Falun Gong exercise at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017, to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year.  (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)Falun Gong exercise at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017, to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year.  (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

NEW YORK—They had just arrived in the United States a little more than a week ago, but they were ready to tell the world about what they endured.

Ahead of the United Nations General Assembly in New York City, two sisters from China joined a group of about 80 meditating protesters outside the U.N. building. Rui and Xing are practitioners of Falun Dafa, a spiritual practice that the Chinese regime has heavily persecuted since 1999. They asked to use pseudonyms for fear of repercussions for their parents living in China, who also practice Falun Dafa (également connu sous le nom de Falun Gong).

Rui and Xing were just 11 et 8 years old when their father was arrested and sentenced to prison for 14 and a half years for his faith in the ancient Buddhist discipline. Feeling threatened by Falun Dafa’s growing popularity in China—reaching 100 million practitioners at its peak, according to Falun Gong sources, ou 70 million according to a survey by the state, the Communist authorities launched a systematic campaign in 1999 to eradicate the practice.

Falun Gong exercise at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017, to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year.  (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong exercise at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017, to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

In their home in Gansu, a central region of China, Rui and Xing recall the local police barging in and keeping them under house surveillance, keeping watch 24/7 for weeks on end. Six years later, their mother was also arrested and sentenced to prison. cette fois, the police also enlisted Rui’s school administrators and teachers to spy on her. 17 et 14 ans, they were left to fend for themselves, with the help of some Falun Dafa practitioners who lived nearby. Rui and Xing were told they could not apply for college student loans.

“We want to tell China’s delegates to stop the persecution, so that the practitioners in China can believe freely. They are people we know, people who are still suffering,” Rui said in Chinese.

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Despite the heavy winds on Tuesday, the Falun Dafa practitioners outside the U.N. arrived early in the morning to begin their silent protest. Most were either performing the exercises or holding tightly to their unfurled banners that threatened to collapse against the wind, with printed messages like “the world needs truth, la compassion, tolerance”—the faith’s three central tenets—and “bring Jiang Zemin to justice” in English and Chinese. Jiang was the leader of China who initiated the persecution.

Wang Luorui, a practitioner who had been arrested 11 times in China, said she hopes American president Donald Trump will put pressure on China to bring Jiang to justice. “It will allow Falun Gong to bring the universal values of truthfulness, la compassion, and tolerance to the Chinese people," dit-elle.

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Wang Cun Ling, a practitioner from Shanghai, said her faith helped her to become a responsible and caring teacher who mentored many students in China who successfully applied to top colleges. With the influence that the U.N. has over the world, she hopes to convey the message to all people that Falun Dafa is good. “We want to tell people the truth [about Falun Gong] in a peaceful, compassionate way," dit-elle.

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

fd-un-20170919-benjamin-chasteen0206

Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners meditate to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York while the world leaders meet on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong exercise at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017, to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong exercise at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017, to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)

Falun Gong practitioners hold banners and perform exercises to raise awareness about the persecution inside China that is now in its 18th year at the Dag Hammarskjold Plaza near the United Nations headquarters in New York on Sept. 19, 2017. (Benjamin Chasteen / La Grande Époque)
Read the full article here

Eric and his father’s story is the subject of a new short film, ‘Split by the State’. (Alexander Nilsen)Eric and his father’s story is the subject of a new short film, ‘Split by the State’. (Alexander Nilsen)

“Split by the State”

As millions of Australian families prepare to celebrate Father’s Day to honour their paternal bonds, for Sydney refugee Eric Jia, his version of Father’s Day is a lonely affair.

The last time he saw his father Ye Jia was 15 years-ago when he was 3-years-old. This father and son were forcefully split by China’s one-party state, simply because Ye Jia wanted to meditate and follow his beliefs.

Eric and his dad in Shaanxi province China during happier times.  (Alexander Nilsen)

Eric and his dad in Shaanxi Province China during happier times. (Alexander Nilsen)

He practices Falun Gong, a traditional Chinese meditation and spiritual practice based on the principles of ‘Truthfulness, Compassion and Forbearance’. It rose to popularity in China in the 1990’s, with over 100 million people experiencing its health benefits.

: Eric doing the Falun Gong meditation exercise at home in Sydney, Australie. China is the only country in the world that doesn't allow Falun Gong practitioners to meditate freely.  (Alexander Nilsen)

Eric doing the Falun Gong meditation exercise at home in Sydney, Australie. China is the only country in the world that doesn’t allow Falun Gong practitioners to meditate freely. (Alexander Nilsen)

These numbers proved too overwhelming for the Chinese regime, which with around 60 million communist members at the time, saw the practice as a threat. Former dictator Jiang Zemin initiated a country-wide crackdown and persecution against the peaceful movement, that hasn’t waned since it began on July 20, 1999.

The decision to persecute Falun Gong was made by former Communist Party leader Jiang Zemin alone. Other members of the leadership favoured a more conciliatory approach, recognising that Falun Gong was peaceful. (NTD)

The decision to persecute Falun Gong was made by former Communist Party leader Jiang Zemin alone. Other members of the leadership favoured a more conciliatory approach, recognising that Falun Gong was peaceful. (NTD)

As days and months turned into years, the state-sanctioned persecution has taken a heavy toll on fathers, sons and families alike, who have suffered severely and have too often been torn apart.

In modern China torture is a routine component of law-enforcement and punishment. Jiang Zemin issued his famous edict, “It is not a crime to beat a Falun Gong practitioner to death.” (en.minghui.org/)

Eric and his father’s story is the subject of a new short film, “Split by the State”, its release comes on Father’s Day.

The film’s director Gina Shakespeare said: “this film is dedicated to prisoners of conscience, like Ye Jia, who today number in their millions. It’s also an exposé of the Chinese regime’s relentless use of physical and psychological torture against Falun Gong adherents and their families, told through a young man’s heart.”

Ms Shakespeare recalled being deeply touched as she read Eric Jia’s original letter he wrote to Australian Prime Minister Malcolm Turnbull in 2016, pleading to save his dad from a Chinese prison.

“I knew Eric’s story needed to be told and that the letter he wrote was actually the beginning of a powerful script, one that would also move others” she said.

“Hearing that his dad was spending eight years in a Chinese prison, had been tortured, starved and subjected to filthy and inhumane living conditions, I could never fathom this type of ill-treatment, this just doesn’t happen in Australia” said Ms Shakespeare.

“Eric possesses an incredible resilience and determination. His desire for justice and to be reunited with his father, after all this time has never diminished. I really hope the Prime Minister can pressure China to release Eric’s dad urgently.”

Australia's Prime Minister Malcom Turnbull. (Alexander Nilsen)

Australia’s Prime Minister Malcolm Turnbull. (Alexander Nilsen)

Eric spends a good deal of time assisting other Falun Gong families still imprisoned in China by speaking out at rallies, collecting signatures for petitions and even calling prisons in mainland China. Surely something his father would be proud of.

