North Korean soldiers patrol next to the border fence near the town of Sinuiju across from the Chinese border town of Dandong on Feb. 10, 2016. (JOHANNES EISELE / AFP / Getty Images)North Korean soldiers patrol next to the border fence near the town of Sinuiju across from the Chinese border town of Dandong on Feb. 10, 2016. (JOHANNES EISELE / AFP / Getty Images)

BEIJING/HONG KONG — China‘s central bank has told banks to strictly implement United Nations sanctions against North Korea, four sources told Reuters, amid U.S. concerns that Beijing has not been tough enough over Pyongyang’s repeated nuclear tests.

Tensions between the United States and North Korea have ratcheted up after the sixth and most powerful nuclear test conducted by Pyongyang on Sept. 3 prompted the United Nations Security Council to impose further sanctions last week.

Chinese banks have come under scrutiny for their role as a conduit for funds flowing to and from China‘s increasingly isolated neighbor.

The sources said banks were told to stop providing financial services to new North Korean customers and to wind down loans with existing customers, following tighter sanctions against Pyongyang by the United Nations.

US Ambassador to the United Nations Nikki Haley (R) speaks with China’s Ambassador to the United Nations Liu Jieyi before voting on a US-drafted resolution toughening sanctions on North Korea, at the United Nations Headquarters in New York, le août. 5, 2017. (EDUARDO MUNOZ ALVAREZ/AFP/Getty Images)

The sources said lenders were asked to fully implement United Nations sanctions against North Korea and were warned of the economic losses and reputational risks if they did not do so.

Chinese banks received the document on Monday, les sources.

China‘s central bank did not immediately respond to a request for comment.

“At present, management of North Korea-related business has become an issue of national-level politics and national security,” according to the document seen by the sources.

The document directed banks to explain to any North Korean customers that “our bank is fulfilling our international obligations and implementing United Nations sanctions against North Korea. En tant que tel, we refuse to handle any individual loans connected to North Korea.”

The document did not specify whether existing North Korean account holders could still deposit or remove money from their accounts.

Frustrated that China had not done more to rein in North Korea, the Trump administration considered new sanctions in July on small Chinese banks and other firms doing business with Pyongyang, two senior U.S. officials told Reuters.

China‘s Big Four state-owned banks have stopped providing financial services to new North Korean clients, Reuters reported last week, with some measures beginning as early as the end of last year.

Read the full article here

A general view of New Zealand’s Parliament House in Wellington in this file photo. (Hagen Hopkins/Getty Images)A general view of New Zealand’s Parliament House in Wellington in this file photo. (Hagen Hopkins/Getty Images)

A Chinese-born MP from New Zealand’s ruling National Party has come under scrutiny for his former career teaching spies in China and his membership in the Chinese Communist Party. And while he is dismissing his background as being any reason for concern, those familiar with the inner workings of Beijing’s politics and intelligence activities are telling a different story.

The case is the latest episode in a series of recent events raising questions about Chinese influence in the internal affairs of Western democracies such as Australia, Canada, et les États-Unis.

La semaine dernière, New Zealand’s Newsroom et le Financial Times, which had conducted a joint investigation into MP Jian Yang, released reports that Yang had attracted the interest of the country’s Security Intelligence Service for his links to China’s military academies.

Yang studied and then worked for several years at elite military academic institutions, including the PLA Air Force Engineering College and the Luoyang Foreign Language Institute.

He first became a member of New Zealand’s parliament in 2011 and was part of different committees at different periods of time, among them foreign affairs, la défense, and trade. He currently remains a parliamentary private secretary for ethnic affairs.

Yang has been a major fundraiser in the Chinese community for the National Party, and has, as the Financial Times put it, “big-spending anonymous donors.” The reference is to a 2016 fundraiser with then-Prime Minister John Key, in which six unnamed Chinese donors donated a total of $100,000 to a bid to change New Zealand’s flag, selon local media reports. The donors wanted the Union Jack removed from the New Zealand flag because of the past China-Britain history.

New Zealand MP Jian Yang (New Zealand Parliament)

Speaking to reporters after the reports on his past emerged, Yang said he taught English language and American studies while at the Chinese military academies, adding that some of his students were trained to collect, monitor, and interpret information, selon The Associated Press.

Refuting “any allegations that question” his loyalty to New Zealand, Yang said he is a victim of a racist smear campaign.

“Although I was not born here I am proud to call myself a New Zealander, obey our laws, and contribute to this country,” he told reporters.

Yang said the military system has both ranking and non-ranking officers who are called civilians, and that he was one of the civilians.

“If you define those cadets, or students, as spies, Oui, then I was teaching spies," il a dit. “I can understand that people can be concerned because they do not understand the Chinese system,"At-il ajouté, selon The Associated Press. “But once they understand the system, they should be assured that this is nothing, really, you should be concerned about.”

But it is precisely those who have a good understanding of the political system in China, including a defector who used to work for the same regime as Yang, who are sounding the alarm.

Military Background

Yonglin Chen was the first secretary at the Chinese consulate in Sydney, Australie, until he defected in 2005. He was in charge of the consulate’s political department, tasked with overseeing and interfering with the members of the Chinese community overseas.

Chen says Yang’s background with the Chinese military is not something that can be ignored.

According to Chen, someone who graduates from the PLA Air Force Engineering College holds the rank of a lieutenant; and if he graduates from the Luoyang Foreign Language Institute with a Master’s degree, he at least holds the rank of captain.

Speaking to the Chinese edition of The Epoch Times, Chen said Chinese military academy students and faculty are “completely brainwashed” and New Zealanders ought to be cautious when it comes to people with a background in the military.

Anne-Marie Brady, a professor at the University of Canterbury in New Zealand and a global fellow at the Wilson Center, writes in a paper that the People’s Liberation Army “would not have allowed anyone with Yang Jian’s military intelligence background to go overseas to study—unless they had official permission.”

Chinese Student Associations

Before coming to New Zealand and taking an academic position at the University of Auckland, Yang was a graduate student at the Australian National University (ANU) in Canberra. According to an “exclusive interview” he gave to a Chinese-language publication, while at ANU he was chairman of the Chinese Student and Scholars Association (CSSA).

CSSAs, which are found on many campuses outside China including New Zealand, Australie, Canada, ROYAUME-UNI., et les États-Unis, are known by researchers as extensions of China’s overseas diplomatic apparatus and are used to control Chinese students abroad.

The “sur” section on the Facebook page of the CSSA at ANU says in Chinese that the association is “supported by the Chinese Embassy in Australia. le website of the CSSA at the University of Canberra says in Chinese that the Association is “under the administration of the Chinese Embassy in Australia.”

According Brady, CSSAs are “one of the main means the Chinese authorities use to guide Chinese students and scholars on short-term study abroad.”

Americans were treated to a not-so-secret experience of CSSAs’ mission earlier this year when the CSSA at the University of California–San Diego rallied Chinese students to stop a scheduled speech of the Dalai Lama, Tibet’s spiritual leader, at the university. The CSSA published a statement on WeChat (a Chinese instant messaging platform) that states, “the Chinese Student and Scholar Association has asked the Chinese Consulate in Los Angeles for instructions and, having received the instructions, is going to implement them.”

After defecting, Chen explained how the Chinese Communist Party (CCP) uses overseas student and community groups acting as front organizations to influence Western government officials and societies.

“The control of the overseas Chinese community has been a consistent strategy of the Chinese Communist Party and is the result of painstaking planning and management for dozens of years,” he said in a past interview. “It’s not just in Australia. It is done this way in other countries like the U.S. and Canada, too.”

Many of the CCP’s overseas espionage and initiatives to exert influence are organized by the United Front Department and the Overseas Chinese Affairs Office, Chen a dit.

Brady explains that the United Front takes its origin from a “Leninist tactic of strategic alliances.”

“United front activities incorporates working with groups and prominent individuals in society; information management and propaganda; and it has also frequently been a means of facilitating espionage,” she writes.

Selon Michel Juneau-Katsuya, former chief of Asia-Pacific for the Canadian Security Intelligence Service, the CCP has set up several organizations such as the National Congress of Chinese Canadians (NCCC) to act as its “agents of influence” au Canada. He said the CCP exerts influence among the Chinese diaspora and the broader public in other countries through similar organizations. The NCCC has strongly denied being a front for a foreign communist power.

“What is very important [pour la Chine] is to have certain organizations that become agents of influence of their own within the community, to be capable to identify first the dissidents, and be capable after that to lobby very much the local government of any country,” Juneau-Katsuya said.

Influence

Plus tôt cette année, the Australian Security Intelligence Organisation warned the country’s major political parties against taking millions in donations from individuals with close links to the Chinese regime, as this would make the nation vulnerable to Beijing’s influence.

The issue of China’s campaign to infiltrate and influence Australia, including shaping government policies and exerting influence over the Chinese community and media in Australia, were given more extensive attention in the press earlier this year. There has since been calls for banning donations from foreign sources to political parties.

In Canada, much of what happened in Australia with million-dollar donations would already be illegal due to legislated donation limits, at least on a federal level. Toutefois, Prime Minister Justin Trudeau was last year criticized by opposition parties for attending cash-for-access fundraisers attended by wealthy people from the Chinese-Canadian community, one of whom had an ongoing business initiative needing government approval. One of these events was attended by Zhang Bin, a political adviser to the Chinese government, according to The Globe and Mail. Trudeau ended the controversial cash-for-access fundraisers early this year.

In her paper, Brady lists several CCP policies that aim to gain control over foreign nations. Among them: appoint foreigners with access to political power to high profile roles in Chinese companies or Chinese-funded entities in the host country; co-opt foreign academics, entrepreneurs, and politicians to promote China’s perspective in the media and academia; the use of mergers, acquisitions, and partnerships with foreign companies, les universités, and research centres in order to acquire local identities that enhance influence activities; and potentially, access to military technology, commercial secrets, and other strategic information.

Read the full article here

Falun Gong exercise at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017, to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year.  (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)Falun Gong exercise at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017, to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year.  (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

NEW YORK—They had just arrived in the United States a little more than a week ago, but they were ready to tell the world about what they endured.

Ahead of the United Nations General Assembly in New York City, two sisters from China joined a group of about 80 meditating protesters outside the U.N. building. Rui and Xing are practitioners of Falun Dafa, a spiritual practice that the Chinese regime has heavily persecuted since 1999. They asked to use pseudonyms for fear of repercussions for their parents living in China, who also practice Falun Dafa (également connu sous le nom de Falun Gong).

Rui and Xing were just 11 et 8 years old when their father was arrested and sentenced to prison for 14 and a half years for his faith in the ancient Buddhist discipline. Feeling threatened by Falun Dafa’s growing popularity in China—reaching 100 million practitioners at its peak, according to Falun Gong sources, ou 70 million according to a survey by the state, the Communist authorities launched a systematic campaign in 1999 to eradicate the practice.

Falun Gong exercise at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017, to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year.  (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong exercise at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017, to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

In their home in Gansu, a central region of China, Rui and Xing recall the local police barging in and keeping them under house surveillance, keeping watch 24/7 for weeks on end. Six years later, their mother was also arrested and sentenced to prison. cette fois, the police also enlisted Rui’s school administrators and teachers to spy on her. 17 et 14 ans, they were left to fend for themselves, with the help of some Falun Dafa practitioners who lived nearby. Rui and Xing were told they could not apply for college student loans.

