de l'argent à hauteur de plus $14 milliard, tandis que la richesse de Zeng Qinghong a dépassé $1.4 milliard. Les familles de Xu Caihou et Liu Yunshan détiennent aussi la richesse de plus d'un milliard de dollars.

Ces dernières années, le phénomène des « fonctionnaires nus » est devenu extrême. « Officiel Naked » est un terme qui décrit les fonctionnaires corrompus qui envoient d'abord leur conjoint et enfants à l'étranger avec les biens volés alors qu'ils attendent le bon temps pour la meilleure occasion de faire leur propre évasion. Ces fonctionnaires sont souvent leur argent grâce à la contrebande d'espèces, magasins d'argent souterrains, ou des projets d'investissement à grande échelle. Les statistiques officielles indiquent qu'au moins 20,000 les autorités ont fui la Chine de cette manière, privant le pays entre $116 milliards et $217 milliard.

Si la base de l'actif total du réseau corrompu qui a grandi autour du règne de Jiang Zemin pourrait être calculé complètement, il est probable qu'il dépasserait les dépenses annuelles de la Chine dans la défense nationale, soins de santé, et de l'éducation.

Comment Jiang Chine Touchée

Le système de vol et de corruption créé par Jiang est arrivé à un moment où la Chine traversait la privatisation à grande échelle et la transformation économique. Ainsi, la toile de fond l'ensemble de la réforme économique devenue la meilleure occasion, excuse, et un procédé de dissimulation pour vol avec abandon. actifs de l'Etat étaient, par toutes sortes de mécanismes, privatisée dans le contrôle des fonctionnaires corrompus et des groupes d'intérêts spéciaux.

À la fin, ce vol généralisé signifie que la Chine a perdu l'occasion de se transformer en quelque chose qui ressemble à un pays normal via le processus de réforme, et les fondements économiques et sociaux qui permettent à l'ordre ont été minées. Une grande partie des fruits de 20 années de réforme économique en Chine a été pillée par des groupes d'intérêt corrompus de Jiang.

La corruption au cours de cette période ne se limite pas à la culture fonctionnarisme-de non-droit pénétré tous les niveaux de la société. Comme la turpitude morale de la classe dirigeante est devenu clair, toute notion d'équité est devenue de plus en plus à distance pour la plupart des Chinois.

L'économie et la morale sont interdépendants. Les méthodes de développement économique qui découlent d'une perspective morale cassée entraînera inévitablement détournement de fonds, la corruption, pillage, un tout homme pour soi mentalité, et la ruine du bien public.

L'aspect unique méchant de la règle de Jiang Zemin est la mesure dans laquelle il a osé détruire et dégrader la morale humaine et de conscience, qui est le fondement de toute société et d'un système économique et politique qui fonctionne bien.

sans l'humanité, moralité, et de bonne foi, la société s'effondre et se désintègre-défi et d'attaquer la moralité comme Jiang a été une tentative de détruire l'espoir d'une nouvelle Chine. Il revient aussi au Parti communiste de creuser sa propre tombe. Ce qui est clair à partir d'un examen des fonctionnaires tombés dans le réseau de Jiang.

Prendre un inventaire de ces fonctionnaires, y compris Bo Xilai, Zhou Yongkang, Su Rong, Xu Caihou, Guo Boxiong, et d'autres, ils étaient, à un homme, commis à la persécution de Jiang Zemin de la pratique spirituelle du Falun Gong.

Nettoyage à la faction de Jiang va aider à relancer l'économie

Bien des responsables de purge qui ont volé grande richesse à l'époque Jiang aura pour effet de revigorer l'économie chinoise.

Premièrement, étant donné l'ampleur de la richesse qu'ils ont volé, leur confiscation et le réinvestissement dans les moyens de subsistance du peuple est tenu d'améliorer les choses.

Deuxièmement, purger tous ces fonctionnaires aura pour effet de rétablir l'ordre économique approprié et la confiance du peuple dans l'avenir de la Chine.

Troisièmement, briser le réseau officiel corrompu établi par Jiang, et la reconstruction d'un système d'exploitation normalement de la gouvernance, permettrait à la Chine de revenir à une trajectoire de croissance positive et se diriger vers l'avenir en douceur.

En quatrième lieu, ces fonctionnaires corrompus sont la base de la faction de Jiang Zemin. les effacer Ainsi, sur, avant d'arrêter finalement Jiang Zemin, signifierait la fin complète de la faction de Jiang.

Du point de vue plus profond, l'un des objectifs Jiang avait quand favoriser ce système énorme de la corruption, a été pour lier des fonctionnaires tout au long de la partie à sa campagne de persécuter le Falun Gong les deux bénéficiaires à la prise de la campagne et les participants à ce. Ceci est l'un des aspects les plus sinistres de son règne.

L'histoire a montré que la persécution de la foi est juste rencontré le châtiment du Ciel. L'effondrement de l'Empire romain illustre cette.

La Chine d'aujourd'hui est de payer le prix de la persécution de Jiang contre le Falun Gong. However, il y a de l'espoir pour l'avenir de la Chine si la persécution est terminée, la victime sont hors de cause, et la justice est rétablie. Le système de purge Jiang de la corruption est un moyen de faire respecter la justice, manifester les principes du ciel, et apporter des bénédictions illimitées.

La transition pacifique

Prémoderne histoire chinoise nous dit qu'un changement de dynastie est à portée de main quand un grand nombre de fonctionnaires dans un régime sont corrompus, et quand l'économie et le pouvoir du pays est sur le déclin. Jiang et le Parti communiste ont perdu le dernier vestige de la légitimité du Parti, et le Parti est sur le point de se renverser.

pendant ce temps, l'éventail des mesures et des actions que Xi Jinping a prises depuis son arrivée au pouvoir donne à penser qu'il n'a pas le sang de la persécution sur ses mains du Falun Gong. Xi est aussi de prendre ses distances des crimes historiques du Parti.

Xi a donc pas besoin de supporter la dette de sang du Parti et Jiang Zemin, et son abandon du Parti est une fatalité qui est conforme à la volonté de l'histoire.

La Chine va ensuite faire une transition pacifique vers une société non-communiste, et la nation et le peuple chinois, qui ont souffert des décennies de calamité, créera de nouvelles gloires à l'avenir.

Read the full article here

Xin Ziling dans une photographie non datée. (Apollo net)Xin Ziling dans une photographie non datée. (Apollo net)

Xi Jinping est largement incompris par les médias et les intellectuels parce qu'ils ne comprennent pas la dynamique du pouvoir à l'intérieur du régime communiste chinois aujourd'hui, selon franc-tireur à la retraite officielle de la défense Xin Ziling.

Né chanson Ke dans la province de Hebei dans le nord de la Chine, Xin a rejoint l'Armée de libération populaire en 1950 à l'âge de 15. Xin finalement nommé directeur de l'Université chinoise de la Défense nationale, institut d'enseignement supérieur haut pour responsable de la défense du pays.

Aujourd'hui, Xin est surtout connu comme un critique ardent du régime qui n'a pas peur d'aborder des sujets sensibles, il est l'auteur d'une très critique livre sur l'ancien dictateur chinois Mao Zedong; il a prononcé contre l'ancien chef du Parti de la persécution de Jiang Zemin contre le Falun Gong, une pratique spirituelle traditionnelle chinoise; et rejoint d'autres universitaires et journalistes pour demander au régime de la censure de fin.

Récemment, Xin Ziling a été interviewé par l'édition en langue chinoise Voice of America dans le cadre d'une série sur 6 Plénum du Parti communiste. Bien que l'entrevue a eu lieu avant la réunion récemment conclu, l'identification de la politique du Parti dans les lignes de fracture d'élite demeure très pertinente. Nous avons traduit l'interview, et édité par souci de concision et de clarté.

***

Question: Que pensez-vous de la 6e Plénum?

Xin Ziling: Cette réunion concerne les luttes intestines au sein du Parti communiste chinois. Xi Jinping est à la tête d'un groupe de réformistes, et ils sont opposés par une faction dirigée par Jiang Zemin.

Le 6e Plénum apportera une résolution générale à cette lutte, et il doit y avoir une résolution complète en tête jusqu'au 19e Congrès national du Parti communiste; autrement, le 19e Congrès ne peut être tenu. Par exemple, si Jiang est encore permis certains disent en matière de la journée, il pourrait prendre trois autres membres du Comité permanent du Bureau politique [au service des membres du Comité permanent Liu Yunshan, Zhang Dejiang, et Zhang Gaoli sont alliés connus de Jiang]. Comment est-ce acceptable? Que deviendra alors la Chine? Je crois aussi que [Xi Jinping] résoudra définitivement les questions d'organisation au 6e Plénum.

Maintenant, le Parti a essentiellement approuvé Xi Jinping prenant le titre de chef de file « de base ». En d'autres termes, la position de Jiang Zemin comme « noyau » du parti est sur le déclin; précédemment, Jiang avait encore une influence, mais maintenant beaucoup de cadres sont beaucoup plus claires sur la situation générale. J'ai lu récemment que les dirigeants de 28 les provinces ont été remplacées dans une période de neuf mois. Si un cadre refuse de changer son état d'esprit politique et la position, il sera remplacé et traité par l'organisation du Parti.