You can also help Eric and his family by sharing the film and by visiting this website and signing the petition.

www.splitbythestate.org

Read the full article here

Falun Gong practitioners march in downtown Vancouver on July 16, 2017, to call for an end to the persecution of their spiritual discipline ordered by the Chinese regime 18 years ago on July 20, 1999. A procession of practitioners in white hold memorial wreaths to pay tribute to those who have been persecuted to death. (Tang Feng/The Epoch Times)Falun Gong practitioners march in downtown Vancouver on July 16, 2017, to call for an end to the persecution of their spiritual discipline ordered by the Chinese regime 18 years ago on July 20, 1999. A procession of practitioners in white hold memorial wreaths to pay tribute to those who have been persecuted to death. (Tang Feng/The Epoch Times)

This week across Canada and around the world, thousands are gathering in front of Chinese embassies and consulates to mark 18 years since the Chinese Communist Party launched a campaign of violence and hatred to “eradicate” the spiritual discipline of Falun Gong, aussi appelé Falun Dafa.

“The Chinese Communist Party’s persecution of Falun Gong is still ongoing. There are 12 Falun Gong practitioners with Canadian ties currently being illegally held in China,” said Falun Dafa Association of Vancouver spokesperson Sue Zhang at a rally outside the Vancouver Art Gallery on July 16.

As well as giving speeches and holding marches and candlelight vigils calling for an end to the persecution, Falun Gong adherents are seeking help from the Canadian government to free their fellow practitioners from detention and imprisonment in China. Among them is a Canadian citizen, Sun Qian, who has been detained in Beijing since February.

image carte d'identité de Sun Qian. (The Epoch Times)

image carte d'identité de Sun Qian. (The Epoch Times)

Canadian Prisoner of Conscience Abused in China

Soleil, a 51-year-old Chinese-Canadian businesswoman and Vancouver resident, is currently being held at the Beijing First Detention Centre, where she has been shackled, handcuffed to a steel chair, continuously pepper sprayed in the face, and now may be indicted for her faith.

Despite appeals for her release by several high-level Canadian officials, y compris les membres conservateurs du Parlement Peter Kent et Michael Cooper, ancien ministre libéral de la Justice, Irwin Cotler,, et chef du Parti Vert Elizabeth May, Sun continues to be detained.

Canadian Falun Gong practitioners continue to be hopeful that Sun will be released as a result of a strong voice from elected officials.

Sun Qian has been shackled, handcuffed to a steel chair, continuously pepper sprayed in the face, and now may be indicted for her faith

When former Chinese leader Jiang Zemin initiated the persecution on July 20, 1999, Canada was, en fait, the first country to publicly condemn the persecution. “Canada filed an official protest with China’s foreign ministry after 30,000 Falun Gong adherents were detained in 30 cities across China, sources said,” reported The Globe and Mail on July 26, 1999.

Ottawa-based Xun Li, président de l'Association de Falun Dafa du Canada, also recalled that it was the strong voice of elected officials, along with steady media coverage, that helped to secure the release of Zhang Kunlun, who is believed to be the first Canadian arrested in China for practising Falun Gong.

Professor Kunlun Zhang with his painting

Professor Kunlun Zhang with his painting “Red Wall,” which is based on his experience as a prisoner of conscience in China, at the Art of Zhen Shan Ren International Exhibition in Washington, D.C., en juillet 18, 2013. (The Epoch Times)

Zhang is a former visiting professor at Montreal’s McGill University. He was arrested in 2000 and sent to forced labour camp for three years but was released in January 2001, peu avant la mission commerciale de Jean Chrétien, alors premier ministre de la Chine.

While in custody in China, the professor was subjected to abuse including torture with electric batons. He was also forced to watch broadcasts of hate propaganda vilifying Falun Gong.

“China was afraid of being exposed [for their human rights abuses], because professor Zhang is a Canadian citizen,"Li a dit.

Large-Scale Killing for Prisoners’ Organs

Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, is a practice of meditation and exercises handed down from ancient China that includes teachings based on the universal principles of Truthfulness, La compassion, Tolérance. En juillet 1999, the Chinese communist regime ordered a persecution and an extensive hate propaganda campaign against Falun Gong due to the popularity of the practice that was not under the control of the state.

[The Communist Party initiated] the worst instance of religious persecution since the Cultural Revolution, with the clampdown against Falun Gong.

— University of Ottawa professor André Laliberté

"[The Communist Party initiated] the worst instance of religious persecution since the Cultural Revolution, with the clampdown against Falun Gong,” wrote University of Ottawa professor André Laliberté, a leading scholar on religion in China, in a paper in 2015.

The persecution has garnered condemnation from human rights groups, the United Nations, and various governments around the world.

Sue Zhang cited a February 2017 Liberté rapport Maison that details how Falun Gong adherents continue to be subjected to widespread and severe human rights abuses. And the most recent 2016 NOUS. Congressional-Executive Commission report states how extreme physical and psychological abuse continues against Falun Gong.

[Our] review found credible evidence suggesting that beginning in the early 2000s, Falun Gong detainees were killed for their organs on a large scale.

— Freedom House 2017 special report

Il y a aussi reports by investigators including two Canadian researchers estimating that 60,000 à 100,000 transplants per year are performed in China—as opposed to the official Chinese figure of 10,000 per year—with the primary source being Falun Gong detainees having their organs forcibly removed, and being killed in the process, to supply China’s extremely lucrative transplant industry.

Freedom House noted that it had reviewed the available evidence compiled by these investigators and “found credible evidence suggesting that beginning in the early 2000s, Falun Gong detainees were killed for their organs on a large scale.” “There are reasons to believe that such abuses continue,” the report stated.

Over 50 Falun Gong  adherents participate in a 36-hour hunger strike on Parliament Hill in Ottawa on March 13, 2002, to appeal to the Canadian government to help stop the Chinese regime's order to

Over 50 Falun Gong adherents participate in a 36-hour hunger strike on Parliament Hill in Ottawa on March 13, 2002, to appeal to the Canadian government to help stop the Chinese regime’s order to “kill [Les pratiquants de Falun Gong] without mercy,” in this file photo. Police received orders to “shoot on sight” if Falun Gong practitioners are seen handing out or posting Falun Gong flyers in China. (Minghui.org)

Moral Principles

Lors du rassemblement de Vancouver, Li Jianfeng, a former judge in mainland China, praised the principles taught by Falun Gong and called for greater support of the spiritual practice in Canada.

“I call on all Vancouverites to support Falun Gong,"Li a dit. “What it spreads is ‘Truthfulness, La compassion, and Tolerance.’ … These high-level moral principles, if they can flourish in Canada, will bring us blessings and a good future.”

Following the rally on July 16, Vancouver practitioners and supporters held a march downtown. They will also hold a candlelight vigil in front of the Chinese consulate on July 19. Events are planned in other Canadian cities later this week, including in Ottawa on July 19 and in Toronto on July 21.