“We want to tell China’s delegates to stop the persecution, so that the practitioners in China can believe freely. They are people we know, people who are still suffering,” Rui said in Chinese.

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Despite the heavy winds on Tuesday, the Falun Dafa practitioners outside the U.N. arrived early in the morning to begin their silent protest. Most were either performing the exercises or holding tightly to their unfurled banners that threatened to collapse against the wind, with printed messages like “the world needs truth, la compassion, tolerance”—the faith’s three central tenets—and “bring Jiang Zemin to justice” in English and Chinese. Jiang was the leader of China who initiated the persecution.

Wang Luorui, a practitioner who had been arrested 11 times in China, said she hopes American president Donald Trump will put pressure on China to bring Jiang to justice. “It will allow Falun Gong to bring the universal values of truthfulness, la compassion, and tolerance to the Chinese people," dit-elle.

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Wang Cun Ling, a practitioner from Shanghai, said her faith helped her to become a responsible and caring teacher who mentored many students in China who successfully applied to top colleges. With the influence that the U.N. has over the world, she hopes to convey the message to all people that Falun Dafa is good. “We want to tell people the truth [about Falun Gong] in a peaceful, compassionate way," dit-elle.

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

fd-un-20170919-benjamin-chasteen0206

Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong exercise at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017, to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong exercise at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017, to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Read the full article here

Représentant des Etats-Unis Robert Lighthizer a déclaré lundi que les pratiques commerciales de la Chine et manipulatrices modèle économique représentent une « menace sans précédent ». (Paul Huang / La Grande Époque)Représentant des Etats-Unis Robert Lighthizer a déclaré lundi que les pratiques commerciales de la Chine et manipulatrices modèle économique représentent une « menace sans précédent ». (Paul Huang / La Grande Époque)

les pratiques commerciales et manipulatrice modèle économique de la Chine représentent une « menace sans précédent » à l'économie fondée sur le marché mondial et U.S. intérêts, a déclaré le titulaire du poste Représentant des États-Unis Robert Lighthizer dans un discours prononcé lundi.

Ce fut le premier grand discours public donnée par Lighthizer, un critique à long terme des pratiques commerciales de la Chine contre les Etats-Unis. Lighthizer dit à une foule de plus d'une centaine au Centre d'études stratégiques et internationales que la Chine représente le défi auquel fait face l'administration qui est « beaucoup plus difficile que ceux rencontrés dans le passé. »

« L'ampleur de leurs efforts coordonnés pour développer leur économie, pour subventionner, de créer des « champions nationaux,» Pour forcer les transferts de technologie, et de détruire le marché, en Chine et dans le monde, est une menace pour le système commercial mondial sans précédent,» A déclaré Lighthizer.

Lighthizer faisait référence à des centaines, voire des milliers d'entreprises d'État chinoises (SOE) qui sont institutionnellement protégés et promus par le régime chinois, par conséquent, connu sous le nom des « champions nationaux » de l'économie chinoise.

Non seulement les entreprises d'État chinoises bénéficient d'une protection étendue du régime chinois contre la concurrence étrangère, ils sont aussi souvent les coupables dans le vol de la technologie et d'autres propriétés intellectuelles des sociétés étrangères. Un grand nombre d'entreprises américaines ont été victimes de ces tactiques abusives par les Chinois, ce qui a entraîné des pertes d'emplois massives de la part des travailleurs américains, selon Lighthizer et bien d'autres critiques des pratiques commerciales de la Chine.

« Malheureusement, l'Organisation mondiale du commerce n'est pas équipé pour faire face à ce problème,» A déclaré Lighthizer, « OMC et ses prédécesseurs, l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), ne sont pas conçus pour gérer avec succès mercantilisme à cette échelle « .

« Nous devons trouver d'autres moyens de défendre nos entreprises, ouvriers, Les agriculteurs, et en effet, notre système économique,» A déclaré Lighthizer, « Nous devons trouver des moyens d'assurer notre économie de marché l'emporte. »

Cargos poste à quai d'un port à Qingdao, est de la Chine la province du Shandong en Juin 8, 2016. (STR / AFP / Getty Images)

les pratiques commerciales abusives des entreprises d'État chinoises ont infligé un préjudice important aux entreprises américaines et seront traitées par l'administration Trump, selon l'U.S. Représentant du commerce Robert Lighthizer. Photo montrant des navires cargo à quai dans un port de Qingdao, China. (STR / AFP / Getty Images)

Lighthizer n'a pas révélé des détails de l'enquête en cours concernant le vol présumé de la propriété intellectuelle de la Chine, un processus qui était commencé par le Président Trump le août. 14. il a révélé, toutefois, que les enquêteurs reçoivent « un très grand nombre de plaintes » de dirigeants d'entreprises américaines qui ont été blessés par les pratiques abusives des Chinois, avec beaucoup de se plaindre qu'ils ont été contraints de renoncer à leur technologie et les secrets d'entreprise à leurs concurrents chinois.

Trump continue belliciste Stance

Commentaire de Lighthizer le lundi représente le dernier signal de promesse de campagne de Trump d'une politique commerciale pure et dure contre la Chine reste ferme, malgré le départ le août. 19 de la Maison Blanche stratégiste en chef Steve Bannon, qui a été largement considéré comme principal défenseur d'une position belliciste de l'administration contre la Chine.

Lighthizer n'est pas le seul « faucon commercial » à l'intérieur de l'administration de Trump. Peter Navarro, un économiste qui est également connu pour la critique virulent du régime chinois et des pratiques commerciales de la Chine contre les Etats-Unis, a été choisi par le président Donald Trump à la tête du Conseil national du commerce nouvellement créé et est censé jouer un rôle clé dans la formation des politiques commerciales de l'administration Trump.

Read the full article here

Three legislators of Taiwan, Hsu Yung-ming, Yu Wan-ju, and Chang Hung-lu led the march to United Nations Headquarters during the Sept. 16 ‘Keep Taiwan Free’ march. Hundreds of activists held a rally in New York City on Saturday afternoon to protest Taiwan’s exclusion from the United Nations. (Paul Huang / La Grande Époque)Three legislators of Taiwan, Hsu Yung-ming, Yu Wan-ju, and Chang Hung-lu led the march to United Nations Headquarters during the Sept. 16 ‘Keep Taiwan Free’ march. Hundreds of activists held a rally in New York City on Saturday afternoon to protest Taiwan’s exclusion from the United Nations. (Paul Huang / La Grande Époque)

Hundreds of activists held a rally in New York City on Saturday afternoon to protest Taiwan’s exclusion from the United Nations and other international organizations. Taiwanese Americans, Chinese dissidents, and international supporters of Taiwan joined force with activists and politicians from Taiwan to push for Taiwan’s international participation as U.N. General Assembly started its new session.

China’s role in excluding Taiwan from the international community of nations was highlighted as activists kicked off their march to the UN Headquarters from the Consulate General of the People’s Republic of China in Hell’s Kitchen. In support of the rally prominent Chinese dissidents Yang Jianli and Teng Biao gave speeches in front of the consulate.

“China’s relentless and increasingly oppressive tactics to exclude Taiwan from the global community have only harmful consequences for mankind,” said Yang Jianli, who was jailed by the Chinese government from 2002 à 2006 for his pro-democracy activism. “Surely Taiwan has much to contribute to the world, and the UN should open its doors to the vibrant democracy of 23 million people.”

Chinese dissident Yang Jianli gives a speech on Sept. 16 in front of China's Consulate General Office in New York City to protest China's blocking of Taiwan from the United Nations and other international organization. (Paul Huang / La Grande Époque)

Chinese dissident Yang Jianli gives a speech on Sept. 16 in front of the Consulate General of the People’s Republic of China in New York City to protest China’s blocking of Taiwan from the United Nations and other international organizations. (Paul Huang / La Grande Époque)

The “Keep Taiwan Free” rally was organized by the New York-based Committee for Admission of Taiwan to the UN and was held to coincide with the 72nd Regular Session of the UN General Assembly, which convened sur septembre. 12 and runs through Sept. 25. Among those attending was a delegation from the Taiwan United Nations Alliance (TAIUNA)—a Taiwanese NGO that for 14 years has organized an annual trip to the United States to work for Taiwan’s inclusion in the UN.

A crowd of 600 participated in the event, selon les organisateurs. Starting at 4 pm, the marchers walked across Manhattan and eventually reached the Dag Hammarskjold Plaza in front of the UN Headquarters at around 5pm. The march was peaceful and caught the attention of many New Yorkers who were strolling through midtown on Saturday afternoon.

Hundreds of activists held a march on Saturday afternoon from the Consulate General of the People's Republic of China in Hell's Kitchen to the UN Headquarters on the other side of the Manhattan, to protest Taiwan's exclusion from the United Nations and other international organizations. (Paul Huang / La Grande Époque)

Hundreds of activists held a march on Saturday afternoon from the Consulate General of the People’s Republic of China in Hell’s Kitchen to the UN Headquarters on the other side of the Manhattan, to protest Taiwan’s exclusion from the United Nations and other international organizations. (Paul Huang / La Grande Époque)

Ting, a Taiwanese student studying in America, said that she participated in the rally because she wants her country to be recognized by other people, and she feels strongly about Taiwan having such an identity. An estimated 57,000 Taiwanese students are studying internationally around the world, most of them are in countries that don’t recognize Taiwan’s statehood diplomatically, including the United States, where 21,000 Taiwanese students are believed to be studying.

TAIUNA President Michael Tsai, who is also a former Minister of Defense of Taiwan, said that no one should be barred from participation in the UN. Tsai argued that even Palestine, held to be a “non-state entity” by many, was able to join the U.N. as an observer two years ago. Alors, “why can’t Taiwan?"

Michael Tsai (milieu), Taiwan's former Minister of Defense and president of the Taiwan United Nations Alliance, said that no one should be barred from participation in the UN. (Paul Huang / La Grande Époque)

Michael Tsai (milieu), Taiwan’s former Minister of Defense and president of the Taiwan United Nations Alliance, said that no one should be barred from participation in the UN. (Paul Huang / La Grande Époque)

Hsu Yung-ming, a Taiwanese legislator from the New Power Party flew from Taiwan and joined the rally. “Many people say the push for UN membership is impossible for Taiwan, but they fail to see what’s at stake here,” said Hsu. “Taiwan needs to make its voice heard by the international community. We need to make this an issue, and for the world to see there are 23 million people currently being excluded from the UN.”

Chang Hung-lu and Yu Wan-ju, two other legislators from the Democratic Progressive Party—the current ruling party of Taiwan—also joined the rally. “The fact that China has the power to exclude others from the United Nations is a violation of its founding philosophy, which is supposed to include everyone,” said Yu.

June Lin, one of the young Taiwanese Americans during the Sept. 16 'Keep Taiwan Free' march, gave a speech at the Dag Hammarskjold Plaza next to the UN Headquarters. (Paul Huang / La Grande Époque)

June Lin, one of the young Taiwanese-Americans during the Sept. 16 ‘Keep Taiwan Free’ march, gave a speech at the Dag Hammarskjold Plaza next to the UN Headquarters. (Paul Huang / La Grande Époque)

At Dag Hammarskjold Plaza next to the UN Headquarters, activist students took turns giving speeches supporting Taiwan’s return to the UN. June Lin, one of the young Taiwanese-Americans, said that the recent trial of Lee Ming-che, a Taiwanese citizen imprisoned by China, is the latest example why Taiwan needs to make its voice heard on the international stage.