Je suis optimiste quant aux perspectives. Je veux dire que Xi Jinping sera victorieux, les réformistes seront victorieux, et le peuple chinois triomphera. La Chine ne peut peut progresser sans la purge des fonctionnaires corrompus grands-ces tigres, tigres moyen, et vieux tigres. [« Tiger » est parti pour le langage de corruption des fonctionnaires de haut rang.]

Il est aussi impossible que des progrès soient accomplis dans la réforme politique et des questions telles que le massacre de la place Tiananmen et la réhabilitation politique du Falun Gong si Jiang Zemin n'est pas supprimé. Avec les rangées de grands tigres obstruent la voie, il n'y a aucun moyen de résoudre ces problèmes. Les conditions et le calendrier doivent convenir à une résolution globale à atteindre, et il est possible que quelque chose viendra du 6e Plénum qui secouez le peuple et le Parti.

Q: Avez-vous qui pensent que Xi Jinping pourrait résoudre les problèmes de Tiananmen et le Falun Gong quand il devient leader « de base »?

s'il vous plaît: Ce n'est pas une question de probabilité; Xi Jinping résoudra définitivement ces questions. Les pratiquants de Falun Gong peuvent et ont déposé plainte contre Jiang Zemin avec la Cour et le Parquet populaire suprême populaire suprême ... ces organes judiciaires ont déjà accepté ces plaintes. Falun Gong et Tiananmen doit être résolue. Xi Jinping ne peut pas porter ce fardeau à l'avenir; il est très clair sur cette question.

Q: les avocats des droits de l'homme ont été arrêtés, pétitionnaires ont été supprimés, la liberté d'expression est limitée, et beaucoup de gens ont été poursuivis en justice pour les commentaires qu'ils ont fait sur Internet. Ces incidents pourraient être évités si les Xi Jinping n'a pas donné un signe de tête?

s'il vous plaît: Permettez-moi de faire une clarification. Il y a actuellement deux centres de puissance au sein du Parti communiste chinois. Et Xi Jinping n'a pas le pouvoir complet avant le 6 Plénum.

Prenez l'appareil politique et juridique, par exemple. En théorie, après Zhou Yongkang a été purgé, Xi aurait repris le contrôle de l'appareil. En réalité, toutefois, la direction de l'appareil peut être influencé d'innombrables façons; de nombreux fonctionnaires sont encore en phase de la politique de Zhou Yongkang, que ce soit consciemment ou inconsciemment.

Récemment, il y avait un homme nommé Wang Zhiwen [l'ancien coordonnateur du Falun Gong à Beijing] qui a été empêché de quitter le pays à Guangzhou. Xi Jinping est certainement pas derrière cette. Parce que les gens qui bloquaient Wang ont encore un certain pouvoir.

Aujourd'hui, qui fait la faute de gens ordinaires quand ils sont mécontents de quelque chose? Ils blâment le haut dirigeant, et dire que c'est est Xi Jinping faire même quand il est pas son idée. Cette situation découle de calomnier et de la soi-disant « noircissement avancée » [gaojihei en chinois].

Ces vieux tigres et grands tigres de la faction de Jiang face au sort d'être purgé. Alors, ils pensent: Si je suis un goner, alors je vais vous faire tomber, aussi. Ils essaient alors de saboter Xi, et nuire à sa réputation politique. Mais Xi n'est pas derrière de nombreux incidents; la fermeture de Yanhuang Chunqiu [une RAN publication réformiste par les cadres du Parti pour la plupart âgés] était l'œuvre de Liu Yunshan [le chef de la propagande et de l'idéologie].

En ce moment, Xi Jinping ne peut pas abandonner ses plans au 6e Plénum ou ses objectifs généraux pour faire face aux problèmes spécifiques causés par la faction de Jiang. En tant que leader le plus haut gradé, Xi doit faire face à tous ces problèmes globalement, en termes de stratégie, direction, et la politique. Il a besoin d'obtenir tous les cadres à mettre en œuvre les politiques du Parti Central; ayant le haut dirigeant corriger tous les problèmes causés par des cadres non conformes est impossible.

Compte tenu des circonstances, Beaucoup de gens, y compris les médias et l'intelligentsia, ont beaucoup de malentendus au sujet de Xi Jinping. Ils voient des restrictions accrues sur les médias, et les gens de se faire arrêter. Mais si Xi ne connaît pas beaucoup de choses jusqu'à ce qu'ils aient lieu, qu'est-ce qu'il faut faire?

Q: Xi Jinping est pas conscient que sont atteinte à sa réputation et de la crédibilité quand ces choses se produisent?

s'il vous plaît: Bien sûr, il est au courant. Et c'est-ce qui le pousse à résoudre tous ces problèmes une fois pour toutes au 6e Plénum! Si Xi ne prend pas des mesures, ce qu'il fait face en fin de compte est les fonctionnaires chinois traîner les pieds, ou même effectuer le contraire de ce qu'il veut. Certains fonctionnaires pourraient penser: Vous ne me permet pas de prendre des pots de vin, C'est très bien. Je ne ferai aucun travail, et apporter toute l'administration du gouvernement à l'arrêt. Ensuite, les gens vont blâmer Xi Jinping.

La question de l'organisation peut être résolu par la nomination de nouveaux fonctionnaires et essuyer l'ardoise au 19e Congrès. Jiang Zemin a construit ses réseaux de factions au sein du Parti depuis plus de deux décennies, et les racines, il a sombré sont entrelaçant et très profond. Ce n'est pas un problème facile à résoudre, mais Xi ne sera pas en mesure de pousser à travers ses politiques sans fixer ce problème. Ensuite, le cas de l'ordre de ne laisser Zhongnanhai [le quartier général des fonctionnaires de la direction du Parti à Beijing] persistera.

Q: Pour plusieurs mois, il y a eu de nombreux changements dans les rangs des hauts dirigeants provinciaux. Croyez-vous que Xi Jinping est responsable du remaniement?

s'il vous plaît: Certainement. Maintenant, de nombreux cadres au niveau provincial sont les rendez-vous de Xi. Ces changements de personnel ont été faits pour empêcher un coup d'Etat politique d'avoir lieu au cours du 6e Plénum et du 19e Congrès. C'est aussi le raisonnement derrière le remaniement des plus grands leaders 28 provinces 9 mois.

Q: Après les récentes réformes militaires, Xi Jinping n'ont un contrôle total sur l'armée?

s'il vous plaît: Tu pourrais dire ça. La réforme militaire est une opération massive; franchement, Mao Zedong n'a pas osé le faire, pas plus que Deng Xiaoping. Qu'est-ce que Xi a fait est sans précédent, mais là encore il a été forcé dans ce. Guo Boxiong et Xu Caihou [deux chaises anciens militaires tombés en disgrâce vice] Hu Jintao avait sous leur pouce pendant une décennie; tout le monde dans l'armée était fidèle à eux. Si ce problème persiste à un niveau fondamental, il est impossible de prendre le contrôle de l'armée.

En fait, Xi force lutta le contrôle de l'armée, et la lutte continue d'augmenter. Récemment, Il y avait de nombreux changements de personnel dans l'armée; cela a été fait pour nettoyer l'influence restante de Xu Caihou et Guo Boxiong. Pourquoi est-ce nécessaire? Parce que beaucoup des subordonnés de Xu et Guo sont toujours en fonction, et dont le côté ils sont ne sait toujours pas. However, la situation générale a été réglée, et Xi Jinping est fermement dans le contrôle de l'armée. Sans le contrôle de l'armée, il peut y avoir aucun moyen pour Xi de contre-attaquer dans cette lutte continue. Il est donc raisonnable pour Xi avoir commencé avec la réforme militaire, et pour purger Xu Caihou et Guo Boxiong.

Read the full article here

Zhang Gaoli assiste à la conférence de nouvelles après la séance de clôture du Congrès national du peuple (NPC) au Grand Palais du Peuple sur Mars 17, 2013 à Beijing, China.  (Feng Li / Getty Images)Zhang Gaoli assiste à la conférence de nouvelles après la séance de clôture du Congrès national du peuple (NPC) au Grand Palais du Peuple sur Mars 17, 2013 à Beijing, China.  (Feng Li / Getty Images)

Xi Jinping est le chef du Parti communiste chinois, mais il n'a pas un contrôle complet sur le régime. Plutôt, l'ancien chef du Parti Jiang Zemin continue d'influer sur les questions du jour par ses alliés entre factions dans des postes de direction clés, ainsi que par un vaste réseau politique.

Cette année, la presse chinoise d'outre-mer a spéculé que Xi cherche à démanteler l'organe du Comité prise de décision le plus permanent du Bureau politique du régime, et un outil politique clé Jiang a utilisé pour imposer sa volonté ou par chèque au pouvoir des dirigeants du Parti.

La récente purge du haut fonctionnaire Tianjin Yin Hailin et d'autres membres de la soi-disant « gang Tianjin » semble être un mouvement de Xi Jinping à impliquer membre du Comité permanent et ancien chef Tianjin Zhang Gaoli.

Cibler Zhang Xi donnerait une excuse pour discréditer la structure actuelle de la direction collective en haut, et libérer du contrôle de Jiang Zemin.

Comité permanent abolissant Politburo?