Read the full article here

Association de Falun Dafa du président Li Xun Canada parle lors d'un rassemblement devant l'ambassade de Chine à Ottawa Juin 26, 2017, appelant à la libération du citoyen canadien Sun Qian qui est actuellement détenu en Chine pour la pratique du Falun Gong. (Donna Il / La Grande Époque)Association de Falun Dafa du président Li Xun Canada parle lors d'un rassemblement devant l'ambassade de Chine à Ottawa Juin 26, 2017, appelant à la libération du citoyen canadien Sun Qian qui est actuellement détenu en Chine pour la pratique du Falun Gong. (Donna Il / La Grande Époque)

à partir de Juin 25 et pendant les prochains jours, rassemblements attrayant pour le sauvetage d'un citoyen canadien détenu en Chine sont détenus dans plusieurs villes à travers le pays.

Les pratiquants de Falun Gong et sympathisants organisent des manifestations devant l'ambassade de Chine à Ottawa et les consulats chinois à Vancouver et d'autres villes pour condamner l'arrestation de résident de Vancouver Sun Qian et d'appeler à sa libération immédiate.

Une femme d'affaires sino-canadien qui est devenu citoyen 2007, Sun a été détenu par les autorités chinoises en Février pour pratiquer la discipline spirituelle traditionnelle Falun Gong, aussi appelé Falun Dafa.

En tant que vice-président de Pékin Leadman biochimie, Sun a voyagé régulièrement entre Vancouver et Pékin pour le travail. Alors qu'elle était dans sa résidence de Pékin le févr. 19, plus que 20 les agents de sécurité ont fait irruption en civil, ont fouillé sa maison, et a enlevé son.

Elle a depuis été emprisonné à Beijing premier centre de détention de 414 Salle de prison, un établissement connu pour son traitement brutal des détenus.

« L'arrestation arbitraire et de mauvais traitements lui ont violé le droit à la liberté de croyance garantie par la constitution chinoise et le droit international,», Dit une déclaration de l'Association de Falun Dafa du Canada (FDAC) à l'occasion de l'appel national pour la libération de Sun.

Après une visite avec son avocat en mai 5, Sun a été poussé au sol par quatre gardiens, pulvérisé dans le visage avec un produit chimique âcre, et menottés aux mains et, selon la sœur de Sun, Sun Zan. Les menottes et les chaînes sont restées le jour et la nuit de mai 5 à mai 18. Elle a également été forcé de porter les mêmes chaussettes et sous-vêtements pour plus de deux mois.

image carte d'identité de Sun Qian. (The Epoch Times)

image carte d'identité de Sun Qian. (The Epoch Times)

« Ma fille n'a pas commis de crime,» A écrit la mère de 78 ans de Sun dans un communiqué. "Au contraire, elle est devenue une personne encore mieux [en pratiquant le Falun Gong]. Mais sous la tyrannie du PCC, elle est maintenant détenu à la place. Je n'ai pas d'autre choix que de vous soucier de ma fille « .

Dans un discours prononcé lors du rassemblement à Ottawa, le Juin 26, Le pratiquant de Falun Gong Lu Hongyan a appelé à la libération de Sun et a également parlé de sa mère, Huixia Chen, qui a été arrêté en Chine une seconde fois pour ses croyances.

"En juin 3, 2016, elle a de nouveau été détenu illégalement, subi des tortures brutales et lavage de cerveau, même à 60 ans, incapable d'avoir un contact avec les membres de la famille,» A dit Lu. « En Février de cette année, citoyen canadien Sun Qian a été enlevé de sa résidence de Pékin, détenu illégalement, et enduré la torture, aussi parce qu'elle pratique le Falun Gong. Ce ne sont que deux cas sur des millions de cas de pratiquants de Falun Gong cruellement persécutés en Chine « .

Depuis que le régime chinois a lancé sa campagne de persécution contre la pratique en Juillet 1999 en raison de la peur sur son immense popularité, Les adhérents du Falun Gong ont été systématiquement l'objet d'arrestations, torture, et tuer. On estime que des centaines de milliers, sinon des millions, restent illégalement emprisonnés.

«J'appelle à la fin immédiate de la persécution du Falun Gong, la libération immédiate et inconditionnelle de Sun Qian et ma mère Huixia Chen, ainsi que tous les pratiquants de Falun Gong illégalement emprisonnés. Que tous les auteurs de la persécution soient traduits en justice,» A dit Lu.

Le pratiquant de Falun Gong David Cordero parle lors d'un rassemblement en Juin 25, 2017, appelant à la libération du citoyen canadien Sun Qian qui est actuellement détenu en Chine pour la pratique du Falun Gong. (Feng Tang / La Grande Époque)

Le pratiquant de Falun Gong David Cordero parle lors d'un rassemblement en Juin 25, 2017, appelant à la libération du citoyen canadien Sun Qian qui est actuellement détenu en Chine pour la pratique du Falun Gong. (Feng Tang / La Grande Époque)

Problèmes de santé Guéri

Selon la déclaration AFDC, Sun souffrait de problèmes de foie et du cœur, ainsi que la dépression, mais peu de temps après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong en 2014, tous ses problèmes de santé ont disparu.

Alice Zhang, qui a parlé lors du rassemblement à Vancouver, le Juin 25, un jour avant le rallye Ottawa, amélioration de la santé de comparé Sun à celle de sa mère en Chine, qui se tient également en Chine pour la pratique du Falun Gong.

« Comme Sun Qian, ma mère avait aussi beaucoup de maladies pour lesquelles elle n'a pas pu trouver un remède, et après avoir pratiqué le Falun Gong, elle est devenue en bonne santé et non plus souffert de la maladie. Mais maintenant, elle est mis en prison par le régime communiste chinois," dit-elle.

« Je suis venu ici non seulement de faire appel pour la liberté de Sun Qian, mais aussi pour la libération de ma mère et tous les pratiquants de Falun Gong emprisonnés. Mon espoir est que tous les citoyens en Chine continentale auront bientôt le droit et la liberté de pratiquer le Falun Gong « .

Lors du rassemblement de Vancouver, David Cordero a dit qu'il trouve « inconcevable que le régime chinois travaille activement à une image internationale tout en persécutant encore un groupe de cœur des gens qui croient en vérité, la compassion, et la tolérance,» Se référant aux principes directeurs de la pratique.

« Cela va à l'encontre des principes de la société civile internationale," il a dit. « Le régime chinois devrait libérer immédiatement Sun Qian, et en même temps le gouvernement du Canada devrait redoubler d'efforts pour exhorter le régime chinois à libérer Sun Qian « .

Le député Peter Kent parle lors d'une conférence de presse à l'appui des efforts pour obtenir la libération du citoyen canadien Qian Sun détenu en Chine pour sa pratique du Falun Gong, sur la Colline du Parlement à Ottawa en mai 9, 2017. (Jonathan Ren / NTD)

Le député Peter Kent parle lors d'une conférence de presse à l'appui des efforts pour obtenir la libération du citoyen canadien Qian Sun détenu en Chine pour sa pratique du Falun Gong, sur la Colline du Parlement à Ottawa en mai 9, 2017. (Jonathan Ren / NTD)

Bien que les membres de la famille de Sun ont pas été autorisés à lui rendre visite, elle a reçu deux visites consulaires depuis son arrestation. Plusieurs hauts fonctionnaires canadiens ont lancé un appel pour sa libération, y compris les membres conservateurs du Parlement Peter Kent et Michael Cooper, ancien ministre libéral de la Justice Irwin Cotler, Le député du NPD Cheryl Hardcastle, et le chef Elizabeth May.