Taiwan under the name “Republic of China” was kicked out of the UN by the 1971 General Assembly Resolution 2758 to make way for the People’s Republic of China. Taiwan has tried without success to reenter the U.N. depuis 1993.

Read the full article here

In this file photo a Chinese ship makes its way toward the Lions Gate Bridge into the Port of Vancouver,  one of North America's most important gateways to Asia.(CP Photo/Chuck Stoody)In this file photo a Chinese ship makes its way toward the Lions Gate Bridge into the Port of Vancouver,  one of North America's most important gateways to Asia.(CP Photo/Chuck Stoody)

ANALYSE DE NOUVELLES

As NAFTA negotiations with the United States show slow progress, une new survey shows that more Canadians want to increase trade relationships beyond the United States, with Europe and the U.K.—jurisdictions with similar democratic institutions as Canada—taking the top spots.

China takes the fourth spot as the trade partner of choice, a finding similar to periodic surveys in recent years showing a decline in Canadians’ interest in free trade with China.

The federal government is pushing ahead with free trade talks with China, toutefois, with a decision on the potential deal with the Asian giant expected this fall, according to The National Post.

The Epoch Times contacted Global Affairs Canada for an update on the Canada-China free trade talks, but answers to questions were not provided by press time. The government’s public consultation phase on the proposed deal closed in June.

As U.S. President Donald Trump plays hardball in NAFTA negotiations, Canada’s pursuit of a free trade deal with China has been cited by some as an attempt to send a signal to its southern neighbour that Canada isn’t limited in choice when it comes to trading partners.

But the Liberal government started negotiations on a potential free trade deal with China immediately after coming to power in the fall of 2015. That was long before Trump, then a Republican presidential candidate, criticized NAFTA’s terms as being overly in Canada’s favour as president of the United States.

The Angus Reid poll published last week asked Canadians where their government should look to develop closer trade ties. Autour 45 percent chose the EU, followed closely by the United States at around 40 pour cent. The third spot with 30 percent went to the U.K., which is in the midst of exiting the EU and will be on its own in any trade talks. China, with close to 25 pour cent, came in fourth.

Angus Reid notes that interest among Canadians for developing closer trade ties with China has been in decline since the research company first began its periodic polling on the subject in 2014.

Even among the Liberals’ own support base, c'est à dire. those who voted Liberal in the 2015 federal election, support for a free trade deal is below two in five.

Rule of Law

The Liberals’ “human connection” initiatives and “people-to-people exchanges” between China and Canada over the last few years were cited as being intended to reverse the negative polling trends of Canadians’ views on China, but it seems they haven’t succeeded in making Canadians more receptive to closer trade ties.

Perhaps that’s because it is not the elected representatives of the Chinese people that oversee the affairs of their country, but a single non-elected entity that controls all branches of power, including the judiciary, in a one-party system.

The overt state control in China is something that worries Dean Allison, the Conservatives’ newly appointed international trade critic, should a Canada-China free trade agreement go ahead.

“We certainly don’t mind doing deals with the Chinese people. It’s when you have the state involved in such a large way that gives us some great concerns,” he said in an interview.

That’s the lesson Amy Chang hopes Canadians wanting to do business in China learn. Chang’s parents, John Chang and Allison Lu, Canadian citizens who own wineries in B.C. and Ontario, are currently being held by Chinese authorities in Shanghai over an alleged customs valuation dispute.

According to Chang, the Chinese authorities have criminalized a commercial dispute in her parents’ case.

“If this is an issue regarding undervaluation, then they can let me know and we can deal with this diplomatically. There’s no need to have Canadian citizens detained overseas and imprisoned,” Chang told The Canadian Press last spring when she visited Ottawa to plead with federal politicians for help in getting her parents released.

"[Beijing] really is a government that doesn’t play by the rules, it isn’t rule-based,” said Allison. "[En Chine] we have clear violations of the rule of law as it would exist here in Canada.”

That means that when it comes to a free trade deal with China, there is no guarantee of a level playing field, il a dit.

“If you and I are making decisions in Canada based on business and personal interest and how the market economy works, that’s one thing, but we are competing with a systematically organized and controlled state-run operation. I think that skews the level playing field,” Allison said.

Read the full article here

Les touristes à pied avec leurs bagages à l'aéroport international de Pékin Novembre 24, 2016.
(Fred Dufour / AFP / Getty Images)Les touristes à pied avec leurs bagages à l'aéroport international de Pékin Novembre 24, 2016.
(Fred Dufour / AFP / Getty Images)

Après avoir quitté sa Chine natale et est entré aux États-Unis par un anneau de contrebande 2014, Zheng Lili rappelle le point culminant de son voyage de long mois, qui l'a prise dans le monde et coûter des dizaines de milliers de dollars.

«J'avais peur de la mort, à bout de souffle, Je pensais que je mourrais là-bas. » Il était à ce moment-là, après avoir traversé le Rio Grande, qu'elle a entendu les policiers disent, "Bienvenue en Amérique!"

Son premier arrêt était Moscou. De là, elle est allée à Cuba, où un visa n'est pas nécessaire pour les ressortissants chinois séjournant moins d'un mois, avant d'arriver enfin à Mexico et de se lancer dans leur voyage de randonnée au nord.

En douanes mexicaines, le chef du groupe Zheng était en avait dit tout le monde à glisser $200 dans son passeport. Ils ont ensuite été conduits à une voie d'entrée spéciale et obtenu à travers sans peine. Rejoint par une douzaine d'autres de différents pays, ils partirent à minuit dans un voyage à la vallée du Rio Grande. Pendant deux jours consécutifs, ils ont marché sur la terre infestée de moustiques, constamment prêts à se jeter à terre pour échapper à des hélicoptères ou des véhicules de patrouille.

Zheng était tellement épuisé qu'elle devait être portée par son fils et un autre immigrant. « Nous avons tous regardé avec impatience d'être arrêté après avoir traversé, car il accélère le processus,» At-elle déclaré à La Grande Époque.

Son fils a été libéré sous caution un mois plus tard, et a été rapidement accordé l'asile politique à cause de la foi chrétienne, il a appris de sa grand-mère pieuse. Zheng a été détenu pendant deux ans.

L'expérience de Zheng Lili n'est pas unique. août. 26 cette année, vingt-trois Chinois ont été arrêtés en traversant la frontière Otay Mesa de San Diego, le plus grand buste d'entrée illégale par des ressortissants chinois via le Mexique.

Avec sept Mexicains, le groupe a été découvert alors qu'ils traversent un tunnel de cross-country du Mexique. Tous sont venus de la Chine-22 sud-est de la province côtière du Fujian et un de la province voisine du Guangdong.

Zheng, aussi du Fujian, est arrivé aux États-Unis en 2014 et a passé deux ans en détention avant qu'elle ait été réunie avec son mari 2016. Son mari, Chen Zhiqiang, était lui-même un immigrant illégal: il avait gagné l'entrée plus de vingt ans plus tôt avec un faux passeport obtenu aux Pays-Bas. Chen Zheng et ont été les derniers 39 Chen-familles dans leur surnommés ville qui a quitté la maison pour les États-Unis.

Fujian a toujours été l'une des plus importantes sources pour les immigrants chinois. Changle District, qui, dans les années 1970 est devenu fin l'un des premiers ports chinois a ouvert pour le commerce international, a gagné le surnom « Village de contrebandiers. » De 1980 à 2005, plus de 200,000 personnes avaient été victimes de la traite vers des destinations d'outre-mer, selon Sina, un groupe de médias chinois en ligne.

à Fuzhou, capitale du Fujian, des dizaines de milliers de « enfants délaissés » vivaient avec leurs grands-parents, selon Nouvelles de Pékin. Les beaux-parents non autorisés immigrants qui travaillent aux États-Unis, ont envoyé leurs enfants en bas âge en arrière parce qu'ils n'avaient plus d'énergie ou le temps de prendre soin d'eux, après avoir peiné pour 13 heures par jour ou plus. Changle District, qui se trouve près de Fuzhou et a autour 712,500 résidents, dénombré 5,000 US-enfants nés 2012. Presque tous les ménages locaux avaient quelqu'un vivant à l'étranger.

Fujian a une longue tradition d'émigration, à partir de l'antiquité comme les commerçants chinois ont quitté le continent et se sont installés à l'étranger, souvent en Asie du Sud. Au début des années 1960, les marins qui ont pris le travail du Fujian à Hong Kong ont découvert qu'ils pouvaient gagner 15 fois plus aux États-Unis, a déclenché une première vague d'émigration vers l'Occident.

Peu à peu, un vaste réseau et une industrie de la contrebande développés. « Quand les autres sont sortis et nous ne, il nous a fait mal paraître,» Les immigrants anonymes ont dit Sohu, un autre site de médias chinois. Les villageois de Changle fixeraient des feux d'artifice pour célébrer chaque fois que quelqu'un fait aux États-Unis.

« Il y a eu beaucoup de cas historiques du peuple chinois étant amenés aux États-Unis illégalement sur les navires, dans les autocars de chemin de fer, cachés dans les voitures, à travers les tunnels, sur les avions - tous les moyens imaginables que les humains peuvent penser à traverser la frontière,» Elliot Young, un professeur d'histoire à Portland, Lewis and Clark College et auteur du livre « Alien Nation de l'Oregon,» Qui documente l'histoire de l'immigration de la Chine aux États-Unis, dit Voice of America.

« Les Chinois étaient parmi les premiers à inventer ces moyens de se soustraire à un contrôle des frontières,» Elliott Young.

Zheng Qi (non liée à Zheng Lili), président de l'Association de Bienfaisance Fukien d'Amérique, fait son chemin en Amérique avec un passeport touristique Thaïlande, selon US-China Press. Dans sa première tentative infructueuse, l'agence de Voyage basée à Hong Kong lui a obtenu un visa de Voyage au Canada, ce qui lui est arrivé à la frontière canadienne avant qu'il ne soit découvert et rapatriée.

le Migration Policy Institute estimations sur 268,000 immigrants illégaux ou sans papiers en provenance de Chine, ce qui les rend le cinquième plus grand groupe parmi plus 11 millions d'immigrants illégaux résidant aux États-Unis, et le plus grand de tous les pays d'Amérique latine non. Dans un 2016 report, le MPI a identifié la Chine comme l'une des principales sources d'immigrants du monde.

Sur une période de sept mois d'Octobre 2016 ce mai, la patrouille frontalière Californie appréhendé 663 Chinois en essayant d'entrer illégalement aux États-Unis, un grand saut d'un simple 48 sur la même période 2016, et juste 5 l'année d'avant, NBC 7 signalé.

Smugglers voir les clients chinois comme plus rentables que celles de l'Amérique latine ou au Mexique, car les gangs peuvent exiger des frais plus élevés en raison de la route Voyage plus. Au cours des dernières décennies, le coût de la contrebande d'immigrants a plus que doublé, passant de $30,000 à $50,000 à $70,000, selon le Conseil des relations étrangères.

Il est rare que ces frais payés d'avance aux passeurs, appelé Shetou ou « têtes de serpent » en chinois, selon le professeur Elliott Young.