Sur les sept membres du Comité permanent, vice-Premier ministre Zhang Gaoli, chef de la propagande Liu Yunshan, et la tête de la législature chinoise Zhang Dejiang sont alliés connus de Jiang Zemin.

Les deux Zhangs et Liu ont porté atteinte à la règle de Xi Jinping.

Zhang Gaoli est liée à une explosion massive entrepôt de produits chimiques à Tianjin en 2015.

Zhang Dejiang, qui supervise également les affaires de semi-autonome de Hong Kong et Macao, tourné Hongkongais contre Pékin en niant les réformes démocratiques promises.

pendant ce temps, Liu Yunshan croit être derrière les efforts des médias d'Etat et casting « nationaliste » blogueurs Xi comme une figure de Mao comme.

médias d'outre-mer chinois ont rapporté cette année que Xi est insatisfait du système Comité permanent, et envisage le démantèlement et l'adoption d'un régime présidentiel. Effectivement, Xi est déjà à travers plusieurs panneaux gouvernait politiques petite mais puissante, un signe qu'il est insatisfait du statu quo.

Avant de Jiang Zemin a démissionné comme chef du parti en 2002, il a augmenté le nombre des membres du Comité permanent de sept à neuf, et empilés le corps avec ses alliés. Chaque membre du Comité permanent a couru indépendamment de son portefeuille, résultant dans un état de gouvernance qu'un chercheur chinois décrit comme féodale.

Lorsque Xi Jinping est arrivé au pouvoir au cours du 18ème Congrès du Parti national, le Comité permanent de neuf membres est revenu à un corps de sept membres.

La chute du Yin Haili

En août 22, le site officiel de la Commission centrale de Contrôle de la Discipline (CCBP) a annoncé que le maire adjoint de Tianjin Yin Hailin enquête était en cours pour « graves violations de la discipline. »

de Janvier 2000 Jusqu'à très récemment, Yin, 56, servi en tant que directeur adjoint de l'Institut de planification et de design urbain et rural Tianjin. Il a ensuite été nommé directeur adjoint de la planification des ressources et des terres Tianjin Bureau, puis promu directeur en Décembre 2007. En mai 2012, Yin a été fait maire adjoint de Tianjin, Tianjin politique et de la Commission des affaires juridiques secrétaire adjoint, ainsi que directeur du Bureau de planification municipale de Tianjin.

augmentation rapide de l'échelle politique Yin a coïncidé avec le mandat de membre du Comité permanent du Bureau politique Zhang Gaoli Parti comme Tianjin Secrétaire de Mars 2007 à Novembre 2012.

Le Yin Haili dirigé par Bureau de planification municipale de Tianjin semble être impliqué dans l'affaire de corruption immobilière du promoteur immobilier Zhao Jin 2014, ainsi que les explosions massives près du port de Tianjin le août. 2015. Après les deux incidents très médiatisés, il y avait des rumeurs de remaniements au Bureau de planification municipale de Tianjin.

Effectivement, après l'annonce de l'arrestation de Yin, un fonctionnaire Tianjin déclaré à la presse semi-officielle Nouvelles de Pékin que la disparition de Yin a été spéculé pendant un certain temps, et il était lié à l'affaire de corruption Zhao Jin.

Zhao, le fils du secrétaire général du Comité du Parti provincial du Jiangsu, avait tiré parti sur le post politique et relations de son père pour construire un immense empire immobilier. Il a été arrêté par les autorités en Juin 2014, tandis que Zhao principal a été enlevé quatre mois plus tard. Après ça, les fonctionnaires du Bureau de planification municipale de Tianjin ont été purgés un après l'autre.

Tianjin Gang

Par rapport à sa portion dans les autorités de planification de Tianjin pour plus 30 années, Yin Hailin permanence dans la municipalité de Tianjin et la loi et l'appareil de sécurité a attiré beaucoup moins d'attention.

Plusieurs responsables du système politique et juridique de Tianjin ont commis des abus effroyables du pouvoir.

Par exemple, Li Baojin, ancien secrétaire adjoint de la Commission des affaires politiques et juridiques de Tianjin et la tête du corps de poursuite de la municipalité, a été arrêté et interrogé le Juin 12, 2006. L'année suivante, Li a été condamné à une peine de mort avec sursis pour corruption et détournement de fonds publics.

En juin 4, 2007, chanson Pingshun, le président de la Conférence consultative politique du peuple chinois de Tianjin, suicidé dans son bureau. Chant, 62, avait contrôlé le système politique et juridique de Tianjin depuis de nombreuses années, et a été de longue date de Li Baojin supérieure.

Plus tard, Wu Changshun, puis chef du Bureau de la sécurité publique municipale de Tianjin, a été mis en examen. Mais l'enquête sur Wu a été appelé par Zhou Yongkang au large, puis Commission centrale des affaires politiques et juridiques vice-secrétaire, à condition que Wu superviserait la sécurité pour les Jeux olympiques d'été de Beijing, selon la publication financière chinoise respecté Caixin.

Wu a finalement été promu chef adjoint de la Commission des affaires politiques et Tianjin juridique et vice-président de l'organe consultatif politique Tianjin. Il a occupé ce poste jusqu'à son arrestation en Juillet 2014.

Contrairement à la chanson, dans, et Wu, Yin Hailin n'a pas fait sa carrière dans le système de sécurité publique. Mais Yin a finalement réussi Wu Changshun néanmoins. comme Wu, Yin avait aussi tractations secrètes avec d'autres personnes puissantes.

Pourquoi Tianjin Gang est maintenant en difficulté

La purge des députés dans la sécurité de Tianjin et l'appareil loi remonte à la persécution du régime chinois de la discipline spirituelle Falun Gong 17 il y a des années.

En avril 25, 1999 10,000 Les pratiquants de Falun Gong se sont rassemblés à Pékin et se tenaient tranquillement en dehors Zhongnanhai de demander aux autorités de libérer plusieurs pratiquants qui avaient été détenus par la police de Tianjin.

Le problème a été résolu en quelques heures après que les représentants du Falun Gong ont parlé avec Zhu Rongji, puis Premier ministre chinois. However, le dirigeant chinois Jiang Zemin a saisi le Avril 25 pétition comme prétexte pour lancer une suppression à grande échelle du Falun Gong.

Au moment du Avril 25 incident, Chanson Pingshun était secrétaire du Parti de la Commission politique et des affaires juridiques de Tianjin, et chef du Bureau de sécurité publique de Tianjin. Wu Changshun a été directeur adjoint du Bureau de la sécurité publique, et Li Baojin était à la tête du corps de poursuite de Tianjin.

Chant, Wu, dans, ainsi que l'ancien secrétaires des affaires politiques et juridique central du Parti Luo Gan et Zhou Yongkang, tous ont une main dans l'exécution de la campagne de persécution de Jiang.

Incidemment, un modèle distinct a émergé dans la campagne anti-corruption de Xi Jinping: De nombreux fonctionnaires qui ont été étudiés pour la corruption sont également connus pour avoir persécuté le Falun Gong.

La connexion Yin Hailin Zhang Gaoli

Durant le mandat de Yin Hailin comme patron des responsables de la planification de la ville de Tianjin, trois districts- Tanggu Tianjin, Hangu, et Dagang-ont été regroupées dans une nouvelle zone appelée Binhai. Yin serait impliqué dans la planification et la construction de cette nouvelle zone Binhai.

Selon des informations parues dans les médias chinois à l'étranger, ancien patron de Tianjin Zhang Gaoli fait la place du développement et de l'ouverture de la nouvelle zone Binhai une de ses priorités.

Binhai New Area a de nombreux projets inachevés. Un total de 60 milliards de yuans (environ 9 milliards $ US) a été investi dans Xiangluowan Business District, un de 6 districts fonctionnels dans le quartier central des affaires de Binhai New Area. Mais les médias chinois décrivent Xiangluowan aujourd'hui comme une « ville fantôme ».

La société de développement Binhai New Area Construction Investment Group a engagé un montant énorme de la dette. Liu Huiwen, ancien président de Tianjin TEDA Investment Holding Co. Limité, se sont suicidés en Avril 2014.

Dans 2014, organisme disciplinaire interne du parti a envoyé des équipes d'inspection à Tianjin. En juillet 9, les équipes d'inspection ont dit au gouvernement municipal de Tianjin que des entreprises d'État à Tianjin ont souvent été impliqués dans « greffe principaux et les cas corruption,» Et il y avait « les principaux problèmes de corruption dans le secteur du développement urbain et la construction ».

Selon certains médias, chef anti-corruption Wang Qishan a ordonné aux autorités de Tianjin pour conserver les dossiers complets des procès-verbaux prises lors des réunions de la direction de la province depuis 2007. Wang a également demandé de consulter les documents originaux pour les projets de développement du gouvernement, et insisté sur le fait que « personne ne doit falsifier » avec la paperasse.

Zhang Gaoli dit être impliqué dans des affaires de fonds de capital-risque privé et l'équité des centaines de milliards de yuans.

Lorsque Zhang a repris Tianjin 2007, il a promu tous les types de capital-risque et les fonds de private equity. Mais à partir du début 2010 à 2012, les autorités de Tianjin ont étudié soudainement et fermé ces entreprises, touchant des centaines de milliers de familles qui ont investi dans les.