« Nous sommes reconnaissants aux milliers de Canadiens qui ont signé des pétitions demandant la libération de Mme. Sun et nous sommes aussi reconnaissants à plus d'une douzaine de députés de tous les partis qui ont appelé à Mme. libération immédiate de Sun et de l'intervention de notre gouvernement,» La déclaration AFDC dit.

« Nous condamnons la détention illégale du régime communiste chinois de Mme. Soleil, et nous demandons instamment au gouvernement canadien d'intervenir et de consolider Mme. libération immédiate de soleil et de la libérer tous les pratiquants de Falun Gong emprisonnés « .

Les pratiquants de Falun Gong se rassemblent devant le consulat chinois à Calgary pour faire appel à la libération du citoyen canadien Sun Qian, qui a été détenu en Chine depuis février. 19 pour sa foi dans le Falun Gong. (The Epoch Times)

Les pratiquants de Falun Gong se rassemblent devant le consulat chinois à Calgary pour faire appel à la libération du citoyen canadien Sun Qian, qui a été détenu en Chine depuis février. 19 pour sa foi dans le Falun Gong. (The Epoch Times)
Read the full article here

Li Heping (droite), un éminent avocat des droits de l'homme chinois, a été libéré la semaine dernière après près de deux ans de prison. (Radio Free Asia)Li Heping (droite), un éminent avocat des droits de l'homme chinois, a été libéré la semaine dernière après près de deux ans de prison. (Radio Free Asia)

Après près de deux ans derrière les barreaux, Li Heping, un éminent avocat des droits de l'homme chinois, a été libéré de prison la semaine dernière.

Ses amis et sa femme a dit qu'il était à peine reconnaissable, une fois robuste et en bonne santé, il est maintenant mince et émaciée, ses cheveux sont devenus blancs, une transformation radicale pour quelqu'un que dans son milieu de la quarantaine.

En juillet 9, 2015, il a été emmené par Tianjin agents de sécurité publique et condamné avec la « subversion du pouvoir d'Etat. » Son arrestation faisait partie d'une campagne nationale contre en 2015 connue familièrement comme le « 709 incidents », ce qui vise plus 250 les avocats et les militants des droits de l'homme.

Après deux années de plaidoyer minutieux en son nom, Wang Qiaoling, La femme de Li, a finalement été en mesure d'obtenir sa libération. Li a reçu une condamnation avec sursis de quatre ans, ce qui signifie qu'il ne peut toujours pas exercer le droit comme avant.

avocat des droits de l'homme Li Heping, anciennement jeune et robuste, regardé nettement différent et presque méconnaissable après avoir été emprisonné et torturé. (Radio Free Asia)

Représentant les personnes vulnérables

Li Heping a recueilli importance pour la défense des dissidents politiques et des groupes vulnérables en Chine, y compris les chrétiens souterrains, victimes d'expulsions forcées, ainsi que des praticiens de la pratique spirituelle Falun Gong persécutés.

Il a également cherché à faire appel au nom du militant aveugle Chen Guangcheng et son collègue droits avocat Gao Zhisheng. Dans 2006, il défend le militant écologiste Tan Kai, fondateur du groupe environnemental « Green Watch. »

Dans 2007, ainsi que cinq autres droits de l'homme basé à Beijing avocats, Li a représenté Wang Bo, un pratiquant de Falun Gong, dans une affaire de premier plan dans la ville de Shijiazhuang. Dans leur défense de l'innocence de Wang Bo, ils ont publié conjointement « La Constitution est suprême, La liberté de religion » -la première fois les avocats chinois a appliqué le droit chinois à défendre systématiquement les pratiquants de Falun Gong innocents comme. La déclaration de la défense serait souvent fait référence par les droits des avocats plus tard lors de la représentation des pratiquants de Falun Gong.

Comme il a continué à prendre des affaires très médiatisées, Li a fait l'objet de harcèlement de plus en plus, surveillance, et les menaces par les forces de sécurité chinoises. en septembre. 2007, il a été enlevé par la police en civil et choqué avec des matraques électriques pendant plusieurs heures avant d'être laissé dans les bois dans la banlieue de Pékin. Dans 2009, Les autorités chinoises ont refusé de renouveler sa licence de droit, le privant ainsi de son droit à pratiquer le droit et le forçant à se tourner vers le travail de consultation juridique à la place.

la montée des tensions avec son arrestation culminèrent en Juillet, 2015 ainsi que de nombreux autres défenseurs des droits de l'homme.

De Défenseur à persécutés

Selon la femme de Li, Wang Qiaoling, Li a été soumis à une surveillance constante pendant sa détention avec les gens le garder comme lui-même utilisé la salle de bains et torturé des coups et des chocs électriques.

en outre, alors qu'il était emprisonné, Li a été régulièrement forcé de consommer des drogues inconnues, apparemment pour l'hypertension artérielle, une condition qu'il n'avait pas.

Les médicaments ont entraîné une faiblesse corporelle, la douleur dans ses muscles, et la vision floue. D'autres défenseurs des droits humains libérés de prison, dont le frère cadet de Li, Li Chunfu, ont discuté des expériences similaires d'être des médicaments inconnus gavés pendant sa détention. Après avoir été libéré en Janvier 2017, Li a été rapidement diagnostiqué des symptômes de la schizophrénie.

Selon Heng Il, un commentateur politique de haut rang à New Tang Dynasty Television (une société de médias soeur de Epoch Times) l'utilisation de médicaments comme une forme de torture n'est pas un événement isolé. Dans 2001, l'Association américaine de psychiatrie a commencé à attirer l'attention de l'administration forcée de médicaments psychotropes sur les pratiquants de Falun Gong détenus dans les hôpitaux psychiatriques.

Heng dit que le gavage des médicaments a été « utilisé à grande échelle sur les pratiquants de Falun Gong avant d'être utilisées pour persécuter les avocats des droits de l'homme. » Le but, il dit, est de « briser leur volonté » et de menacer ceux qui les entourent en mettant en évidence les conséquences de la politique de l'Etat opposant.

En réponse à des preuves croissantes de l'administration forcée de médicaments, membres des avocats chinois pour la protection des droits de l'homme parqué une lettre ouverte en mai 14 appelant à une enquête indépendante sur l'usage des drogues à la torture avocats des droits emprisonnés comme une partie de la 709 Incident.