Jeune observé que les immigrés seraient généralement des dispositions avec le contrebandier sur une certaine quantité de paiement autour de bas quelques milliers de dollars et « travailler leur dette aux Etats-Unis en travaillant dans une entreprise. » « Ils travaillent dans les restaurants, fabriques de vêtements et d'autres, souvent chinois appartenant à, entreprises," il a dit.

Une expression sarcastique chinoise décrit une vie typique au jour le jour de l'immigration illégale en arrivant aux États-Unis: « Jour au poêle, nuit sur l'oreiller, et le week-end chez l'avocat « .

Read the full article here

In a video released by the Chinese court, a visibly shaken Lee Ching-yu can be seen reading out a statement in court that admits his guilt for “subverting” the Chinse government. Lee’s wife can be seen sitting in the last row of the court room. (Weibo Screenshot/Yueyang Intermediate People's Court)In a video released by the Chinese court, a visibly shaken Lee Ching-yu can be seen reading out a statement in court that admits his guilt for “subverting” the Chinse government. Lee’s wife can be seen sitting in the last row of the court room. (Weibo Screenshot/Yueyang Intermediate People's Court)

The Chinese regime held a show trial to convict Lee Ming-che, a Taiwanese human rights activist who has been imprisoned in China since March of this year under charges of “subversion.”

Lee is the first Taiwanese citizen ever to become a political prisoner in China, and the case has attracted considerable international attention. Human rights groups and Lee’s wife blasted the Chinese regime’s treatment of Lee and have criticized the trial as a mockery of justice.

Lee Ming-che disappeared in late March 2017 when he attempted to enter China via Zhuhai, Guangdong, from Macau. The Chinese regime later confirmed that Lee was detained and charged with “subversion.” Lee’s alleged crimes consisted of sending books and materials to friends in China who are interested in human rights, and engaging in online chat group discussions with other Chinese human rights advocates.

Après 170 days in jail, the 42-year-old Lee went on trial in Yueyang Intermediate People’s Court in Hunan on Sept. 11. The hearing was broadcast live on the court’s Weibo (China’s equivalent of Twitter), supposedly to demonstrate that the trial was fair and open. Lee was tried along with his co-defendant Peng Yuhua who allegedly also participated in the “subversive” online chat group.

In the video, a visibly shaken Lee pleaded guilty to charges of “subverting state power,” and can be seen reading out a statement in court that blamed “false portrayals of China in Taiwanese media” for his action. He also expressed his “gratitude” to the Chinese authorities and said he saw how “fair and civilized” China’s justice system is.

As is typical with China’s judicial system, nowhere in the recorded video of the proceeding did Lee’s court-assigned “attorney” speak in Lee’s defense, nor make any statement contradicting the prosecutors’ charges. The trial ended with both Lee and Peng’s “confessions,” and the court announced that a hearing on sentencing will be held in future date.

//platform.twitter.com/widgets.js

Lee’s wife Lee Ching-yu who was allowed to travel to China and attend the court on Monday, released a statement asking the Taiwanese people to forgive her husband for the “embarrassing confession” he made in court under duress. Chinese authorities only allowed Lee to enter court in the middle of the proceedings, and she was seen sitting in the last row of the court room.

The court’s Weibo published several photos of the trial, including one that shows Lee Ching-yu reunited with her husband and holding his hands.

Since his arrest in March, Lee Ming-che was not allowed any communication with the outside world—not even his wife and family. Lee’s wife later posted on Facebook that she felt Lee was afraid of saying anything in front of her, and all that the couple could do was to hold hands and look at each other.

“I am proud of you, Lee Ming-che!” Lee’s wife Lee Ching-yu posted a photo on Facebook showing support for her husband prior to Monday’s court trial. (Lee Ching-yu’s Facebook)

Lee Ching-yu has launched a relentless and high profile public campaign to seek her husband’s release. Précédemment, Lee attempted to travel to China in April but was rejected from boarding at the Taoyuan airport as her travel permit to mainland China was cancelled by the Chinese regime. She later traveled to the United States in May and testified at a U.S. Congressional hearing. She also met with various human rights NGOs and Trump administration officials.

The Taiwanese public has reacted to the trial with anger. Many Taiwanese netizens have been using the hashtag “We are all Lee Ming-che” on Facebook and other social media to express their solidarity with Lee.

Taiwan’s Mainland Affairs Council, which serves as the country’s official agency dealing with the mainland Chinese regime, dispatched a team of advisors and assistants to accompany Lee Ching-yu to China. Tt also released a statement after Monday’s trial that says that it is “disappointed” that the Chinese government did not observe due process in the trial.

Despite this, many inside Taiwan still perceive the government’s response to the case as too weak and insufficient to demonstrate Taiwan’s resolve.

Précédemment, Taiwan’s Tsai Ing-wen administration had sought to minimize confrontation with the hostile Chinese regime on the other side of the strait. After reports surfaced that there was some friction between Lee Ching-yu’s high profile campaign and the Taiwanese government’s low profile approach to the case, the Tsai administration publicly pledged to ramp up efforts to rescue Lee Ming-che,

Lee is notable for being the first ever Taiwanese citizen to be recorded as a political prisoner in China by the political prisoner database maintained by U.S. Congressional Executive Commission On China (CECC).

Read the full article here

This picture from North Korea's official Korean Central News Agency (KCNA) taken on August 29, 2017 and released on Aug. 30, 2017 shows North Korea's intermediate-range strategic ballistic rocket Hwasong-12 lifting off from the launching pad at an undisclosed location near Pyongyang. (STR / AFP / Getty Images)This picture from North Korea's official Korean Central News Agency (KCNA) taken on August 29, 2017 and released on Aug. 30, 2017 shows North Korea's intermediate-range strategic ballistic rocket Hwasong-12 lifting off from the launching pad at an undisclosed location near Pyongyang. (STR / AFP / Getty Images)

The Chinese regime is on high alert for radiation seeping into China from North Korea’s latest nuclear test.

The test took place less than 50 miles from China’s border. The magnitude-6.3 earthquake could be felt by locals and Chinese hundreds of miles away as the essai nucléaire went off. A smaller tremor followed. It could be from a structural collapse after the first earthquake. The worry is that radiation was emitted into the atmosphere due to underground shifting, The Wall Street Journal reported.

The Chinese regime said that testing centers haven’t detected radiation yet. Soil, air, and water will continue to be tested. Seismologist Steven Gibbons told WSJ that it may take days or weeks to detect radiation. An environmental issue could become a political issue if the regime thinks that it is being perceived as weak on North Korea.

Chinese officials are reported to have told South Korea’s former President Park Geun-hye that North Korea’s nuclear testing in 2013 contaminated the Yalu River, which runs across the border between China and North Korea. Chinese officials neither confirm nor deny the comment, but since 2013 China has added several radiation-monitoring stations.

China had planned to add at least two more monitoring stations, to come some time after the latest nuclear test. This sixth test was the largest out of North Korea and 10 times bigger than last year’s test blast. A potential radiation leak is a great concern to the 100 million residents of China’s northeastern provinces. Exposure to the radioactive elements emitted in a blast could cause cancer or even death.

“If it turns out that there is fallout, and some leaking that threatens northeastern China, it will likely change China’s stance,” said Zhu Feng, an expert from Nanjing University. “It would need to tell people that it will keep [Corée du Nord] under check.” China is North Korea’s biggest trade partner, aid donor, and investor.

Nuclear tests are conducted underneath a large mountain. The North Korean state-run news agency stiffly stated that the test went off without a problem. “There’s a lot of mountain to go before you reach air,” said Gibbons. But Comprehensive Test Ban Treaty Organization head Lassina Zerbo said that a leak could spread over northeastern China and then into far eastern Russia over the week.

There is also worry that the nuclear tests could set off a volcano on the border that is known as Mount Changbai to Chinese and Mount Paektu to Koreans. Chinese locals near the Korean border are worried about the panic continued testing could create. The last test was already a huge shock.

Kim Jong Un has bragged about having the capability of reaching the United States with a nuclear-tipped ICBM. The United States has systems in place to detect any such launch, Fox New reported. Military spy satellites can pick up a heat and plume signature of a launched missile. The detection can be transferred to NORAD and to U.S. Strategic Command.

Missile defense can then be put into action by ground-based interceptors on the U.S. West Coast.

De NTD.tv

Read the full article here
  • Tags:, ,
  • Author: <a href="http://www.theepochtimes.com/n3/author/colin-fredericson/" rel="author">Colin Fredericson</une>, <a href="http://www.theepochtimes.com/" title="Epoch Times" rel="publisher">Epoch Times</une>
  • Category: General

dan Blumenthal (centre), Directeur des études asiatiques à l'American Enterprise Institute, parle à une discussion sur les relations U.S-Corée au Centre d'études stratégiques et internationales, sur septembre. 5, 2017, à Washington. (Paul Huang / La Grande Époque)dan Blumenthal (centre), Directeur des études asiatiques à l'American Enterprise Institute, parle à une discussion sur les relations U.S-Corée au Centre d'études stratégiques et internationales, sur septembre. 5, 2017, à Washington. (Paul Huang / La Grande Époque)

WASHINGTON - À la suite de la semaine dernière essai nucléaire par la Corée du Nord qui aurait fait exploser une bombe à hydrogène, les experts suggèrent que le temps est venu pour les Etats-Unis d'appliquer des pressions accablantes sur la Chine afin de le forcer à abandonner le régime Kim rude et mettre un terme à ses provocations bienséant-sans fin et agressions.

dan Blumenthal, Directeur des études asiatiques à l'American Enterprise Institute, a déclaré mardi qu'il est possible pour les États-Unis et la Chine pour parvenir à un accord sur l'avenir de la péninsule coréenne, à condition que États-Unis « fait de la Chine se sentent tellement la douleur sur ses relations avec la Corée du Nord » afin que la Chine finirait par renoncer à son soutien au régime totalitaire Kim Jong-un.

Parmi un groupe d'experts qui ont participé à la discussion sur la stratégie en Corée du Sud-américaine organisée par le Centre d'études stratégiques et internationales (Le SCRS) sur septembre. 5, tous d'accord qu'une unification de la péninsule coréenne sous la domination démocratique du Corée du Sud devrait désirer « objectif final » pour les Etats-Unis et la Corée du Sud. However, Dan Blumenthal a été le plus virulent quand il est venu à plaider en faveur d'une politique intransigeante contre la Chine sur son soutien à la Corée du Nord.

« Ce que nous devons faire, et ce que nous avons fait efficacement, est d'effrayer la Chine,» A déclaré Dan Blumenthal, "[Les Etats-Unis devraient] faire de la Chine très peur, et sur ses talons sur ce que nous allons faire, et ce que nous sommes capables de faire « .

Blumenthal a également déclaré que l'approche de Trump en Corée du Nord est plus ou moins sur la bonne trajectoire: « La politique adoptée par l'administration de Trump est en ce moment de lier la Corée du Nord comme un passif pour la Chine, faire de la Chine se sentent tellement mal pour ses relations avec la Corée du Nord,» A déclaré Blumenthal, « À un moment donné de la Chine dirait, trop c'est trop."

« La Chine va aider à se débarrasser du régime de Kim, et lui donner une belle villa à Shenyang, avec Dennis Rodman comme son compagnon,» A déclaré Blumenthal.

Après le sixième essai nucléaire le dimanche Corée du Nord, Président Trump promis que les Etats-Unis arrêtera tous les échanges commerciaux avec tous les pays faisant des affaires avec la Corée du Nord. La Chine est actuellement le plus grand partenaire commercial de la Corée du Nord. Auparavant, Trump a dit à plusieurs reprises qu'il était « déçu » en Chine pour ne pas aider les agressions nucléaires de l'arrêt Corée du Nord.