Un grand nombre des personnes touchées à Tianjin voyagèrent à la pétition et les plaintes Lodge. Certains des manifestants ont été entendu crier: « Zhang Gaoli, retourner notre argent!"

Tianjin explosions

En août. 12, 2015, une série d'explosions catastrophiques a secoué Tianjin quand un entrepôt de produits chimiques dans la nouvelle zone Binhai a explosé.

Binhai New Area est le plus grand succès de Zhang Gaoli à Tianjin. Ruihai Logistique Internationale, la société qui possédait l'entrepôt où les explosions se sont produites, aurait été contrôlé par les parents de Zhang.

Un jour après les explosions, un site étranger revendiqué dans un article que l'explosion de Tianjin a été le travail des terroristes. « Les théories du complot », l'article écrit, suggèrent que « les explosions de Tianjin sont sûrement le sous-produit d'une lutte de pouvoir au sein du Parti communiste chinois. A côté voyou créé le drame humain, et le but de ce groupe est de menacer, intimider, et la force d'une crise qui conduirait à une mise en accusation de Xi Jinping ». Cette affirmation n'a pas été vérifiée.

pendant ce temps, AUG. 23 par rapport tabloïd Hong Kong Apple Daily, citant des sources à Pékin, a affirmé que Xi Jinping a tenu une réunion du Comité permanent du Bureau politique dans la nuit de l'explosion Tianjin.

Certains analystes estiment que Jiang Zemin a utilisé les explosions de Tianjin de négocier avec Xi Jinping. Xi avait été arrêté Jiang temporairement en réponse.

À ce jour, l'histoire à l'intérieur des explosions de Tianjin n'a pas été complètement révélé. Le lien entre la chute de Yin Hailin et les rumeurs au sujet de Zhang Gaoli ajoute mystère supplémentaire à l'explosion.

ce Février, le Conseil d'Etat du régime chinois a approuvé l'enquête sur les explosions à Tianjin.

Traduit par Wu SQ, Susan Wang, & Benjamin Ng. Édité par Sally Appert.

Read the full article here

A rural woman cooks with a biogas stove in the outskirts of Kunming, in the China's southwestern Yunnan province on Nov. 4, 2009. (Liu Jin / AFP / Getty Images)A rural woman cooks with a biogas stove in the outskirts of Kunming, in the China's southwestern Yunnan province on Nov. 4, 2009. (Liu Jin / AFP / Getty Images)

Last October at a forum in Beijing, Chinese Chairman Xi Jinping pledged by 2020 to lift out of poverty the poorest of Chinese—the 70 million who make less than $1 a day.

Nearly a year later, the ambitious plan been fraught with setbacks. Many of the Communist Party officials initially assigned to provinces in the greatest need of assistance have been found to be either corrupt or incompetently lazy.

In an Aug. 16 report, the state-run China Youth Daily made an example of Yunnan, a province far to the southwest and on the front line of Xi’s fight against poverty.

Ici, presque 40,000 Party officials were assigned to their tasks and were supposed to render aid to 4.7 million people in over 4,000 “poverty villages.” But starting in April, the Yunnan authorities have issued removal orders for 1,117 of the functionaries. Among the reasons are “not putting their hearts in the work,” or “talking the talk without walking the walk,” China Youth Daily dit.

Common complaints (and grounds for removal) included unexpected absences from work and spending less than 50 days at work during a whole season. Officials removed from their assignments were punished by being barred from promotions or subject to further education and training. In other cases they were simply sacked.

While the state-run Xinhua news agency has reported the exploits of model officials taking a hands-on role in supporting locals in their daily lives—an example being officials in the Chongqing municipality who helped villagers raise goats or farm walnut trees, Xi Jinping’s continuing anti-corruption campaign has painted a less flattering portrait of China’s officialdom. Some suspects were caught with golden statues of Chairman Mao, boxes full of bribery money, and truckloads of riches.

En août. 8, the Party’s anti-corruption authority reported that Luyi Sifu, a former village Party secretary in the northwestern province of Qinghai, transferred 1.5 millions de yuans (sur $226,000) in government-issued food subsidies to his own account. Luyi has since been expelled from the Party.

Two days earlier, le août. 6, 2016, the Central Commission for Discipline Inspection (CCBP) reported that in the first six months of this year, 182 Party officials in China’s southern province of Guangdong received disciplinary punishment and 7 others were prosecuted for work-related problems related to their anti-poverty duties.

In another report this March, CCDI offered two hotlines for people in the central Chinese province of Gansu, to report corruption in the poverty-assistance effort in the province.

On the comment section of Chinese news portal Sina, many netizens expressed doubt that the poor would be the ones benefiting from the regime’s anti-poverty campaign.

“In Chinese villages, those who are really poor never get the chance to submit their names to the authorities [to receive aid],” a netizen from Zhejiang Province wrote. “Thugs and family members of village Party officials got the chance—they were the ‘poor’ who got helped.”

“This shows that the policy of ‘stationing officials in villages’ is not the way to go. It has become a superficial task,” says a comment from Xinjiang in western China. “Officials use the village position as an opportunity to get promoted.”

Read the full article here

Sales representatives at a decoration in Chongqing, China, eat raw bitter melon on stage as a punishment for their poor performance on July 16, 2016. (via Sina)Sales representatives at a decoration in Chongqing, China, eat raw bitter melon on stage as a punishment for their poor performance on July 16, 2016. (via Sina)

The director of a Chinese decoration company has decided the best way to encourage his poor-performing sales representatives is public humiliation—putting them on stage and eating raw kugua, the famed Chinese bitter melon, in front of other employees.

“It was my first time eating bitter melon raw,” said Tang Shuju who added that he nearly threw up after having the first bite. “But the rule is that if you throw up, you have to eat another one.”

“I belched while I was eating it,” said another employee who managed to down the vegetable with the help of some water. “But I put up with having it in my mouth. I was afraid to be punished and made to have a second one if I puked.”

The incident took place Chongqing in southwest China, signalé Chinese news portal Sina on July 19. It is the latest in a trend of negative reinforcement that are intended, somehow, to encourage success.

Salesmen in their underwear run through the streets of Foshan. (via Yangcheng Evening News)

Company director Mr. Shi said he came up with the bitter melon punishment because the company’s business took a dive because his 100 sales staff had shown a dip in performance in the hot summer temperature. Un total de 40 employees who failed to meet their weekly quotas were treated to the melon, Shi told Sina.

“You either eat bills [money], or you eat bitter melon. Everyone loves bills and nobody wants to eat bitter melon. If you don’t want to suffer, you work harder,», A déclaré M.. Shi, who claims that the punishment has caused a threefold jump in sales.

Netizens commenting on Sina Weibo, site de micro-blogging populaire de Chine, aren’t so keen about the measures taken. One comment from Liaoning Province reads: “how messed up, isn’t it enough just to deduct from their bonus?"

“There are no human rights in Chinese companies,” a comment from Jiangsu Province says. “A worker’s dignity is as worthless as dust.”

Public humiliation is far from new in China. Pendant la Révolution culturelle dans les années 1960 et 1970, intellectuals and officials were criticized and often physically attacked, sometimes fatally, in rallies known as “struggle sessions.” Current Chinese leader Xi Jinping’s father Xi Zhongxun became the subject of one of these sessions after he was labeled an “anti-party element.”

Dans les années récentes, humilation has been revived for capitalist pursuits. En juin, une Vidéo went viral online after an agricultural bank in Shanxi Province hired a consulting coach to publically spank employees who performed unsatisfactorily in a training session.

Other companies have taken punishments outdoors. En juillet 2013, male sales representatives of a gym in Foshan, a city in the southern province of Guangdong, were forced to run through the streets dressed only in their underwear while shouting “Complete the mission,” the state-run Yangcheng Evening News reported.

Saleswomen in Chongqing crawl on the ground as punishment for their poor performance. (via People’s Net)

The run became a daily slog for some salesmen who couldn’t hit their previous day’s targets. This was only one of multiple possible punishments, including the consumption of raw bitter melon, compulsory begging on the streets, or having their heads shaved.

Female employees are not immune to penal humiliation, non plus. En mai 2013, saleswomen at a cosmetics company in Chongqing were made to crawl in their red uniforms and high heels through the city’s busy business district while shouting “we can make it!” reported People’s Net, the online edition of state mouthpiece People’s Daily. A male colleague led the procession while waving a red flag.

Workers grovel while shouting gratitude for their employers in Shenyang. (via Guncha)

Humiliation isn’t only for punishment. En septembre 2015, the owner of a hot pot restaurant in Shenyang, capital of Liaoning Province in the northeast, decided that being grateful was corporate culture. In a public stunt reported by the Shanghai-based website Guncha, his employees were ordered to get on their knees and kowtow to the restaurant’s executives, while shouting their gratitude for letting them work for him.