Read the full article here

Hongyan Lu parle à un rassemblement devant l'ambassade de Chine en Avril 25, 2017, pour marquer le 18e anniversaire de l'appel à grande échelle des pratiquants de Falun Gong pour la liberté de croyance en Chine en Avril 25, 1999, et d'appeler à la fin de la persécution du Falun Gong. A sa droite est pratiquante de Falun Gong Joanna Qiao tient un signe demander de l'aide à demander la libération de la mère de Lu, Huixia Chen, de la détention en Chine et face à trois ans à la réclusion à perpétuité pour sa croyance. (Donna Il / La Grande Époque)Hongyan Lu parle à un rassemblement devant l'ambassade de Chine en Avril 25, 2017, pour marquer le 18e anniversaire de l'appel à grande échelle des pratiquants de Falun Gong pour la liberté de croyance en Chine en Avril 25, 1999, et d'appeler à la fin de la persécution du Falun Gong. A sa droite est pratiquante de Falun Gong Joanna Qiao tient un signe demander de l'aide à demander la libération de la mère de Lu, Huixia Chen, de la détention en Chine et face à trois ans à la réclusion à perpétuité pour sa croyance. (Donna Il / La Grande Époque)

OTTAWA-Le plus grand attrait pour la liberté de croyance dans l'histoire chinoise a été commémoré devant l'ambassade de Chine à Ottawa Avril 25, 2017.

En avril 25, 1999, plus que 10,000 personnes se sont rassemblées pacifiquement à Pékin pour faire appel à leur liberté de pratiquer le Falun Gong et la libération des compagnons pratiquants arrêtés. Quarante-cinq de pratiquants ont été battus et détenus dans la ville voisine de Tianjin.

le 45 pratiquants ont été libérés ce soir, de sorte que ceux qui étaient rassemblés à gauche tranquillement et 'appel sont rentrés chez eux.

However, trois mois seulement après l'appel sans précédent, alors du Parti communiste chinois dirigeant Jiang Zemin a lancé une campagne nationale de persécution pour « éradiquer » le Falun Gong qui continue aujourd'hui.

« Nous honorons l'esprit de paix, Justice, et la compassion avec laquelle cet appel a eu lieu 18 il y a des années,« Il a dit Li Xun, président de l'Association de Falun Dafa du Canada.

« Je suis ici pour honorer le Avril 25e appel pacifique. En attendant, je l'espère aussi attirer l'attention sur le cas de ma mère,« Il a dit Hongyan Lu, un pratiquant de Falun Gong vivant à Ottawa.

Hongyan a raconté comment sa mère de 60 ans Huixia Chen souffrait d'une hépatite B, cirrhose, problèmes d'estomac, et l'endométriose en 1998 quand elle a commencé à pratiquer le Falun Gong, aussi appelé Falun Dafa.

« Juste quelques mois dans la pratique du Falun Gong cette année, toutes ses maladies ont disparu miraculeusement et elle est devenue bien tempéré,« Il a dit Hongyan.

However, Huixia a été arrêté en Juin 2016, ainsi que d'autres compagnons de pratique.

En premier 20 jours après l'arrestation, Huixia « a été torturé et enfermé dans une chaise en barres métalliques et non autorisés à se déplacer,« Il a dit Hongyan. « Cela détruit sa santé et il était difficile pour elle de marcher ou de se tenir debout. Elle est très faible. Elle a également été forcé à subir des sessions de lavage de cerveau « .

Huixia est détenu dans Shijiazhuang second centre de détention.

« Mes parents en Chine luttent encore pour obtenir des mises à jour sur ma mère et, malheureusement, ont fait peu de progrès,» A déclaré Hangyan. « Nous ne savons pas ce qui se passe ou ce qui peut arriver à ma mère sous un régime sans un système judiciaire indépendant et efficace. »

Hongyan a noté que son expérience de mère est typique des dizaines de millions de pratiquants de Falun Gong en Chine.

« Je demande la fin de la persécution et la libération de mon autre et tous les autres pratiquants de Falun Gong incarcérés," dit-elle.

« Il est temps de mettre fin à ce crime mal. »

Falun Gong est une discipline spirituelle traditionnelle de l'école bouddhiste. Il se compose de la méditation, exercices de qigong, et les enseignements moraux basés sur les principes de vérité, la compassion, et la tolérance. La pratique se répandit rapidement en raison des avantages profonds vécus par les praticiens dans leur santé physique et le bien-être mental et moral.

Fin des années 1990 des enquêtes du gouvernement chinois a estimé que 70-100 millions de personnes avaient pris la pratique. En raison de la paranoïa sur l'immense popularité de la pratique, qui était pas sous le contrôle de l'État, Le chef du Parti Jiang a lancé officiellement la brutale persécution en Juillet 1999.

Dans 2006 l'Organisation des Nations Unies a déclaré que 66 pour cent des victimes de torture étaient des pratiquants de Falun Gong. le U.N. et d'autres groupes ont également signalé des preuves de plus en plus de viol, torture, la propagande haineuse répandue, des morts, et même les prélèvements d'organes forcés orchestrées par l'Etat des pratiquants de Falun Gong pour fournir le commerce de transplantation en plein essor de la Chine.

Read the full article here

avril 25, 1999avril 25, 1999

EDMONTON » Ce fut un jour où Dieu vraiment triompha. »

C'est ainsi que Michael Cooper, Le député d'Edmonton-St. Albert, décrit la avril 25, 1999, un événement dans lequel on estime 10,000 Falun Dafa adhérents se sont réunis à Pékin pour protester pacifiquement le ton de durcissement des médias d'Etat contre leur pratique et l'arrestation illégale de leurs compagnons de pratique dans la ville voisine de Tianjin.

Cooper a parlé lors d'un rassemblement tenu à Dr Edmonton. Wilbert McIntyre Gazebo en Avril 22 pour commémorer l'anniversaire de l'appel. Le rassemblement a également entendu Garnett se mit à genoux, Député de Sherwood Park-Fort Saskatchewan, et adhérents du Falun Dafa (aussi appelé Falun Gong) qui a connu la persécution en Chine.

Ce fut la plus grande manifestation pacifique en faveur démocratique en Chine depuis la place Tiananmen manifestations pro-démocratiques de 1989. Ce fut un exploit remarquable.

- Le député Michael Cooper

La manifestation a été le plus grand attrait pour la liberté de croyance dans l'histoire récente de la Chine, et la dernière fois les pratiquants de Falun Dafa ont pu recueillir avant la brutale persécution contre la pratique a été lancé en Juillet 1999 par le Parti communiste chinois d'alors (CCP) chef Jiang Zemin.

« A remarquable Feat »

«C'est un honneur d'être ici pour se tenir avec [Falun Dafa adhérents] pour la véracité, la compassion, et la tolérance, d'être solidaires pour commémorer les hommes 10.000, plus courageux et les femmes qui [recueillies] à Pékin en ce jour fatidique d'Avril 25, 1999,» Dit Cooper. Véracité, la compassion, et la patience sont les principes directeurs de Falun Dafa.

avril 25, 1999

Garnett se mit à genoux, Député de Sherwood Park-Fort Saskatchewan, parle lors d'un rassemblement dans le Dr Edmonton. Wilbert McIntyre Gazebo en Avril 22, 2017 pour marquer le 18e anniversaire du Avril 25, 1999 appel à Pékin par les adhérents de Falun Dafa. (Omid Ghoreishi / La Grande Époque)

"Hommes et femmes, qui se tenait pour la justice, qui se tenait pour la liberté, qui se sont levés pour les droits humains, qui se sont levés pour les dizaines de pratiquants de Falun Gong jours plus tôt avaient été raflés, arrêté, et battus. Ce fut la plus grande manifestation pacifique en faveur démocratique en Chine depuis la place Tiananmen manifestations pro-démocratiques de 1989. Ce fut un exploit remarquable," il a dit.