Une longue gamme B-1B bombardier stratégique dans un fichier photo. En Juillet de cette année, le U.S. a transporté deux des bombardiers au-dessus de la péninsule nord-coréenne dans une démonstration de force. Michael Green, le vice-président senior pour l'Asie et le Japon Président du SCRS, a déclaré que la Chine doit être contraint de changer par une approche de force, comme la construction de la crainte d'une U.S. attaque la Corée du Nord dans l'esprit des dirigeants du régime chinois. (Courtoisie US Air Force / Getty Images)

Une longue gamme B-1B bombardier stratégique dans un fichier photo. En Juillet de cette année, le U.S. a transporté deux des bombardiers au-dessus de la péninsule nord-coréenne dans une démonstration de force. Michael Green, le vice-président senior pour l'Asie et le Japon Président du SCRS, a déclaré que la Chine doit être contraint de changer par une approche de force, comme la construction de la crainte d'une U.S. attaque la Corée du Nord dans l'esprit des dirigeants du régime chinois. (Courtoisie US Air Force / Getty Images)

Michael Green, le vice-président senior pour l'Asie et le Japon Président du SCRS, a dit qu'il remplacerait le mot « encourager » le mot « faire peur ». Cependant, Green a également reconnu que la Chine doit être contraint de changer par une approche de force, comme la construction de la crainte d'une U.S. attaque [la Corée du Nord] dans l'esprit des dirigeants du régime chinois.

D'autres experts ont exprimé plus de doute sur la possibilité que pourrait modifier le comportement du régime chinois. Laura Rosenberger, Directeur de l'Alliance pour la démocratie Securing dit, « Je suis plus pessimiste sur elle. Nous oublions que [le régime chinois] a une direction du parti communiste. C'est une question existentielle « .

Read the full article here

Le président chinois Xi Jinping à Xiamen, sud-est de la province chinoise du Fujian, sur septembre. 5, 2017.
(WU HONG / AFP / Getty Images)Le président chinois Xi Jinping à Xiamen, sud-est de la province chinoise du Fujian, sur septembre. 5, 2017.
(WU HONG / AFP / Getty Images)

La Corée du Nord a déclaré qu'il a testé sa sixième bombe nucléaire sur septembre. 3, un mouvement avec force condamné par le Secrétaire général António Guterres et U.S. Le président Donald Trump, qui a menacé de cesser de commercer avec un pays faire des affaires avec le pays communiste reclus.

De tous les pays qui ont des relations diplomatiques avec la Corée du Nord, La menace de Trump frappe sans doute le plus proche de la maison pour le régime chinois, le plus grand allié et historiquement le plus fidèle de la Corée du Nord.

Au cours des années, La Chine a soutenu son voisin communiste, craignant qu'un effondrement du régime Kim enverrait des milliers de réfugiés se déversent dans le pays.

Le régime chinois utilise également la Corée du Nord comme une puce de négociation avec les États-Unis, affirmant que la Chine est le seul qui peut apporter la Corée du Nord à la table, dit Chen Pokong, un analyste de l'actualité en Chine.

Mais le régime chinois ne veut pas aussi faire face à la réaction et de l'instabilité dans la région que la Corée du Nord a créé.

<a href="http://img.theepochtimes.com/n3/eet-content/uploads/2017/07/12/GettyImages-689969574.jpg" class="light-box" data-lightbox="59aefff3999db" data-title="The test fire of a ballistic missile at an undisclosed location in North Korea in an undated photo released by North Korea’s official Korean Central News Agency on May 30, 2017.
(STR / AFP / Getty Images)”>Le feu d'essai d'un missile balistique à un endroit tenu secret en Corée du Nord dans une photo non datée publiée par l'Agence centrale coréenne Nouvelles officielle de la Corée du Nord en mai 30, 2017.  (STR / AFP / Getty Images)

Le feu d'essai d'un missile balistique à un endroit tenu secret en Corée du Nord dans une photo non datée publiée par l'Agence centrale coréenne Nouvelles officielle de la Corée du Nord en mai 30, 2017.
(STR / AFP / Getty Images)

Pour ces raisons, Pékin a montré sa désapprobation au sujet de la corde raide de la Corée du Nord, mais en même temps, n'a pas fait beaucoup pour l'arrêter.

dirigeant chinois Xi Jinping et le président russe Vladimir Putin, qui étaient à un sommet en Chine au cours du dernier essai nucléaire, à la fois juré de façon ambiguë « traiter de façon appropriée » avec » les provocations du Nord, selon les médias chinois-Run State-.

Lorsque la Corée du Nord a tiré un missile sur le Japon le août. 29, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying a appelé à la retenue de toutes les parties et pour tout le monde pour étudier les « résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l'ONU. »

Cela pose la question de savoir si la Chine, en cas d'un conflit tous azimuts, finiraient par se ranger du côté des États-Unis ou son voisin franc-tireur.

Alors que le régime chinois sous Mao a signé un pacte avec la Corée du Nord 1961 que la Chine obligé de venir à l'aide de la Corée du Nord en cas d'une attaque, L'administration de M. Xi a commencé à montrer des signes de la fin du soutien de longue date de la Chine pour le régime de Kim.

Plus tôt en Août, La Chine a approuvé des sanctions de l'ONU contre la Corée du Nord après Trump a mis une forte pression sur Pékin pour brider son voisin voyou.

Pékin a également annoncé à la mi-Août qu'il interdirait les importations de produits tels que le charbon, poisson, et le fer de la Corée du Nord à partir septembre. 5-a mouvement important étant donné que sur les 90 pour cent des recettes d'exportation de la Corée du Nord provient du commerce avec la Chine.

La Chine a également été fortifiant aurait sa frontière avec la Corée du Nord en envoyant plus de troupes dans la région, la tenue des exercices militaires, et la collecte de renseignements par 24-7 surveillance.

En même temps, La Chine a déclaré qu'elle « ne laissera jamais le chaos et la guerre sur la péninsule,» Selon le représentant de la Chine à l'ONU.

De plus aggravante relations de la Corée du Nord avec la Chine est le moment de Pyongyang. Tant le missile sur le Japon et l'essai nucléaire se rapprochent au Congrès du 19ème Parti du régime chinois, un événement unique en cinq ans au cours de laquelle les nouveaux dirigeants de la Chine est choisi.

« Le Parti communiste chinois a besoin de créer un environnement stable [avant le 19ème Congrès du Parti],« Il a dit Chen Hong Kong. « Cela signifie que le PCC est prêt à faire des compromis avec les autres, même soumettre à l'humiliation. [dirigeant nord-coréen] Kim Jong Un voit, donc il prend toujours ce moment le plus crucial d'être provocateur « .

NOUS. Le président Donald Trump et dirigeant chinois Xi Jinping marcher ensemble dans le domaine Mar-a-Lago à West Palm Beach, Floride, en avril 7, 2017. (JIM WATSON / AFP / Getty Images)

NOUS. Le président Donald Trump et dirigeant chinois Xi Jinping marcher ensemble dans le domaine Mar-a-Lago à West Palm Beach, Floride, en avril 7, 2017. (JIM WATSON / AFP / Getty Images)

Lorsque Trump et Xi rencontré en personne pour la première fois en Avril, La Corée du Nord a été l'un des sujets de conversation. En sortant de cette, Trump a dit qu'il comprend mieux la complexité de la situation de la Chine et a bon espoir que Xi aiderait l'affaire États-Unis avec la Corée du Nord.

« Ils ont des pressions qui sont des pressions difficiles, et je comprends. Et vous savez, ne pas oublier, China, au cours des nombreuses années, a été en guerre avec la Corée, vous savez, guerres avec la Corée. Ce n'est pas comme, 'Oh, eh bien, « Ils ont eu de nombreuses guerres avec la Corée vous venez de faire tout ce que nous disons.,» At-il déclaré aux journalistes de la Maison Blanche en Juillet.

Bien que le régime chinois a accepté de coopérer avec les États-Unis pour sanctionner la Corée du Nord, leurs points de départ diffèrent. Le régime chinois préconise tous les côtés à venir à la table, tandis que les États-Unis veulent la Corée du Nord d'abandonner son programme nucléaire avant qu'il s'asseoir aux pourparlers.

récemment, toutefois,, Trump a laissé entendre que les négociations, si la Corée du Nord établit son arsenal nucléaire ou non, sont futiles.

« La Corée du Nord est une nation voyou qui est devenu une grande menace et de l'embarras en Chine, qui essaie d'aider mais avec peu de succès,» Il a tweeté septembre. 3. « La Corée du Sud est de trouver, comme je leur ai dit, que leur parler de complaisance avec la Corée du Nord ne fonctionnera pas, ils ne comprennent qu'une chose!"

Qu'est-ce que Kim veut

Les analystes estiment que Kim Jong Un raffole le respect qui vient d'être reconnu comme une puissance nucléaire, et n'a aucun intérêt à abandonner ses armes nucléaires.

« Bien que géographiquement une petite nation, si elle est une grande nation nucléaire, l'empire de son régime de Kim-dictateur va durer éternellement. Ainsi, Kim poursuit la stabilité de son régime,« Chen a dit que Hong Kong.

« L'objectif ultime de la Corée du Nord est de forcer les Etats-Unis à l'accepter comme un état nucléaire, et être en mesure de parler aux États-Unis sur cette base,» A déclaré l'analyste des affaires politiques de NTDTV Asie de l'Est Wen Zhao.

dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un (C) à Pyongyang Fe. 22, 2017. (STR / AFP / Getty Images)

dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un (C) à Pyongyang Fe. 22, 2017. (STR / AFP / Getty Images)

However, il ne semble pas probable que les Etats-Unis et d'autres pays nucléaires volontairement permettent la Corée du Nord d'être une puissance nucléaire.

Si Trump porte par sa menace de couper les liens commerciaux avec les bailleurs de fonds de la Corée du Nord, il pourrait se pencher sur une guerre commerciale avec l'un des plus importants commerciaux des États-Unis partenaires Chine.

Trump n'a pas caché le fait qu'il veut renégocier des accords commerciaux avec la deuxième plus grande économie du monde, en disant aux journalistes en Juillet, « Je vais un peu plus facile [sur la Chine] parce que je voudrais avoir leur aide ... Mais nous devons fixer le commerce avec la Chine parce qu'il est très, très non réciproque « .

« En ce qui concerne la Corée du Nord, notre force est le commerce,"At-il ajouté.

Les Etats-Unis est le plus grand importateur de la Chine. Si Trump suit ses menaces, le régime chinois pourrait être forcé de choisir entre la survie de sa propre économie et celle de la Corée du Nord.

« Une fois que la pression est suffisamment élevée, Je crois que le gouvernement Xi choisira l'option avec les moins conséquences négatives,« Il a dit Chen Kuide, le rédacteur en chef de la Chine en perspective, un magazine en langue chinoise numérique de Princeton qui couvre le mouvement de la démocratie de la Chine et les droits des questions.

De NTD.tv

NTD Nouvelles de Tina Lin a contribué à cet article.