Read the full article here
  • Tags:, , , , ,
  • Author: <a href="http://www.theepochtimes.com/n3/author/frank-fang/" rel="author">Frank Fang</une>, <a href="http://www.theepochtimes.com/" title="Epoch Times" rel="publisher">Epoch Times</une> et <a href="http://www.theepochtimes.com/n3/author/leo-timm/" rel="author">Leo Timm</une>, <a href="http://www.theepochtimes.com/" title="Epoch Times" rel="publisher">Epoch Times</une>
  • Category: General

Deng Xiaoping's son (L) Deng Pufang talks to general Tian Xiusi at Great Hall of the People on Nov. 8, 2012. Tian has recently been placed under investigation for violation of Party discipline. (Goh Chai Hin / AFP / Getty Images)Deng Xiaoping's son (L) Deng Pufang talks to general Tian Xiusi at Great Hall of the People on Nov. 8, 2012. Tian has recently been placed under investigation for violation of Party discipline. (Goh Chai Hin / AFP / Getty Images)

Tian Xiusi, the former political chief of the Chinese Communist Party’s airforce, enjoyed a series of connections to elite political figures that allowed his career to prosper. His only problem was, they were the wrong figures.

With a July 9 announcement that he was under investigation, Tian is the latest retired military official to be purged for his association with a political faction that has opposed Party leader Xi Jinping.

Tian, 66, will now been handed to the People’s Liberation Army’s internal disciplinary unit on suspicion of corruption, according state mouthpiece Xinhua. His wife and secretary were also taken away, according to Beijing Daily, a semi-official Chinese publication.

Tian’s most recent occupation, after his retirement from the military last August, was deputy director of the Foreign Affairs Committee of the National People’s Congress, the regime’s faux legislature.

Tian is one of the highest ranking former Chinese military officers to be investigated for corruption since Xi Jinping took office in 2013. Guo Boxiong and Xu Caihou, both former vice chairs of the Central Military Commission, and patrons of Tian, have also been probed and purged.

Before taking on his civilian post in the regime’s legislature, Tian was a career military man. He had spent over 40 years in the Lanzhou Military Region in west China before being made political commissar of the neighboring Chengdu Military Region in 2009. (The Lanzhou Military Region and Chengdu Military Region have since been modified in a recent military reform.)

Then in October 2012, Tian was promoted to political commissar of the People’s Liberation Army’s air force—an unusual appointment at the time because Tian only had experience commanding ground troops.

It appears that Tian had secured his promotions through bribery, according to a recently published book by a former official who worked in a department linked with the old Lanzhou Military Region.

Chen Xi, the author of “The Autobiography of Guo Boxiong,” wrote that Tian had paid former military vice chair Guo Boxiong 50 millions de yuans (sur $7.5 million) dans 2012 to be the air force’s political commissar, selon Radio France International. Tian had also bribed Xu Caihou, the other military vice chair, to get the Chengdu job. Both Guo and Xu oversaw all promotions and appointments in the Chinese military during their tenure as vice chairs of the military.

Guo has been expulsé du Parti for corruption in July 2015, and is currently awaiting trial. Xu passed away from bladder cancer in March 2015, but otherwise would almost certainly have been prosecuted.

Tian Xiusi also appears to have been something of an ally of Bo Xilai, the ambitious former Politburo member and chief of southwestern megapolis Chongqing.

After Tian’s investigation was announced, popular Chinese news website Netease declared in a headline that the former air force political chief had “frequent meetings” with Bo, though the report itself did not elaborate.

Overseas Chinese media offer more detail of the Tian-Bo connection. While Tian was still the political commissar of the old Chengdu Military Region in 2012, he issued an article that was widely interpreted to be supportive of Bo Xilai’s “red” political campaign in Chongqing, according to the Chinese language edition of Deutsche Welle.

Tian’s article was issued in April that year, merely two months after Bo’s former ally Wang Lijun attempted to defect to the United States Consulate in Chengdu spilling details of what is believed to have been a coup plot featuring Bo Xilai and then security czar Zhou Yongkang.

Dans un 2015 discours, Party leader Xi had implied that Bo Xilai, Zhou Yongkang, Xu Caihou, and two others had “carried political plot activities” to “wreck and split” the Communist Party. These disgraced elite cadres are known to be part of a rival political network grouped around former Party chief Jiang Zemin.

Given Tian Xiusi’s connections to Jiang’s loyalists, it would appears that his purge is part of Xi’s attempt to root out Jiang’s influence in the military and the Party, and consolidate his control over the regime.

Read the full article here

Ling Jihua, un collaborateur de l'ancien chef du Parti Hu Jintao, a été condamné à la réclusion à perpétuité Juin 7, 2016. (CCTV)Ling Jihua, un collaborateur de l'ancien chef du Parti Hu Jintao, a été condamné à la réclusion à perpétuité Juin 7, 2016. (CCTV)

Ling Jihua, un assistant de l'ancien Parti communiste chinois Hu Jintao chef et directeur du bureau général secret du Parti, a été condamné à la prison à vie, selon les médias d'état.

En juillet 4, Xinhua Nouvelles Agence a rapporté que Ling a été reconnu coupable par le Tianjin No. 1 Cour le Juin populaire intermédiaire 7 de prendre des pots de vin, obtenir illégalement des secrets d'Etat, et abus de pouvoir. porte-parole de l'Etat China Central Television a couru des images d'un Ling-cheveux gris dans une chemise blanche dans la salle d'audience.

Ling et sa famille avaient accepté des pots de vin totalisant 77.08 millions de yuans (sur $11.6 million), Xinhua rapporté. Il avait également obtenu de grandes quantités de documents classifiés tout en servant de chef du Département du Front uni, subterfuge politique et organe d'espionnage du régime, et vice-président de la Conférence consultative politique populaire nationale de Chine, un organe consultatif politique.

Huo Ke, ancien collaborateur de Ling au bureau général, avait fourni son ex-patron avec les documents classifiés, selon Xinhua.

ce Février, la Washington gratuit Beacon rapporté que Ling Wancheng, le frère aîné de Ling Jihua, est en possession de la plus 2,700 documents classifiés en possession de Ling.

Étant donné la plus haute position officielle de Ling était analogue au chef de la Maison Blanche, il est l'un des cadres du parti les plus élitistes d'être emprisonnés au cours des dernières décennies.

Ling a plaidé coupable et a dit qu'il ne ferait pas appel de la peine.

La chute de Ling peut être attribuée à la mort suspecte de son fils dans un accident Ferrari à Beijing en Mars 2012. Il a été étudié pour la corruption en Décembre 2014, et officiellement arrêté le Juillet 20, 2015.

Le leader du parti Xi Jinping avait dans un récent discours accusé Ling, ancienne sécurité Czar Zhou Yongkang, ancien vice-président militaire Xu Caihou, et ancien membre du Politburo Bo Xilai d'avoir « réalisé conspirations politiques à l'épave et de diviser le Parti. »

lingue, Zhou, Xu, et Bo sont des alliés connus de l'ancien chef du Parti, Jiang Zemin. Depuis son entrée en fonction, Xi a été démantèle le réseau politique de Jiang et de consolider son propre pouvoir.

Read the full article here

Luo Zhijun a parlé lors d'une réunion politique sur Jan. 27, 2010. Luo a été déplacé de son poste puissant secrétaire du Parti dans le Jiangsu à un rôle figure de proue à la législature de timbre en caoutchouc du régime. (jszx.gov.cn)Luo Zhijun a parlé lors d'une réunion politique sur Jan. 27, 2010. Luo a été déplacé de son poste puissant secrétaire du Parti dans le Jiangsu à un rôle figure de proue à la législature de timbre en caoutchouc du régime. (jszx.gov.cn)

Luo Zhijun, l'ancien secrétaire du Parti de la province côtière de la Chine du Jiangsu, est le dernier membre connecté au réseau politique du chef du Parti communiste ex-chinois Jiang Zemin à soudainement d'un bureau haut récemment.

porte-parole de l'Etat Xinhua a rapporté Juin 30 que Luo a été remplacé par le gouverneur du Jiangsu Li Qiang pour des raisons d'âge. Deux jours plus tard, Luo a été assermenté à titre de vice-président du comité de protection de l'environnement et des ressources dans le timbre en caoutchouc la législature du régime lors d'une cérémonie officielle.

Bien que Luo atteindra l'âge officiel de la retraite 65 ce Novembre, elle est irrégulière pour les cadres du Parti au niveau provincial pour être soudainement déplacé d'un poste avec le pouvoir exécutif à une figure de proue de rôle dans ce cas, le directeur adjoint de la protection de l'environnement et des ressources nationales en national du Congrès populaire dans la dernière étape de leur carrière.

Le transfert de Luo est, toutefois, en ligne avec une tendance récente des hauts fonctionnaires de la province du Jiangsu s'évincé. Ji Jianye, ancien maire de Nanjing dans le Jiangsu, Zhao Shaolin, ancien membre du comité permanent provincial et secrétaire général, et Yang Weize, ancien secrétaire du Parti de Nanjing, ont été purgés 2015. Ceci peut, ancien vice-gouverneur de la province du Jiangsu Li Yunfeng a été étudiée pour "violation grave de la discipline du Parti», une expression fourre-tout pour malversation ou rivalité politique.

La purge du Jiangsu chef du parti Xi Jinping semble viser à diminuer l'influence de l'ancien chef du Parti Jiang Zemin. province centrale de la Chine orientale du Jiangsu est à la fois lieu de naissance de Jiang et l'une de ses bases de puissance. Xi a été régulièrement déracinement réseau politique de Jiang depuis sa prise de fonction en 2013.

Luo semble être conscient de ce contexte, compte tenu de ses remarques après sa rétrogradation.