Mais la réponse du régime chinois était typique d'une « brutale dictature communiste,» Cooper note.

À peine trois mois plus tard, Le régime de Jiang a lancé une campagne de persécution contre le Falun Dafa, qui, dans le passé 18 années a donné lieu à des milliers de familles détruites, de nombreux envoyés dans des camps de travail, beaucoup torturé à mort, et beaucoup d'autres ont perdu la vie dans le commerce des greffes d'organes sanctionnés par l'État de la Chine illicite.

avril 25, 1999

Dr. Minnan Liu de l'Association de Falun Dafa d'Edmonton parle lors d'un rassemblement d'Edmonton Dr. Wilbert McIntyre Gazebo en Avril 22, 2017 pour marquer le 18e anniversaire du Avril 25, 1999 appel à Pékin par les adhérents de Falun Dafa. (Omid Ghoreishi / La Grande Époque)

« Face à certains des violations des droits de l'homme et les crimes les plus graves commis dans le monde moderne par la dictature communiste de Chine, comment ont les pratiquants de Falun Gong ont répondu?» Demanda Cooper.

"[ils ont] a répondu pacifiquement, par l'éducation, grâce à une campagne de sensibilisation, briller la lumière sur les scélérats les maux qui sont perpétrés au jour le jour en Chine contre le Falun Gong, et les dizaines de millions de pratiquants de droit à travers la Chine. »

Le prélèvement d'organes forcé

Cooper dit à la foule que lui et son collègue député Genuis et d'autres à la Chambre des communes continuera à appuyer le gouvernement du Canada pour obliger Pékin à cesser la persécution et de promouvoir « la liberté, la démocratie, et droits de l'homme. »

Le Canada peut jouer un rôle important, défendre les droits de l'homme universels. Nous avons la responsabilité de le faire, surtout quand le gouvernement parle de plus en plus notre engagement avec la Chine.

- MP Garnett se mit à genoux

agenouillé, qui a récemment introduit une projet de loi d'initiative parlementaire pour lutter contre le prélèvement forcé d'organes de prisonniers d'opinion en Chine, dit la persécution contre toutes les communautés religieuses en Chine est à la hausse.

« Alors que la Chine fait de son mieux pour blanchir son image internationale, la persécution ne cesse de croître, Ça s'empire, et il exige une réponse forte de ceux d'entre nous en Occident et dans le monde se sont engagés à la justice et les droits de l'homme,» At-il dit au rallye.

agenouillée de projet de loi C-350, qui ravive un projet de loi déposé au Parlement le dernier par l'ancien ministre de la Justice libéral Irwin Cotler,, amende honorable Code criminel du Canada et de l'immigration et la protection des réfugiés. Le projet de loi vise à en faire une infraction pénale pour quelqu'un d'acquérir un organe qu'ils connaissent a été obtenu sans le consentement, et de faire ceux qui sont impliqués dans le prélèvement d'organes forcé non admissibles au Canada.

Luo Zehui (R) raconte à travers un traducteur comment son père évanoui sous la torture puis incinéré, tout en vivant en Chine pour la pratique du Falun Gong lors d'un rassemblement d'Edmonton Dr. Wilbert McIntyre Gazebo en Avril 22, 2017. L'événement a eu lieu à l'occasion du 18e anniversaire du Avril 25, 1999 appel à Pékin par les adhérents de Falun Dafa. (Omid Ghoreishi / La Grande Époque)

D'après les enquêtes menées par l'ancien secrétaire d'État canadien David Kilgour, avocat des droits de l'homme canadien David Matas, et journaliste d'investigation américain Ethan Gutmann, Jusqu'à 90,000 transplantations d'organes ont lieu en Chine sur une base annuelle, la majorité d'entre eux étant des prisonniers du Falun Gong d'opinion qui sont tués pour leurs organes.

« Le Canada peut jouer un rôle important, défendre les droits de l'homme universels. Nous avons la responsabilité de le faire, surtout quand le gouvernement parle accroître notre engagement avec la Chine,« A déclaré mis à genoux.

Persécution

Le rassemblement entendu deux pratiquants de Falun Gong qui ont personnellement vécu la persécution tandis qu'en Chine.

Calgary résident Luo Zehui relayée dans un discours plein d'émotion à travers un traducteur que son père, Jiang Xiqing, a été mis dans un camp de travail forcé et torturé pour la pratique du Falun Gong.

avril 25, 1999

Zhang Ping (R) raconte à travers un traducteur comment elle a été emprisonné à plusieurs reprises en Chine pour la pratique du Falun Gong lors d'un rassemblement d'Edmonton Dr. Wilbert McIntyre Gazebo en Avril 22, 2017. L'événement a eu lieu à l'occasion du 18e anniversaire du Avril 25, 1999 appel à Pékin par les adhérents de Falun Dafa. (Omid Ghoreishi / La Grande Époque)

Jiang évanoui sous la torture, et a ensuite été incinéré alors qu'il était encore en vie, un Luo larmes ladite.

Zhang Ping, également de Calgary, parlé de la façon à la fois son état physique et mental amélioré avec la pratique et la façon dont elle a été en mesure d'harmoniser ses relations avec les membres de la famille et ceux de sa communauté, grâce au Falun Gong.

However, en raison de la campagne de persécution du PCC, elle a été arrêtée et détenue à plusieurs reprises. Elle a finalement échappé à la Chine pour venir au Canada 2015.

« Après avoir quitté ma ville natale, en moins d'un an j'ai entendu parler trois autres collègues pratiquants de Falun Gong qui sont morts de la persécution," dit-elle.

"Il y avait 43 localement mort confirmée et 989 dans ma province depuis que la persécution a commencé. »

Read the full article here

Les pratiquants de Falun Gong sensibilisation sur le prélèvement d'organes et d'autres violations des droits de l'homme en Chine, avec les résidents et les touristes à Santa Monica, Calif., en juillet 17. (Xu Touhui / The Epoch Times)Les pratiquants de Falun Gong sensibilisation sur le prélèvement d'organes et d'autres violations des droits de l'homme en Chine, avec les résidents et les touristes à Santa Monica, Calif., en juillet 17. (Xu Touhui / The Epoch Times)

NEW YORK-Une pétition qui a recueilli près 6,000 signatures en seulement 2 appels jours pour le président Donald Trump pour mettre fin à la pratique de organe forcé récolte en Chine.

Trump a eu sa première rencontre avec Xi Jinping président chinois jeudi, mais ils devraient entrer dans plus profondes discussions vendredi au sommet.

La pétition Maison Blanche créée en Avril. 5, exhorte Trump à demander à Xi Jinping pour mettre fin à la récolte d'organes forcés contre les pratiquants de Falun Gong et d'autres prisonniers d'opinion en Chine.