Read the full article here

NOUS. Représentant. Jim BridenstineNOUS. Représentant. Jim Bridenstine

défenseur de l'espace de longue date Rep. Jim Bridenstine (R-Okla.) a été nommé par le président Trump pour être le prochain administrateur de la NASA. Birdenstine est connu pour son fort soutien pour une nouvelle mission habitée vers la Lune, et sa conviction que les Etats-Unis ont besoin de contester la présence sans cesse croissante de la Chine dans l'espace.

La nomination de l'ancien pilote de la Navy et membre du Congrès à trois termes de l'Oklahoma a été prévu depuis un certain temps, et a finalement été annoncé sur septembre. 1. Précédemment, Trump a chargé le vice-président Mike Pence pour mener une nouvelle créé le Conseil national de l'espace visant à revigorer et l'U.S réaffirmant. présence dans l'espace.

Bridenstine a été une voix active au Congrès pour augmenter la U.S. engagement envers le programme spatial. Dans 2016 Bridenstine introduit H.R. 4945, la Loi sur la Renaissance spatiale américaine, qui visait à réformer et à moderniser l'U.S. programme spatial de manière globale. Bien que l'acte n'a pas aller de l'avant, ont été incorporés certains de ses éléments dans la législation ultérieure.

La nomination pourrait faire face à un défi au Sénat et a déjà suscité des critiques de deux sénateurs de Floride, Républicain Marco Rubio et le démocrate Bill Nelson. La Floride est la maison à la NASA, et les deux Rubio et Nelson se sont plaints que Bridenstine, un politicien, manque d'expérience de gestion.

However, certains observateurs ont émis l'hypothèse que l'opposition de Rubio aurait été en partie motivée par le soutien de Bridenstine pour adversaire principal Rubio Ted Cruz dans le 2016 campagne présidentielle GOP, ce qui a provoqué des relations entre le Oklahoman et le Floridien à devenir amère.

L'industrie du vol spatial privé a largement accueilli les nouvelles de la nomination de Bridenstine. Commercial Fédération Spaceflight (CSF), un groupe de défense des vols spatiaux privés composé de géants de l'industrie spatiale tels que SpaceX et XCOR, émis un déclaration louant la nomination du président Trump de Bridenstine.

« A besoin NASA leadership dévoué et inspiré, et représentant Bridenstine est un excellent choix pour fournir précisément,», A déclaré S. Alan Stern, président du conseil d'administration CSF.

De même, plusieurs experts de l'espace ont exprimé leur soutien pour Bridenstine. "[Jim Bridenstine] comprend la technologie spatiale, l'économie et la politique mieux que la plupart des gens qui conseillent nos décideurs politiques sur ces sujets,» Chercheur de l'espace dit et éducateur Greg Autry. Auparavant, Greg Autry avait servi de la liaison de l'administration de Trump à la NASA. « Loin d'être un homme politique, Bridenstine est un aviateur bien informé et leader,» A déclaré Autry.

Remettre en question la présence de la Chine dans l'espace

Bridenstine a déjà exprimé de sérieuses préoccupations au sujet des ambitions spatiales de la Chine, comme il voit le U.S. présence dans l'espace et la concurrence avec d'autres adversaires là aussi intimement liée à la sécurité nationale. Le soutien de Bridenstine pour une nouvelle mission habitée vers la Lune est en partie motivée par la présence sans cesse croissante de la Chine sur et autour de la Lune.

Dans ce Juillet 20, 1969 photo fichier, astronaute Edwin E. « Buzz » Aldrin Jr. se tient à côté d'un U.S. drapeau planté sur la lune au cours de l'Apollo 11 mission. Aldrin et Neil Armstrong ont été les premiers hommes à marcher sur la surface lunaire. Jim Bridenstine, administrateur nouvellement nommé Trump de la NASA, vœux de rivaliser avec la Chine dans l'espace en lançant une nouvelle mission habitée vers la Lune. (Neil A. Armstrong / NASA)

« Comme l'économie cis-lunaire se développe, la concurrence pour les emplacements et les ressources sur la Lune est inévitable,» Jim Bridenstine a écrit dans un Blog post dans 2016, « Les Chinois ont actuellement atterrisseurs et rovers sur la Lune. Les Etats-Unis ne « .

En autre Blog post dans 2015, Bridenstine a écrit que: « Nous voyons les Russes et tenter de nier l'espace chinois nous. Les Russes lancent les choses dans l'espace qui ne sont pas enregistrés auprès des organismes qu'ils devraient normalement être enregistrées à « .

« L'espace n'est plus incontesté,» A écrit Bridenstine. « Il est contesté, et il est encombré « .

Si elle est confirmée par le Sénat, Bridenstine dirigera une agence qui a un budget annuel de plus de $19 milliard. Le budget actuel prend cependant moins de la 0.5 pour cent du budget fédéral total, une partie minuscule par rapport à l'âge d'or de la NASA. Au cours des années 1960 aux États-Unis a alloué près de 5 pour cent du budget fédéral annuel à la NASA pour financer les missions spatiales habitées vers la Lune.

Read the full article here

Le Royce Hall sur le campus de l'UCLA à Los Angeles dans cette photo de fichier. (Kevork Djansezian / Getty Images)Le Royce Hall sur le campus de l'UCLA à Los Angeles dans cette photo de fichier. (Kevork Djansezian / Getty Images)

Trois des quatre femmes de la Chine qui ont été chargés de la triche aux examens linguistiques pour obtenir l'admission dans les universités américaines ont plaidé coupable. Le cas met en évidence le phénomène croissant d'étudiants chinois qui utilisent la fraude pour entrer dans le U.S. système éducatif, une industrie qui au cours des dernières décennies a vu une dépendance sans cesse croissante sur les frais de scolarité des étudiants chinois.

Début mai, NOUS. Yue Wang procureurs ont arrêté, Shikun Zhang, Leyi Huang, et Xiaomeng Cheng, tous les étudiants chinois aux Etats-Unis sur les visas d'étudiants F-1, et accusé les complot en vue de frauder les États-Unis.

Les procureurs ont déclaré que Wang, étudiant à Hult International Business School, a été payé pour passer l'examen TOEFL pour les trois autres étudiants chinois, qui ont utilisé leurs résultats des tests frauduleux pour obtenir l'admission à U.S. collèges, y compris l'Arizona State University, Université du Nord-Est, et Penn State University. Les étudiants ont ensuite obtenu des visas de l'U.S. Département d'État en fonction de leurs offres d'admission.

TOEFL est un examen largement utilisé pour évaluer les compétences en langue anglaise des étudiants étrangers qui aspirent à obtenir l'admission dans U.S. les collèges et dans le monde. Le test est utilisé par plus de 9,000 collèges, les universités et les agences dans le monde entier.

Les procureurs ont déclaré Wang a été payé $7,000 de faire le test en 2015 et 2016 pour les autres étudiants chinois, après avoir pris préalablement le test et ne répondaient pas aux scores minimum requis pour entrer dans leur U.S respective. collèges.

Bien que chacune des femmes face à cinq ans de prison en cas de condamnation, Cheng, Zhang, et Wang ont accepté de plaider coupable le août. 30 en échange de procureurs réduisant leur peine à la peine purgée et la déportation vers la Chine. Leyi Huang a refusé un accord de plaidoyer similaire.

Tricher comme l'industrie

Parmi les étudiants chinois la pratique illicite de l'embauche d'un imposteur (également connu comme un « homme armé » en chinois) pour passer l'examen d'entrée a été un phénomène très connu qui existe depuis des années dans plusieurs milliards de dollars de l'industrie de l'éducation à l'étranger du pays.

Par exemple, un acte d'accusation fédéral 2015 accusé 15 ressortissants chinois avec la tricherie du système d'examen d'entrée au collège à l'aide de faux passeports et la prise de test imposteurs, selon le New York Times.

Capture d'écran d'un site chinois qui vend le service de passer les examens d'entrée pour les étudiants chinois. Le site traite de la répression du président U.S Trump sur la fraude en matière d'immigration tels que les preneurs d'examen TOEFL frauduleux, et dit que la société va éviter de faire les examens dans les centres de test autour des Etats-Unis.

Capture d'écran d'un site chinois qui vend le service de passer les examens d'entrée pour les étudiants chinois. Le site traite de la répression du président U.S Trump sur la fraude en matière d'immigration, tels que les preneurs d'examen TOEFL frauduleux, et dit pour cette raison, la compagnie évitera de faire les examens dans les centres de test autour des Etats-Unis.

Une recherche aléatoire sur Internet montre immédiatement de nombreux sites chinois vendant la prise de TOEFL et d'autres examens d'entrée. Les vendeurs garantissent généralement un score élevé au test TOEFL, que l'acheteur peut ensuite utiliser pour une demande d'admission dans U.S. collèges.

Un tel site-yhtoefl.net-vend pas seulement TOEFL, mais aussi d'autres tests d'admission plus avancés tels que le GRE (Graduate Record Examination) et la SAT (Test d'aptitude scolaire, utilisé pour l'admission à U.S. Université).

Le site de yhtoefl.net, qui fournit aucune information sur ce que l'entreprise est propriétaire ou son adresse physique, affiche bien en évidence des exemples de scores TOEFL qui ont été « commandés » dans le passé, et dit que la compagnie a « 8 ans d'expérience » dans l'entreprise et emploie plus de 500 « preneurs d'examen professionnels » à travers la Chine, Hong Kong, Singapour, et d'autres grandes villes où les examens peuvent être prises. Le site fait payer un « prix raisonnable » pour le test TOEFL, qui va de 10,000 à 30,000 Yuan chinois (US 1 500 $ à 4 500 $ US), même si on ne sait pas comment un tel prix se compare à la moyenne de l'industrie.

Le même site a même publié un article sur mai 2017 affaire concernant les quatre étudiants chinois dans cette histoire.

"Depuis [NOUS. Président] Trump est entré en fonction, il a resserré la politique d'immigration, et par conséquent ceux qui tentent d'arnaquer le U.S. système d'immigration ferait face à une punition sévère,» Dit le site. « Voilà pourquoi nous préférons faire les examens pour vous en Chine, puisque le gouvernement chinois ne se soucierait pas si les étudiants chinois sont escroquer l'U.S. gouvernement."

Capture d'écran d'un site chinois qui vend le service de passer les examens d'entrée pour les étudiants chinois. Le site traite de la répression du président U.S Trump sur la fraude en matière d'immigration tels que les preneurs d'examen TOEFL frauduleux, et dit que la société va éviter de faire les examens dans les centres de test autour des Etats-Unis

Capture d'écran d'un site chinois qui vend la prise des examens d'entrée pour les étudiants chinois. Le site traite de la répression du président U.S Trump sur la fraude en matière d'immigration, tels que les preneurs d'examen TOEFL frauduleux, et dit pour cette raison, la compagnie évitera de faire les examens dans les centres d'essais aux États-Unis.

Frais de scolarité-faim U.S. Collèges abus de carburant

Le nombre d'étudiants chinois qui viennent aux États-Unis pour l'enseignement supérieur a connu une augmentation rapide au cours de la dernière décennie et 2016 atteint un niveau record de 304,000, ou 31 pour cent de tous les étudiants étrangers aux États-Unis, selon un report par l'Institut des politiques migratoires. Le phénomène reflète la population de plus en plus riches de la Chine, dont beaucoup peuvent se permettre de payer une somme considérable pour une éducation américaine qui apporte du prestige et une perspective pour un bon travail.