« Je soutiens fermement la décision prise par le Parti Central,» Luo a dit aux responsables du Jiangsu, selon Net populaire, la version en ligne de l'Etat porte-parole Quotidien du Peuple. « Toutes les réalisations faites dans le Jiangsu au cours des dernières années ont été le résultat d'un leadership fort par le Secrétaire général Xi Jinping. »

Mais il y a trois ans lors d'une cérémonie de lancement du livre pour le livre de Jiang Zemin dans sa ville natale de Yangzhou, Luo avait plutôt offert la louange suivante pour Jiang: «Le camarade Jiang Zemin a été soutenu et aimé par le Parti, les militaires, et les gens de toutes les origines ethniques,"Luo a déclaré, et a ajouté que le nouveau livre de Jiang serait "exhorter tous les cadres et les masses dans la province de continuer à lutter,"A rapporté Xinhua.

Luo avait une bonne raison d'être en faveur de Jiang. Selon l'étranger chinoise nouvelles publication Bowen Press, l'ancien chef du bureau général Ling Jihua avait promis Luo la position du ministère de la Sécurité publique en chef si un coup d'Etat contre Xi-Ling que projetait avec l'ancien membre du Bureau politique, Bo Xilai, tombé en disgrâce et ancienne sécurité Czar Zhou Yongkang-a réussi. lingue, volonté, et Zhou sont des alliés fermes de Jiang Zemin.

Dans un discours prononcé l'année dernière, Xi Jinping a accusé Ling, Zhou, volonté, et d'autres cadres d'élite déchus pour avoir « réalisé conspirations politiques à l'épave et de diviser le Parti. »

D'une pièce avec son affiliation factieux, Luo Zhijun est également impliqué dans la campagne de persécution brutale contre la discipline spirituelle traditionnelle chinoise Falun Gong que Jiang Zemin a ordonné en Juillet 1999.

L'Organisation mondiale pour enquêter sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG), un organisme de recherche à but non lucratif basée aux Etats-Unis, a confirmé au moins 13 décès pendant le mandat de Luo comme maire et secrétaire du Parti de Nanjing, et au moins 48 décès au cours de son temps dans le Jiangsu.

WOIPFG détient Luo responsable de la mort de Wu Di, un ancien employé de la Suining County Farming Machinery Factory dans le Jiangsu.

Pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong et de renoncer à la pratique, Wu a été licenciée de son travail, forcé de divorcer de son mari, et injecté des drogues endommageant le système nerveux alors qu'elle était incarcérée dans un service psychiatrique à Xuzhou, Jiangsu Province dans 2001, selon un compte rendu sur Minghui.org, un centre d'échange d'informations sur la persécution.

Wu Di a été arrêté de nouveau en 2002 et emprisonné jusqu'à ce que 2007. On Nov. 10, 2008, Wu a soudainement disparu après des mois de harcèlement répété par les responsables locaux de sécurité, et a été trouvé par la suite se sont noyés dans la rivière dans le comté de Suining de Jiangsu.

Read the full article here

Qiang Wei attended a meeting at the Great Hall of the People on March 6, 2013. Qiang was recently removed from his post as Party Secretary of Jiangxi Province. (People’s Net)Qiang Wei attended a meeting at the Great Hall of the People on March 6, 2013. Qiang was recently removed from his post as Party Secretary of Jiangxi Province. (People’s Net)

A Chinese provincial Party Secretary connected with a political faction that Party leader Xi Jinping is dismantling recently left office under unusual circumstances.

According to state mouthpiece Xinhua, Qiang Wei, the Party Secretary of Jiangxi Province in southeast China, was replaced by the province’s governor, Lu Xinshe, due to age reasons.

At the age of 63, toutefois, Qiang still has two years to go before reaching the mandatory age of retirement. Il est également la norme pour les fonctionnaires du Parti dans la position de Qiang pour terminer leur carrière tout en restant dans le bureau.

Le remplacement inattendu de Qiang Wei était en fait inévitable avec la campagne anti-corruption passe en Chine, Il en fonction de Heng, un analyste politique à la New Tang Dynasty Television basée à New York (NTD). NTD et ce sont des filiales de journaux Epoch Media Group à New York.

"Du point de vue de la conduite de la corruption, les éléments des factions puissamment corrompus et de conspiration sont des cibles clés définitivement,"Heng dit NTD dans une interview.

les médias de langue chinoise d'outre-mer ont longtemps signalé sur la corruption personnelle de Qiang Wei et les liens politiques.

En mars 2015, Bowen Press reported that Qiang’s younger sister profited from real estate developments in Beijing with the help of Ling Jihua, the former head of the Party’s secretive General Office.

When Qiang was Party Secretary of Qinghai Province from 2007 à 2013, he had allegedly helped Zhou Bin, the son of disgraced former security czar Zhou Yongkang, secure lucrative contracts and large-scale projects, according to Insider Magazine, a publication carried by Mingjing News. Mingjing News is known to trade in high-level political information, of varying degrees of veracity, from Party factions.

Insider Magazine also reported that Zhou Yongkang and Ling Jihua had promised Qiang the position of Public Security Bureau chief after their foiled coup against Xi Jinping in 2012.

Xi has hinted at the coup attempt in a speech last year where he denounced Zhou, lingue, and three other purged officials for having “carried out political conspiracies to wreck and split the Party.” These “ambitious figures and conspirators” belong to the influential political network of former Party leader Jiang Zemin.

Heng Il, the political analyst, said that Qiang Wei’s political rise and sudden downfall is linked to his obeying Jiang’s orders to persecute practitioners of Falun Gong, a spiritual practice that was marked for brutal suppression since July 20, 1999.

Qiang was the head of Beijing’s Political and Legal Affairs Commission—a small but powerful Party organ—from 1996 until he was moved to Qinghai Province in 2007. Dans 2013, Qiang became Party Secretary of Jiangxi.

L'Organisation mondiale pour enquêter sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG), un droit humanitaire international à but non lucratif, a constaté que Qiang avait supervisé la persécution du Falun Gong à Beijing, Qinghai, et Jiangxi. Par exemple, la 246 morts de pratiquants et la plupart des cours 9,350 détentions à Beijing ont eu lieu sous le mandat de Qiang que la sécurité et le chef légal de la capitale chinoise.

WOIPFG estime Qiang responsable de la persécution de Wang Zhiwen, un ancien ingénieur avec China Railway Materials Corporation commerciale. Wang a été arrêté au début de la persécution et seulement libéré de prison en Octobre 2014. Les gardiens de prison une fois cassé la clavicule lors d'un passage à tabac particulièrement sévère, et a conduit des cure-dents sous ses ongles, avant debout sur les doigts.

Lorsque Qiang Wei a visité Taiwan 2014 pour une visite officielle, Falun Gong practitioners in Taiwan lined the streets along his travel route and held up banners condemning his persecution. Taiwan Falun Gong practitioners also filed a lawsuit against Qiang for genocide with the High Court of Taiwan.

Read the full article here

L'ancien président Jiang Zemin assister à la séance de clôture du 18e Congrès national du Parti communiste chinois novembre. 14, 2012, à Beijing, China. Les noms de Jiang était absent d'une liste de deuil des dizaines de dirigeants de haut niveau et des fonctionnaires retraités, laissant entendre une puissance de décoloration Jiang. (Feng Li / Getty Images)L'ancien président Jiang Zemin assister à la séance de clôture du 18e Congrès national du Parti communiste chinois novembre. 14, 2012, à Beijing, China. Les noms de Jiang était absent d'une liste de deuil des dizaines de dirigeants de haut niveau et des fonctionnaires retraités, laissant entendre une puissance de décoloration Jiang. (Feng Li / Getty Images)

Analyse des Nouvelles

L'ancien chef du Parti communiste chinois responsable d'avoir ordonné la persécution des pratiquants de Falun Gong et la récolte de leurs organes est devenu la cible de la purge du leader actuel Xi Jinping du Parti.

Jiang Zemin a été de force retiré de sa résidence par les troupes paramilitaires chinoises tôt le matin de Juin 10, selon une source dans un détail de sécurité affecté aux cadres supérieurs à la retraite.

Jiang a été vu la dernière fois sous la garde des militaires de haut rang et des personnes en civil dans un composé Région militaire de Beijing. L'ordre de saisir Jiang a été émis par l'organe suprême de gouvernement militaire du régime et a été exécuté avec le secret extrême, selon la source.

À l'époque, il a été président Jiang. Il y avait une instruction pour commencer cette chose, les transplantations d'organes.

- Bai Shuzhong, L'ex-ministre de la Santé de l'Armée de libération du Département général de la logistique populaire

Si ce rapport se révèle être précis, l'arrestation est l'aboutissement d'une campagne de plus de lutte contre la corruption de trois ans qui a systématiquement déraciné les sources du pouvoir de Jiang. Même si le rapport est en quelque sorte trop tôt peut-être Jiang était juste apporté un « chat »: le ciblage de Jiang Zemin est néanmoins clair.