Le prélèvement d'organes forcé fait partie d'une persécution plus large qui a commencé en 1999 alors leader communiste Jiang Zemin et se passe encore aujourd'hui contre le Falun Gong, un paisible, pratique spirituelle.

Des centaines de pratiquants de milliers en détention sont vulnérables à devenir victimes de travail forcé, en direct le prélèvement d'organes, l'une des pratiques les plus atroces et inhumaines aujourd'hui, selon les chercheurs.

Le régime chinois est estimé avoir effectué entre 60,000 et 100,000 greffes chaque année 2000 à 2015, la majorité des pratiquants de Falun Gong, selon l'une près de 700-rapport de pages publié en Juin l'année dernière.

Le rapport auteurs-David Kilgour, un ancien secrétaire d'État canadien et membre du Parlement; avocat des droits de l'homme David Matas; et journaliste d'investigation Ethan Gutmann-expliquer que ce comment les patients transplantés peuvent aller en Chine et obtenir un organe en quelques jours, voire quelques heures, si elles peuvent payer. en revanche, les patients peuvent être sur des listes d'attente pendant des années dans d'autres pays.

La conclusion finale du rapport, dit Matas au National Press Club à Washington le Juin 22, « Est que la Chine est engagée dans le massacre des innocents. »

Si la pétition sur le site parrainé par la Maison Blanche recueille 100,000 signatures de mai 5, puis la Maison Blanche est tenu de fournir une réponse. Le texte de la pétition se lit:

« Preuves irréfutables montrent que l'ancien président chinois, Jiang Zemin, non seulement commencé une persécution brutale contre le Falun Gong en 1999, mais aussi initié l'abominable et mortel forcé la pratique de prélèvement d'organes contre ce groupe une pratique pacifique qui est intolérable au 21e siècle. Le monde civilisé doit se lever contre ces atrocités et exiger la fin de l'une des plus grandes violations des droits de l'homme de notre temps.

"M. Président, AMERIQUE DU PREMIER signifie valeurs américaines fondamentales. La défense des droits de l'homme est l'une de nos plus grandes vertus et la fondation de notre nation. Vous avez une chance de montrer au monde que les Etats-Unis reste le leader dans la défense des droits de l'homme et ne restera pas silencieuse face à ces crimes contre l'humanité « .

Read the full article here

Over 6,300 Les pratiquants de Falun Gong forment un emblème du Falun Gong et les caractères chinois, véracité, compassion et tolérance à la place de la Liberté à Taipei le nov. 26, 2016. (Chen Po-chou / Epoch Times)Over 6,300 Les pratiquants de Falun Gong forment un emblème du Falun Gong et les caractères chinois, véracité, compassion et tolérance à la place de la Liberté à Taipei le nov. 26, 2016. (Chen Po-chou / Epoch Times)

TAIPEI, Taiwan Après deux jours de travail intensif et préparation, un symbole énorme est apparu devant de la scène à Liberty Square de Taiwan, nommé pour son rôle dans la transition de l'île de la règle du parti à la démocratie.

On Nov. 26, porter jaune, bleu, rouge, et des vêtements noirs, sur 6,300 les pratiquants de la discipline spirituelle Falun Gong ont formé un grand emblème ainsi que les trois caractères chinois pour la véracité, la compassion, et la tolérance, l'enseignement de base du Falun Gong. le symbole, appelé "falun" en chinois et en sens «roue de la loi,"Inclut la traditionnelle bouddhiste"srivatsa " et "taiji." taoïstes Il est l'emblème du Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa (Grande Voie de la Roue de la Loi).

Les participants, la plupart des pratiquants de Falun Dafa vivant à Taiwan, praticiens inclus en provenance du Japon, Corée du Sud, Hong Kong, Viêt-Nam, Singapour, et de l'Indonésie. La formation du caractère est devenu une tradition annuelle, tenue en Novembre, pour commémorer le mois de retour dans 1997 lorsque M.. Li Hongzhi, le fondateur du Falun Gong, visité l'île pour la première fois.

«Le monde a besoin de Vérité, la compassion, et la tolérance. », a déclaré Huang Chun-mei, organisateur de l'activité et le vice-président de l'Association Falun Dafa de Taiwan. "Si tout le monde dans la société suit ces principes, notre société sera mieux. "

La formation du caractère, toutefois, porte un sens beaucoup plus profond. Huang Chun-mei a expliqué que la formation du caractère serait mettre un frein à la violente persécution continue des pratiquants de Falun Gong en Chine, et, contrairement à la propagande par le régime chinois, montrent que la discipline bouddhiste prospère dans le monde entier, avec les gens à pratiquer le Falun Gong dans plus de 100 des pays.

De la conception à la formation

La planification et la conception en fait commencé il y a plus de deux mois, a déclaré Wu Ching-hsiang, un architecte à la retraite, qui a été chargé d'élaborer les plans pour les formations de caractères de Taiwan depuis 2009. Il a également fourni des dessins pour des activités similaires tenues à Washington D.C. et New York.

Wu a expliqué dans une interview téléphonique pourquoi obtenir le plan droit était un long processus: "Une seul fois, après avoir terminé un dessin et a été soudainement dit qu'il y aurait 1,000 participants supplémentaires, Je devais redessiner rapidement le plan ".

Wu a ajouté que l'histoire de la formation du caractère effectivement originaire de Chine. Mais contrairement à ceux qui sont détenus en Chine et ailleurs dans le monde, la formation à Taiwan implique souvent des images plus complexes.

"Les formes géométriques impliquant des lignes droites ou des angles de 90 degrés ne sont pas difficiles,», A déclaré Wu. "Il est des images avec des lignes courbes qui sont plus difficiles." Pour donner un exemple, Wu a ajouté que les participants forment le plus compliqué, mais beaux caractères chinois dans le script clérical, une forme de calligraphie chinoise de nos jours, par opposition au style d'écriture plus simple dans le passé.

En Chine, ces formations de caractères à grande échelle étaient monnaie courante en Chine avant Juillet 1999, avant le début de la persécution. Depuis, pratiquants à Taiwan, les États Unis, et de nombreux autres pays ont essayé de garder vivante la tradition.

Wu a dit que dans la formation cette année, en plus de l'emblème et les caractères chinois, il y a aussi des rayons de lumière représentés en jaune. Ces rayons, selon Wu, représenter la grâce de Bouddha éclairant le monde.

Préparation

Deux jours avant la formation des caractères, préparation à la Place de la Liberté commence. Des centaines de praticiens, principalement de Taipei, se révèlent des feuilles de plastique rondes manuellement lieu de couleur et de les enregistrer à leurs endroits désignés.

Wang Chung-tung, 66, un capitaine de fret maritime retraite et ancien professeur adjoint à Taipei College of Technology Maritime, ledit au fil des ans, il avait déjà lutté contre les intempéries, fourmis rouges, et les serpents, même pendant la préparation, que les formations étaient parfois organisées sur l'herbe à la place du béton.