Northeastern University à Boston, MA, qui a admis l'un des étudiants reconnus coupables dans ce cas de fraude TOEFL, a 11,702 les étudiants internationaux de l'année scolaire en cours et abrite l'une des plus grandes populations chinois étudiant dans le pays.

Contrairement aux étudiants américains, étudiants internationaux tels que ceux de la Chine ont tendance à payer le coût total des frais de scolarité, ce qui est souvent deux fois ou plus le montant que leurs camarades de classe américains paient. Beaucoup U.S. les universités et les collèges qui ont eu du mal à trouver assez d'indigènes ont ouvert leurs portes à une énorme quantité d'argent chinois en admettant un grand nombre d'étudiants chinois. Et beaucoup d'entre eux ne sont pas compétents en anglais.

La forte concentration d'étudiants chinois signifie souvent que les nouveaux étudiants passent la majeure partie de leur temps libre avec d'autres chinois, et leur anglais reste faible même après des années de vie et d'études aux États-Unis. L'industrie qui triche au TOEFL et d'autres examens d'entrée a probablement fait la situation pour les étudiants chinois pire.

Selon une récente récit par John Pomfret, l'ancien chef du bureau de Beijing du Washington Post, de nombreux éducateurs et les étudiants ont reconnu en privé que U.S. les institutions font face à un « problème endémique et terrible » avec les étudiants chinois continent, que le système est de plus en plus considéré comme cassé et en proie à des abus.

Dans la même histoire John Pomfret souligne que parce qu'un grand nombre d'étudiants chinois en Amérique manque les compétences nécessaires en anglais, ces étudiants ne parviennent pas à intégrer dans l'U.S. environnement, ce qui peut conduire à des problèmes plus graves. Les étudiants mal intégrés, selon Pomfret, pourraient être des cibles faciles pour le régime chinois d'influencer et de contrôler par la propagande et appareils régime à l'étranger exécuter.

Un tel appareil est les étudiants et des chercheurs chinois Association (CSSA), un soutenu par l'État chinois organisation impliquée dans le contrôle et espionnage au profit des étudiants et chercheurs chinois d'outre-mer. Les étudiants chinois non préparés pour une éducation américaine gravitent naturellement vers des organisations telles que le CSSA, car « il nous offre un endroit où aller quand on est le mal du pays,», Selon l'interview de Pomfret avec un étudiant chinois.

Read the full article here

Le sénateur Joel Anderson parle devant le California State Capitol à Sacramento lors d'un rassemblement pour soutenir une résolution condamnant la persécution du Parti communiste chinois des pratiquants de Falun Gong, le août. 29, 2017. (Mark Cao / La Grande Époque)Le sénateur Joel Anderson parle devant le California State Capitol à Sacramento lors d'un rassemblement pour soutenir une résolution condamnant la persécution du Parti communiste chinois des pratiquants de Falun Gong, le août. 29, 2017. (Mark Cao / La Grande Époque)

SACRAMENTO, discours CA-Californiens demandant de Passionnée se serrer les coudes contre la tyrannie ont été entendus au Capitole le août. 31 lorsqu'environ 200 militants des droits de l'homme se sont réunis pour montrer leur soutien à SJR 10 une résolution qui condamne le Parti communiste chinois pour sa persécution des pratiquants de Falun Dafa.

les législateurs de l'Etat, ainsi que trois survivants de la persécution brutale, imploré Californiens à se serrer les coudes contre les « flagrants violence d'État,» Comme un sénateur l'a dit, qui se passe maintenant en Chine.

En août. 29, la résolution avait passé l'audition devant la commission judiciaire à l'unanimité. Mais sur septembre. 1, le lendemain du rallye, le Sénat a voté Etat de façon inattendue de se référer SJR 10 au Comité, essentiellement les règles de blocage qu'il ressorte à un vote au Sénat.

L'ingérence étrangère

L'action semble être le résultat direct de l'ingérence du régime communiste chinois dans les affaires gouvernementales américaines.

Ce matin, les membres du Sénat ont reçu par courriel une lettre non signée sur le fixe du consulat chinois à San Francisco.

« Nous souhaitons attirer l'attention de toute urgence de la législature de la Californie à SJR-10, » la lettre commence. « Cela peut endommager profondément les relations de coopération entre l'État de Californie et la Chine. »

Plus tard, la lettre souligne le haut niveau de commerce entre la Chine a avec la Californie, le grand nombre de touristes en provenance de Chine qui visitent l'état, et comment la Chine est la plus grande source d'étudiants étrangers qui fréquentent les collèges et les universités de la Californie.

Ensuite, il demande directement aux législateurs de ne pas soutenir la résolution, « Afin de ne pas saboter l'amitié et le développement durable entre la Californie et la Chine. »

L'auteur de la résolution, Le sénateur Joel Anderson, savait que le passage d'une condamnation officielle des violations des droits de l'homme de la Chine ne serait pas facile.

Lors du rassemblement Anderson: « Je suis fier ici avec tout le monde pour condamner le gouvernement chinois pour leur persécution des pratiquants de Falun Gong. ... Il faut beaucoup de courage pour se lever contre la persécution, de se tenir debout dans la contre l'une des plus grandes nations mondiale de la Chine et de les appeler pour leur pratique des organes de récolte et le génocide qu'ils ont créé contre le Falun Gong. Ensemble, nous avons pris nos premiers pas vers la défense de la liberté et des droits de l'homme. »

Falun Dafa, également connu sous le nom de Falun Gong, est une discipline spirituelle traditionnelle chinoise qui consiste à effectuer des exercices doux et vivant par les principes de vérité, la compassion, et la tolérance. Tout d'abord amené au public 1992, elle se répandit rapidement dans toute la Chine et par 1999 Il y avait 70 millions à 100 millions de personnes pratiquant.

Craignant sa popularité, il y avait plus de pratiquants de Falun Gong que les membres du Parti communiste-puis dirigeant chinois Jiang Zemin a interdit la pratique et enrôlées ensemble du complexe de sécurité de la nation, médias, et de la justice à participer à une campagne de persécution massive qui continue aujourd'hui.

La récolte d'organes

La persécution sur 18 années est élevé au génocide. Lors du rassemblement, Anderson a utilisé ce mot lourd et a appelé à elle pour arrêter.

« Dans la deuxième guerre mondiale, il y avait des négationnistes qui ont dit que l'Holocauste n'a pas existé, qui a dit qu'il ne se produisait pas. Nous savons maintenant que l'Holocauste a eu lieu et que des millions de Juifs ont perdu leur vie. Je ne vais pas rester là et regarder des millions de pratiquants de Falun Gong perdent leur vie,» Anderson.

« Si vous croyez fermement et vous croyez que personne ne devrait être persécuté ou exécuté pour leurs parties du corps parce qu'ils pratiquent une foi, alors vous devez appeler votre législateur et leur dire qu'ils doivent arrêter le génocide en Chine," il a dit.

Anderson faisait référence à l'assassiner des pratiquants de Falun Gong à fournir florissante industrie de la transplantation d'organes en Chine.

En juillet 2006, ancien secrétaire d'Etat du Canada (Asie-Pacifique) David Kilgour et droits de l'homme David Matas avocat international a publié un rapport, "Bloody Harvest,» Qui a enquêté sur les allégations selon lesquelles les institutions de l'État chinois étaient « organes de récolte des pratiquants de Falun Gong, tuant ainsi les pratiquants dans le processus « .

Kilgour et Matas a déterminé qu'il était vrai.

L'ancien secrétaire d'État canadien pour David Kilgour Asie-Pacifique présente un rapport révisé sur les assassiner continue des pratiquants de Falun Gong en Chine pour leurs organes, comme avocat co-auteur David Matas rapport écoute en arrière-plan, sur Jan. 31, 2007. (The Epoch Times)

L'ancien secrétaire d'État canadien pour David Kilgour Asie-Pacifique présente un rapport sur l'assassiner des pratiquants de Falun Gong en Chine pour leurs organes, comme avocat co-auteur David Matas rapport écoute en arrière-plan, sur Jan. 31, 2007. (The Epoch Times)

Dans 2016, Kilgour et Matas, rejoint par Ethan Gutmann (auteur de "l'abattage: meurtres de masse, La récolte d'organes, et la solution secrète de la Chine à son problème Dissident » ) a publié un rapport mis à jour.

le report explique qu'il représente « un examen minutieux des programmes de transplantation de centaines d'hôpitaux en Chine, dessin sur les médias, propagande officielle, revues médicales, sites hospitaliers et une grande quantité de sites supprimés trouvé dans les archives « .

Les chercheurs ont analysé les recettes de l'hôpital, le nombre de lits, Les taux d'utilisation des lits, personnel chirurgical, des programmes de formation, le financement de l'État et plus, et a conclu que la Chine exécute 60,000 à 100,000 greffes par an, non 10,000 comme le prétend le régime.

Les auteurs ont déterminé que la plupart des organes proviennent des pratiquants de Falun Gong, avec un moins grand nombre d'autres prisonniers d'opinion provenant de Tibétains, Ouighours, et Maison chrétiens.

Appel à l'action

Rassemblement à la California State Capitol à l'appui de la résolution Sacramento SJR 10, qui condamne le Parti communiste chinois pour sa persécution des pratiquants de Falun Dafa, août. 31, 2017. (Mark Cao / La Grande Époque)

Le rallye a été la célébration de partie que la résolution avait passé de la commission judiciaire et l'encouragement partiel, pour aider à concocter un soutien à la résolution au Sénat.

Au cœur de la résolution Anderson avait trois déclarations:

Résolu par le Sénat et l'Assemblée de l'Etat de Californie, conjointement, Que l'Assemblée législative exprime son soutien à la résistance non-violente 18 ans des pratiquants de Falun Gong contre la persécution, qui illustre le courage sans compromis et de l'esprit humain; et être davantage

Résolu, Que l'Assemblée législative condamne toute persécution sanctionnée par le gouvernement des pratiquants de Falun Gong en République de Chine ou ailleurs populaire; et être davantage

Résolu, Que l'Assemblée législative exhorte le Président et le Congrès des États-Unis pour condamner toute persécution sanctionnée par le gouvernement des pratiquants de Falun Gong en République de Chine ou ailleurs populaire;

Rejoindre le sénateur Anderson dans SJR de création 10 quatre membres-démocrates Assemblée de l'Etat Adrin Nazarian et Cristina Garcia, et républicains Randy Voepel et Tom Lackey-faire de la résolution d'un effort bipartite.

Voepel a également parlé lors du rassemblement, affirmant l'importance de la résolution et le message qu'il envoie au régime chinois.

« Il fait la déclaration vitale que nous sommes contre l'oppression contre un régime qui veut contrôler les esprits et les corps de son propre peuple,» A déclaré Voepel. « Le prélèvement d'organes est beaucoup d'argent là-bas, il est une économie souterraine.

« Ce qui est mal pur dans le monde, et je me lèverai contre le mal de quelque façon que je peux. »

Trois pratiquants de Falun Gong qui vivent maintenant en Californie ont également parlé, partager des histoires déchirantes d'être arrêté, endoctrinés, et brutalement torturés simplement parce qu'ils ne seraient pas renoncer à leurs croyances.

randyvoepel

Résolution co-auteur Randy Assemblyman Voepel parle lors d'un rassemblement le août. 29, 2017 à Sacramento, à l'appui de la résistance pacifique des pratiquants de Falun Gong face à la persécution. (Mark Cao / La Grande Époque)

Ils ont également décrit comment alors que dans les camps de travail, seuls prisonniers du Falun Gong ont reçu des tests sanguins réguliers et brefs examens médicaux, ce qui était bizarre car clairement le régime ne se souciait pas de la santé des prisonniers, il torturait. Ils croyaient que ces tests avaient pour but d'établir une banque d'organes vivants. Un médecin chercheur a comparé les pratiquants détenus aux homards dans le réservoir dans un restaurant de fruits de mer, prêt à être arrachaient en cas de besoin.