Récemment, la campagne de lutte contre la corruption a mis le doigt sur les plus proches de Jiang. Jiang est le fils aîné de en résidence surveillée, et ce printemps organisme disciplinaire interne du Parti a mené une balayage massif de Shanghai, base de puissance de longue date de Jiang, ciblant les institutions qui ont des liens avec Jiang et ses deux fils. toujours, Les alliés de Jiang et leurs acolytes ont continué à purger.

mains sanglantes

En juillet 20, 1999, Jiang Zemin a ordonné aux forces de sécurité du régime pour « éradiquer » la pratique du Falun Gong. « Ruine leur réputation, ruinez financièrement, et les détruire physiquement,» La police ont reçu l'ordre, selon de nombreux témoignages de pratiquants de Falun Gong qui ont entendu ces mots de première main.

Lorsque Jiang a constaté que les pratiquants ont tenu ferme à leur foi face à la torture et les mauvais traitements brutaux, il a conçu une sorte de « solution finale ».

"À l'époque, il a été président Jiang. Il y avait une instruction pour commencer cette chose, les transplantations d'organes," m'a dit Bai Shuzhong, l'ancien ministre de la Santé du Département général de la logistique, à UNDERCOVER enquêteurs des droits de l'homme l'an dernier dans un appel téléphonique. Bai, parlant à la fois des bouleversements politiques, avait été conduit à croire qu'il parlait aux enquêteurs internes du parti.

Jiang « a donné une instruction ... de vendre des reins, faire des opérations,» Bai a rappelé, et « après que le président Jiang a donné l'ordre, nous avons tous fait beaucoup de travail anti-Falun Gong « .

La récolte des organes des pratiquants de Falun Gong a semblé être la solution idéale pour assouvir la luxure-sang la persécution de Jiang avait déjà privés de leurs droits et diabolisé pratiquants de Falun Gong, et leur incarcération dans les centaines de milliers garantis hôpitaux chinois un approvisionnement régulier des organes frais pour générer des profits de.

Après avoir suivi ce cours, toutefois, Jiang ne pouvait pas lâcher le pouvoir. S'il a été reconnu coupable d'émettre un ordre qui a pris fin dans l'assassiner des milliers, des dizaines de milliers, des centaines de milliers, et puis enfin des millions de ses compatriotes, il pourrait faire face à des accusations de génocide et de crimes contre l'humanité.

Mais si ceux dont les mains étaient également tachées de sang a tenu les rênes du pouvoir, Jiang pouvait encore espérer voir le Falun Gong a détruit, et il pouvait jouir de l'impunité pour ses crimes.

Alors Jiang promu ceux qui perpétué sa persécution, joué au parrain du Parti après avoir abandonné tous les titres officiels, et est resté le pouvoir de facto en Chine.

contrôle politique

Jiang Zemin et sa faction ont dominé le règne de 10 ans de son successeur Hu Jintao.

Hu a présidé un Bureau politique et son Comité permanent qui a été empilée avec les Loyalistes de Jiang. Des hommes comme l'ancien tsar de la sécurité Zhou Yongkang et de la Commission militaire centrale vice-président Xu Caihou sont devenus des centres de pouvoir pour eux-mêmes.

Les ordres de Hu et directives souvent échoué à se faire entendre au-delà des portes de Zhongnanhai, la résidence officielle de l'élite du Parti, selon des informations parues dans les médias à l'étranger en langue chinoise. Exploitation pratiquement sous le pouce de Jiang, Hu est apparu en bois et guindée aux observateurs étrangers.

La question du Falun Gong pourrait servir à violer le problème Jiang Zemin parce qu'il ne peut pas échapper à la responsabilité de cette façon.

- Xin Ziling, Ancien responsable de la défense chinoise

Parce que Xi Jinping a semblé être coulé dans le même moule que Hu Jintao-souple et non menaçant Jiang a accepté de son Hu réussir à 2012. Le plan était de Xi pour servir de chef par intérim jusqu'à ce que Bo Xilai, un chef de membre du Politburo et du Parti de la mégalopole sud-ouest de Chongqing, a été en mesure de prendre la première position.

Aux yeux de Jiang, Bo a été le caractère parfait pour gouverner le régime.

« Vous devez montrer votre ténacité dans le traitement du Falun Gong ... ce sera votre capital politique,» Jiang a dit une fois son client politique Bo, selon le vétéran journaliste chinois Jiang Weiping. En vertu de Bo règle de cinq ans de Chongqing, il y avait plus 700 cas de persécution du Falun Gong (étant donné la difficulté d'obtenir des informations sur la Chine, ce nombre est susceptible d'être très sous-estimés), selon la Minghui.org, un centre d'échange d'informations de première main sur la persécution.

Au début des années 2000, Bo Xilai était gouverneur de la province du Liaoning nord-est de la Chine, qui chercheur Ethan Gutmann a décrit comme « épicentre » de prélèvements d'organes forcés en Chine.

Dans 2006 dans une banlieue de la capitale du Liaoning Shenyang, les premiers rapports crédibles de prélèvement forcé d'organes sur des pratiquants de Falun Gong ont émergé. en outre, les entreprises qui plastination-Cuit en remplaçant les fluides corporels avec du plastique-les organes des prisonniers exécutés en vente ou exposés ont grandi dans le Liaoning au cours de la règle de Bo.

L'ambition de Bo a prouvé être sa chute. Wang Lijun, allié de Bo et ancien chef de la police de Chongqing, après avoir échoué à défaut au U.S. Consulat à Chengdu, communiquées à la partie centrale d'un plan de Bo et de la sécurité Czar Zhou Yongkang à renverser le chef du parti entrant Xi Jinping dans un coup d'Etat.

Les acolytes de Jiang Xi forcé dans une position de «tu vis, je meurs,» Et à la prise de fonction en Novembre 2012 il a commencé à passer à déraciner le pouvoir de Jiang.

Puissance recentrant

Alors que la campagne de lutte contre la corruption lancée par Xi Jinping balayé par des organes politiques et secteurs économiques du Parti, des milliers de cadres connectés au réseau politique de Jiang Zemin ont été arrêtés.

Alors que Xi arraché le nerf du pouvoir de Jiang, un modèle a émergé-plusieurs des hauts responsables d'une enquête par la police de discipline interne du parti avait, comme le membre du Bureau politique, Bo Xilai, tombé en disgrâce, a montré « ténacité dans le traitement du Falun Gong. »

Li Dongsheng, l'ancien sous-ministre de la sécurité publique et chef du « bureau 610,» Une organisation extralégale fondée en Juin 10, 1999, pour surveiller la persécution du Falun Gong, a été l'un des premiers persécuteurs à tomber.

À côté être purgés étaient des personnages « intouchables » comme Zhou Yongkang, ancien bureau et Royaume-chef de service avant Ling Jihua, ainsi que Xu Caihou et Guo Boxiong, les anciens vice-présidents de haut organe directeur militaire du régime.

Vers la fin du mois de mai, outre-mer les médias chinois ont annoncé l'arrestation de proches associés de deux généraux militaires profondément impliqué dans la persécution du Falun Gong.

Quand les forces de Xi se sont déplacés contre des cibles de haut niveau dans le passé, ils les ont détenus tranquillement d'abord et que des accusations contre les apportèrent quand le moment est jugé mûr. Si le traitement de l'affaire de Jiang Zemin suit ce modèle, charges publiques peuvent être des mois loin.

Modification de la Chine

Jusqu'à maintenant, les intérêts politiques de Xi ont été servis en décrochant les responsables de la persécution du Falun Gong. Lorsque Jiang Zemin est chargé, Xi fera face à un moment de vérité, que ce soit pour mettre fin à la persécution.

La raison la plus évidente que Xi Jinping peut utiliser pour abattre Jiang est les crimes qu'il a commis contre les pratiquants de Falun Gong.

« La question du Falun Gong pourrait servir à violer le problème Jiang Zemin parce qu'il ne peut pas échapper à la responsabilité de cette façon,« Il a dit Xin Ziling, un ancien fonctionnaire de la défense avec des connexions à des cadres d'élite à tendance modérée.

« Sur la question de la persécution du Falun Gong, Jiang Zemin n'a pas de soutien dans le parti; pas au Congrès national du peuple, ni dans le Conseil d'Etat,» Xin a souligné. « Il sera tenu pour responsable de la question. »

Que Xi mettra fin à la persécution génocidaire du Falun Gong n'est pas clair, mais il y a des signes qu'il s'y est opposé.

En janvier 2014, Xi fermé les camps de travail du régime, sites clés utilisés pour persécuter les pratiquants de Falun Gong.

Sous la direction de Xi, la plus haute instance chargée des poursuites du régime a accepté plus 200,000 plaintes pénales par les pratiquants de Falun Gong contre Jiang Zemin; deux praticiens qui ont déposé des plaintes en justice contre Jiang pendant son règne ont été soumis à des traitements cruels torture, et un est mort de ses blessures.

Lorsque l'ancien ministre de la sécurité publique Li Dongsheng a été arrêté, son rôle 610 le siège social a été rendue publique, la première fois que le régime a officiellement reconnu, de telle manière importante, l'existence de cette organisation secrète.

Les arrestations ou actions en justice contre les membres clés de la clique de Jiang ou de leurs familles semblent également être annoncé sur ou près des dates qui sont importantes pour le Falun Gong.

Par exemple, la sécurité Czar Zhou Yongkang a été poursuivi en Juin 11 l'année dernière, tandis que Jiang a dit être retiré de sa résidence ce 10 le jour même Juin à partir de laquelle le célèbre 610 Bureau a obtenu son nom.

cette Avril, Xi fait trois gestes conciliatoires près à l'anniversaire d'Avril 25, la date 1999 Jiang a révélé au Politburo ses intentions de réprimer le Falun Gong suite à une pétition pacifique à Beijing par 10,000 praticiens.

Une fois que la puissance de la faction de Jiang Zemin est terminée, La Chine va entrer dans une nouvelle ère, et Xi, ne pèse plus d'opposition entre factions, peut choisir librement une nouvelle direction. S'il met fin à la persécution du Falun Gong, ce sera un changement sans précédent dans la Chine communiste. Le peuple chinois, libre du carcan du Parti, va enfin jouir de la liberté de conscience.

Read the full article here

Le président chinois Xi Jinping (C-L) and his Serbian counterpart Tomislav Nikolic (C-R) pass by Serbian army Honor Guards upon Xi's arrival to Belgrade, Serbia, en juin 17, 2016. (Serbian Presidential Press Service via AP)Le président chinois Xi Jinping (C-L) and his Serbian counterpart Tomislav Nikolic (C-R) pass by Serbian army Honor Guards upon Xi's arrival to Belgrade, Serbia, en juin 17, 2016. (Serbian Presidential Press Service via AP)

SMEDEREVO, Serbia—China’s President Xi Jinping said Sunday his country’s relations with Serbia should serve as an example for other nations in central and southeast Europe where the Asian power is seeking to boost ties.

Xi was touring the Zelezara Smederevo steel plant at the end of his three-day visit to Serbia, before leaving for Poland. He was cheered on by flag-waving workers at the plant, which was recently bought by a Chinese steel giant.

Xi’s trip reflects China’s efforts to increase its presence in the region and in Europe. China is interested in energy, infrastructure and other big projects to fuel its economy at a time when labor costs are rising at home.

In Poland, Xi will ink deals on finance, aviation, science and education. Poland has sought to develop trade and business ties with China, which it sees as a large market and a counterweight to strictly regulated business ties within the European Union.

Xi will wrap up the trip in Uzbekistan.

China and Serbia have signed a strategic partnership deal and 21 other agreements in trade, infrastructure and other fields as officials pledged to further improve ties.

“Let the Chinese-Serbian cooperation set a good example for cooperation with other nations of central and eastern Europe,” Xi said in Smederevo, a town on the Danube river. “Serbia holds an important, strategic position.”

Serbia’s cash-strapped economy is desperate for foreign investment following years of international isolation during the wars in the 1990s. The Balkan country is a candidate for European Union membership and Xi has supported the bid.

China’s Hebei Iron and Steel Group signed a 46 million euro ($52 million) deal in April to buy the loss-making Zelezara Smederevo plant from Pittsburgh-based U.S. Acier. The deal was closely watched by the EU amid concerns about overcapacity in the steel sector, which European steelmakers blame partly on a glut of cheap Chinese steel.

Prime Minister Aleksandar Vucic said Sunday that Chinese investors will turn the plant into “the best European steelworks.”

One of the employees, Sasa Jakovljevic, hailed Sunday as a “historic day” for him and his family.

“We expect our steel plant to start working normally. We expect the town to revive and things to get much better," il a dit.

Read the full article here

Liu Yunshan, the propaganda chief and Politburo Standing Committee member, attends the opening ceremony of the National People's Congress at the Great Hall of the People in Beijing on March 5, 2016. 
(Wang Zhao / AFP / Getty Images)Liu Yunshan, the propaganda chief and Politburo Standing Committee member, attends the opening ceremony of the National People's Congress at the Great Hall of the People in Beijing on March 5, 2016. 
(Wang Zhao / AFP / Getty Images)

analyse des Nouvelles

Very little has changed on the propaganda front in China fifty years from the start of the Cultural Revolution it seems—overly “red” songs are sung in prestigious ceremonial hall in Beijing, outspoken critics of the communist regime are silenced, and the Party leader appears to be establishing a personality cult.

The Party’s internal disciplinary agency, toutefois, isn’t amused by the latest efforts of Politburo Standing Committee member and propaganda chief Liu Yunshan.

The Propaganda Department’s leadership lacks political awareness, said Wang Haichen, the head of the discipline inspection team, in a June 3 report. The inspection team’s two-month probe of the Party’s pen also uncovered discrepancies between Party central’s instructions and what the department carries out, substandard hiring practices, a lack of robust checks against corruption, and a department that operates in an overly formal and bureaucratic manner.

The explicit indictment of the Propaganda Department by the Party’s internal police is the latest in a series of pushbacks by Xi Jinping against Liu Yunshan this year. The indictment, and recent political developments and rumors, suggest that Xi is looking to sideline Liu in the near future.

The June 3 report is an omen that a “huge political earthquake” would shake the top Party leadership, wrote the Chinese-language version of the BBC in its description of the news. “Xi Jinping’s political hindrance could be removed from his post.”

“This is a signal that the elite Chinese leadership isn’t happy with the Central Propaganda Department’s work, and that there will be a rectification of the department,” BBC wrote in the article, citing overseas commentary.

Xi has been in damage control mode ever since subtle propaganda efforts set out to besmirch him beginning in about February.

After the annual lunar new year gala hosted by China Central Television (CCTV) became an out-and-out propaganda drive that also glorified Xi, he publicly toured the headquarters of CCTV, Quotidien du Peuple, and Xinhua, the regime’s three main mouthpieces. Analysts say that Xi’s tour was an attempt to regain control over the Party’s pen.

In end February, the Propaganda Department-controlled internet authorities deleted the social media account belonging to retired tycoon Ren Zhiqiang after he made barbed remarks against regime policies. The internet authorities also issued a lengthy statement explaining their censure, an unusual move which suggested that serious action would be taken against Ren.

Foreign observers slammed Xi Jinping for clamping down on free speech. But the Party’s internal disciplinary agency merely handed Ren, a Party member, a year-long probation in May. Plus tôt ce mois-ci, Ren returned to form in criticizing polluting Chinese firms at an environmental forum—and incurred no rebuke.

If the above dynamics can be attributed to a tense back-and-forth between Xi Jinping and recalcitrant elements in his own administration, his enemies appeared to have gone too far last month. In the wake of a Cultural Revolution-themed concert held at the Great Hall of the People that juxtaposed Xi’s image with that of Mao Zedong, Xi seems to have gone on the offensive.

En mai, People’s Forum, a supplement to the People’s Daily, the official Party mouthpiece, prominently displayed on its website a enquête that sought to explain the concept of “gaojihei,” a term of the internet age. The phrase refers to a kind of sophisticated means of undermining the reputation of someone by damning them with fulsome praise. Days later, une Chinese internet blogger famous for fawning over Xi and churning out nationalistic pieces with Maoist tones got censored.

Xi even banned the Propaganda Department from calling him “Xi Dada,” or Uncle Xi, selon le journal de Hong Kong Ming Pao, possibly because the term, especially when used ad nauseum, casts him as a Mao-like figure.

There are two ways to understand Xi Jinping’s recent pushback. One is that he is simply attempting to prevent his political opponents from undermining him by painting him in the image of Mao; the other is that he has no choice but to seize control of the Party’s pen, command the Party’s military, and maintain a grinding anti-corruption campaign, merely to stay one step ahead in a “struggle of life and death” with a rival Party faction.

Propaganda chief Liu Yunshan is a known loyalist of Jiang Zemin the former Party boss. Before Xi took power, Jiang allowed his loyalists in the Politburo Standing Committee—military vice chairs Xu Caihou et Guo Boxiong, and security czar Zhou Yongkang, to name a few—to have the final say on their respective portfolios. In turn, Jiang’s loyalists are committed to protecting their patron because it allows for the continuation of the political order that he oversees.

Xi seeks real control over the Party, and the only way to do that is by dislodging the Jiang power nexus. He has already purged many of Jiang’s top allies, and assumed control over the Party’s gun through a sweeping military reform. The other key Party organ, the Propaganda Department, seems to be next.

Overseas Chinese-language media have recently carried rumors that Liu Yunshan could be purged, and his Propaganda Department reconstituted.

Wang Huning, a devoted adviser to three Party leaders, has reportedly gathered four other Politburo members to demand an investigation be launched against Liu Yunshan, according to Hong Kong political magazine Chengming. Wang and the others claim that Liu had overseen “irregular organizational activities,” and failed to properly perform his duties.

pendant ce temps Mingjing, a Chinese language publication that is known to traffic high-level political news, claims that Xi Jinping is looking to reorganize, and even rename, the Propaganda Department at an important leadership political conclave in 2017.

And according to sources in China, the internal Party disciplinary agency has placed Jiang Mianheng, le fils aîné de Jiang Zemin, en résidence surveillée. This move is of a piece with longstanding moves by Xi Jinping against Jiang Zemin and his loyalists.

These developments, coupled with the open criticism of the Propaganda Department, do not bode well for Liu Yunshan.

Read the full article here
  • Tags:, , ,
  • Author: <a href="http://www.theepochtimes.com/n3/author/larry-ong/" rel="author">Larry Ong</une>, <a href="http://www.theepochtimes.com/" title="Epoch Times" rel="publisher">Epoch Times</une>
  • Category: General