David Xu était un ingénieur logiciel financier en Chine. Son bon ami a été torturé à mort alors qu'il était emprisonné dans 2011. En avril 2016, Xu craignait qu'il était à son tour.

Kidnappé à son domicile, il a été emmené dans un centre de lavage de cerveau où il a enduré la torture extrême. Les moments les plus effrayants pour lui étaient quand son sang a été prélevé. Il était bien conscient de la pratique du régime de récolte des organes des pratiquants de Falun Gong et a été terrifié pour sa vie. Il a fait une grève de la faim 18 jours avant d'être libéré.

Coffre-fort en Amérique, il ne peut pas cesser de se soucier de ses amis et votre famille en Chine. « Même si je me suis évadé, Il est difficile pour moi de trouver la paix dans mon cœur, car il y a encore tant de pratiquants de Falun Gong en prison là-bas « .

Son histoire est reprise par Jie Li et Yolanda Yao. Prenant la parole à la foule, ils ont tous deux histoires effrayantes partagées de prison, torture, et mystérieux tests sanguins. Ils ont vu les compagnons de pratique battus sans pitié, puis les ont vus disparaître.

Yolanda Yao, maintenant un résident de Sunnyvale, a dû abandonner ses études de doctorat à cause de la persécution. Elle a été arrêtée en 2011 et a passé deux ans en prison. « Les mots ne peuvent décrire la douleur que je me suis senti. J'ai vécu de première main la brutalité de la persécution des pratiquants de Falun Gong. Ce furent les moments les plus sombres de ma vie « .

Emprisonné dans le travail de femmes de Beijing Camp, elle a parlé d'être soumis à un tour du lavage de cerveau et horloge séances de torture mentale et physique implacables. Forcé de s'asseoir dans le fauteuil d'un enfant 10 à 11 heures par jour, ses jambes et ses pieds enflaient énormément, entraînant de graves contusions et une ulcération dans son dos et les hanches.

Elle a également été contraint d'effectuer le travail à l'esclave des températures estivales dépassant 100 degrés, et a été une fois trempé dans les pesticides lorsque le canon de 70 livres qu'elle portait sur son dos fuyait sur son.

La chose la plus horrible qu'elle a connu, toutefois, ont été les tests de sang, elle et d'autres pratiquants de Falun Gong ont reçu trois fois par an. comme Xu, elle était au courant de la récolte d'organes forcés, et était certain que leur sang a été testé pour les évaluer en tant que candidats potentiels.

Même si elle est sûre en Californie, son cœur est encore en Chine avec ses parents âgés qui sont tous deux emprisonnés pour leurs croyances. « Les souffrances et les tourments que j'ai vécu dans le camp de travail me hante encore à ce jour. Il me fait horreur de savoir que mes parents souffrent le même sort « .

Sa seule consolation est l'espoir que, grâce à la pression internationale et des actions individuelles, ils seront libérés. Elle a terminé son discours par un plaidoyer:

« Je demande humblement votre aide pour sensibiliser le public à cette persécution brutale et espère qu'ensemble nous pouvons mettre un terme à 18 années de harcèlement, torture, meurtre, et le plus odieux de tous, le prélèvement d'organes forcé des pratiquants de Falun Gong « .

Assemblée de l'État membre Tom partage Lackey son espoir que le peuple de la Californie vont se serrer les coudes et s'opposer à ces crimes. « Que vous avez un gouvernement qui fait approuver une telle pratique blessante et méchant est juste inimaginable. Ces personnes ont aucun contrôle, ceux d'entre nous qui avons besoin de parler très fort afin que nous puissions influencer le gouvernement et faire pression sur eux pour changer cette politique afin que des vies peuvent être sauvées « .

Rapports supplémentaires par Stephen Gregory

Read the full article here
  • Tags:, , ,
  • Author: <a href="http://www.theepochtimes.com/n3/author/adria-clifford/" rel="author">Adria Clifford</une>, <a href="http://www.theepochtimes.com/" title="Epoch Times" rel="publisher">Epoch Times</une>
  • Category: General

Chinese doctors carry fresh organs for transplant in 2012. (Screenshot/Sohu.com)Chinese doctors carry fresh organs for transplant in 2012. (Screenshot/Sohu.com)

China recently claimed to have nearly 300,000 registered donors and boasted it would surpass the United States in organ transplants by 2020, during a major organ transplant conference in the southwest Chinese city of Kunming on August 3 à 5.

China’s claims of an explosive rise in organ donations and transplants are cause for alarm, according to Dr. Torsten Trey, le directeur général de Médecins contre le prélèvement forcé d'organes.

Dr. Trey spoke with The Epoch Times in a recent interview, laying out his concerns over the transparency of China’s organ transplant system, and pointing to the possibility of ongoing abuses.

The Epoch Times: China has stated that they have almost 300,000 registered organ donors and claimed that it has successfully reformed its organ donation system. Do you find the claims credible?

Dr. Torsten Trey: Aux Etats-Unis, it took approximately 20 years to create a donation system. En Chine, the environment is even more conservative in terms of donations than the U.S. Traditionnellement, Chinese people are against organ donations. And in the particular case of China, there is even a regulation that if only one family member rejects the organ donation from a deceased relative, the organ cannot be procured. Ainsi, even if people register as organ donors, there are still obstacles ahead that don’t exist in the U.S. Aussi, once a person is registered, the person usually does not pass away within 2-3 years after registration.

To develop a voluntary, free organ donation system requires time. A fast development is rather a sign that the system is not growing voluntarily. And then there is again the question: where do the organs come from?

The Epoch Times: What are the standards for determining if an organ a transplant system is transparent and credible? How is China’s system different from that of the U.S. and other developed countries?

Dr. Trey: Transparency and traceability of organ donors are criteria among the WHO Guiding Principles for transplantation. Without transparency, transplant medicine is walking a very narrow path where abuse can unhinge the very principles of the medical practice: medicine is supposed to save lives, and do no harm, yet in transplant medicine one depends on an organ from another person to provide cure for the patient. If that transplant organ is procured in an unethical way, in a way where the life of the donor is jeopardized or even killed, then this would violate the mission of medicine. Transparency and traceability are the minimum requirements to prevent such abuse.

In order to assess whether a transplant and organ donation system is meeting these WHO guidelines, an independent examiner needs to be able to ask—at any time and for any organ—where the organ comes for, who the relatives are, who the donor is, what the cause of death was, and whether there was voluntary, free and informed consent. This is common practice in all western countries.

En Chine, we see the opposite: there is no access for independent examiners—except maybe for biased examiners—or to examiners who are not aware of the findings of independent investigators.

The Epoch Times: How has China managed to escape independent scrutiny then? And what would it entail?

Dr. Trey: Scrutiny requires access on the ground. China keeps control over it; they decide who can enter or not. The best comparison is made with the business world. If a company wants to produce inside China, they have to collaborate with a Chinese company, and they have to reveal their technology. This is unheard of in other countries, I believe. On the surface it is just an IT privacy issue, but on a deeper level it is censorship of who can enter the country. Same in the transplant field: those organizations and doctors who were invited and granted access to “inspect” transplant centers are only those doctors who have proven over the years that they only write in a pro-China style. It is censorship in transplant scrutiny—like in business—which guarantees there won’t be inconvenient questions or investigations. Companies and doctors alike who abide by Chinese censorship are granted access to the country.

En d'autres termes, by selecting who can access the country, truly independent scrutiny is systematically prevented. If China would be really open for transparency they would allow the true critics, who ask real scrutinizing questions, to enter the country. The intention of this strategy is to fool the international community with pseudo-independent inspections.

The Epoch Times: How did Huang Jiefu, China’s organ transplant spokesperson, respond to international allegations that many of China’s organs have been sourced from prisoners of conscience, mainly Falun Gong practitioners? Why did he say the claims were “nonsense”?

Dr. Trey: En février 2017, during his visit to the Vatican in Rome, Huang Jiefu simply replied that allegations of the number of Falun Gong victims were “nonsense.” Other than saying that this is nonsense, there has been basically no statement deflecting the findings from investigators or providing data that would say otherwise.

Given that there has been international criticism for more than 11 années, it would be fairly easy for China to let investigators enter China and investigate. It is surprising that China endures the criticism, instead of dispelling these allegations by allowing international inspections.

There are books filled with evidence, hundreds of pages of evidence, with countless testimonies by Falun Gong practitioners, etc. Thus rejecting all this with just one word—”nonsense”—is absolutely inadequate. But to a certain degree, it also proves that the allegations and the evidence are true, at least in part, as Huang Jiefu is not able to provide any response to counter the allegations.

The Epoch Times: 30 leaders of foreign organ transplant societies and associations attended the recent transplant conference in Kunming. And Chinese media reports cited international transplant experts lauding reforms in China’s organ transplant system. What would you like to say to them?

Dr. Trey: It is commendable, if China, or any other country, makes genuine reforms to meet ethical standards. But it would be a fatal mistake to applaud such reforms if they are only covering up more severe crimes against humanity. Dans ce cas, the alleged reforms cannot be considered reforms, but a scheme to deceive Western doctors and to cover up ongoing forced organ harvesting. If reforms are praised while the hidden forced organ harvesting of Falun Gong practitioners and other prisoners of conscience continues, then we find this devastating situation where applause resounds while innocent people are slaughtered for their organs.

As a representative of international medical organizations, one has the responsibility to consider the victims first: reforms are good, but the well-being of potential victims to forced organ harvesting is the first thing to guarantee. Can you guarantee that no prisoner of conscience is being killed for their organs? If you can guarantee it, then feel free to applaud. But if you cannot guarantee that not a single Falun Gong practitioner is being forcibly organ harvested somewhere in China, then hold your applause and keep scrutinizing. Anything different would be irresponsible and premature.

The Epoch Times: In an interview with Global Times, a subsidiary of a mouthpiece paper of the Chinese Communist Party, Huang Jiefu claimed that China was not the first to use prisoners as a source for organs.

Dr. Trey: Huang Jiefu suggested the U.S. invented this practice of using executed prisoners as a source of organs. In that interview, he also suggested the U.S. is the “the most rampant organ trafficking country in the world.” This is of course false. And it is a shame because many of the doctors who support him the most come from the U.S. Il est intéressant de, this was only an interview in a Chinese newspaper, and it is probably little known in the West how Huang Jiefu talks about his Western colleagues.

Aside from the historic question—who was first-there is absolutely no doubt that in terms of numbers and systematic approach, China is the worst offender. Dans le passé 20 années, they have killed at least hundreds of thousands of people for their organs.

With reporting by Li Chen.

Read the full article here
  • Tags:, ,
  • Author: <a href="http://www.theepochtimes.com/n3/author/irene-luo/" rel="author">Irene Luo</une>, <a href="http://www.theepochtimes.com/" title="Epoch Times" rel="publisher">Epoch Times</une>
  • Category: General