Un sentiment de gratitude envers le Falun Gong a conduit Wang à faire preuve de diligence au cours des années pour aider avec les préparatifs de la formation du caractère. Wang a pris la pratique 2002 après ses 20 ans de carrière travail en mer, où «il y avait une ligne mince entre la vie et la mort." Avec le Falun Gong, il a dit qu'il a trouvé le sens de la vie qu'il avait désiré pendant ses années à bord des navires.

De même, Chuang Mao-chin, 56, un fonctionnaire du gouvernement retraité du Bureau national du commerce extérieur, dit-il avait pris part à la préparation depuis 2011. L'année dernière, Mao a rappelé comment il a quand même décidé d'aider à la préparation, même si il était sous le temps, en raison de la gratitude qu'il éprouve pour la bonne qualité de sommeil, il a connu depuis qu'il a commencé à pratiquer le Falun Gong en 2010.

Pour de nombreux bénévoles se tournant pour la formation du caractère a été l'occasion de dire passant, Chinois en particulier la partie continentale touristes-Liberty Square est une attraction touristique populaire site de Taiwan sur les injustices dont souffrent encore les pratiquants de Falun Gong en Chine.

"Les touristes trouvent facilement la formation de caractères très intéressant, non seulement sur le jour de la formation réelle, mais les jours avant lorsque la préparation est en cours,"A déclaré le Dr. Huang Hui-chun, 37, un cardiologue travaillant au National Taiwan University Hospital, et un praticien depuis 2006.

Huang Chung-peng, 56, propriétaire d'une entreprise de matériel mécanique à New Taipei City, a dit qu'il avait une fois pour expliquer comment Taiwan est différente de la Chine quand un touriste chinois a été stupéfait de constater que le gouvernement taïwanais avait accordé la permission aux pratiquants de Falun Gong de tenir une telle activité publique.

«Quand la Chine continentale, après avoir utilisé un logiciel anti-censure, voir des photos de la formation du caractère, ils se rendront compte comment le Falun Gong est ouvertement pratiqué à Taiwan,», A déclaré Huang Chung-peng.

Opportunité seulement à Taiwan

Pour beaucoup de pratiquants dans d'autres pays d'Asie, de prendre part à la formation du caractère à Taiwan a été une occasion à ne pas manquer.

"Falun Gong est bien accueilli partout dans le monde sauf en Chine,», A déclaré Sato Kunio, 53, propriétaire d'un hôtel dans la ville japonaise de Chiba, qui est né à Harbin, Chine avant de passer au Japon en 1980. Il a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1996 et a participé à la formation du caractère à plusieurs reprises de Taiwan.

Pour Rosy Ngygen, 34, senior account manager du Vietnam qui a commencé à pratiquer le Falun Gong en 2012, l'occasion était précieux, étant donné qu'il était impossible de tenir une activité à grande échelle comme celui-ci dans son propre pays en raison de la pression politique de la Chine.

Ngyugen expliqué, "Le gouvernement vietnamien ne s'y oppose pas le Falun Gong, mais il ne veut pas faire le renversement du gouvernement chinois soit ".

Kim Jung Soo, un fonctionnaire du gouvernement à la retraite dans le département de l'éducation à Busan, Corée du Sud, ont pris part alors qu'il avait seulement été pratiqué pendant trois jours. Il a remercié sa femme pour le présenter au Falun Gong. Il a dit qu'elle avait montré «la paix et la sérénité" en tant que praticien pour la dernière 14 années.

Alors que les participants étaient assis pour photographier et filmer, de nombreux touristes en pause pour selfies avec la toile de fond rare et coloré.

"Beau. Je ne sais pas l'histoire de cette, mais à mes yeux, C'est très beau,», A déclaré Mme. Sangsajja, une femme au foyer de la Thaïlande.

Jose Collazo, un analyste d'affaires de Puerto Rico, dit qu'il avait entendu parler de la persécution du groupe en Chine. Il aimait la formation du caractère.

"Il est très coloré. Je voudrais pouvoir le voir de là-haut," il a dit.

Read the full article here

Xin Ziling dans une photographie non datée. (Apollo net)Xin Ziling dans une photographie non datée. (Apollo net)

Xi Jinping est largement incompris par les médias et les intellectuels parce qu'ils ne comprennent pas la dynamique du pouvoir à l'intérieur du régime communiste chinois aujourd'hui, selon franc-tireur à la retraite officielle de la défense Xin Ziling.

Né chanson Ke dans la province de Hebei dans le nord de la Chine, Xin a rejoint l'Armée de libération populaire en 1950 à l'âge de 15. Xin finalement nommé directeur de l'Université chinoise de la Défense nationale, institut d'enseignement supérieur haut pour responsable de la défense du pays.

Aujourd'hui, Xin est surtout connu comme un critique ardent du régime qui n'a pas peur d'aborder des sujets sensibles, il est l'auteur d'une très critique livre sur l'ancien dictateur chinois Mao Zedong; il a prononcé contre l'ancien chef du Parti de la persécution de Jiang Zemin contre le Falun Gong, une pratique spirituelle traditionnelle chinoise; et rejoint d'autres universitaires et journalistes pour demander au régime de la censure de fin.

Récemment, Xin Ziling a été interviewé par l'édition en langue chinoise Voice of America dans le cadre d'une série sur 6 Plénum du Parti communiste. Bien que l'entrevue a eu lieu avant la réunion récemment conclu, l'identification de la politique du Parti dans les lignes de fracture d'élite demeure très pertinente. Nous avons traduit l'interview, et édité par souci de concision et de clarté.

***

Question: Que pensez-vous de la 6e Plénum?

Xin Ziling: Cette réunion concerne les luttes intestines au sein du Parti communiste chinois. Xi Jinping est à la tête d'un groupe de réformistes, et ils sont opposés par une faction dirigée par Jiang Zemin.

Le 6e Plénum apportera une résolution générale à cette lutte, et il doit y avoir une résolution complète en tête jusqu'au 19e Congrès national du Parti communiste; autrement, le 19e Congrès ne peut être tenu. Par exemple, si Jiang est encore permis certains disent en matière de la journée, il pourrait prendre trois autres membres du Comité permanent du Bureau politique [au service des membres du Comité permanent Liu Yunshan, Zhang Dejiang, et Zhang Gaoli sont alliés connus de Jiang]. Comment est-ce acceptable? Que deviendra alors la Chine? Je crois aussi que [Xi Jinping] résoudra définitivement les questions d'organisation au 6e Plénum.

Maintenant, le Parti a essentiellement approuvé Xi Jinping prenant le titre de chef de file « de base ». En d'autres termes, la position de Jiang Zemin comme « noyau » du parti est sur le déclin; précédemment, Jiang avait encore une influence, mais maintenant beaucoup de cadres sont beaucoup plus claires sur la situation générale. J'ai lu récemment que les dirigeants de 28 les provinces ont été remplacées dans une période de neuf mois. Si un cadre refuse de changer son état d'esprit politique et la position, il sera remplacé et traité par l'organisation du Parti.

Je suis optimiste quant aux perspectives. Je veux dire que Xi Jinping sera victorieux, les réformistes seront victorieux, et le peuple chinois triomphera. La Chine ne peut peut progresser sans la purge des fonctionnaires corrompus grands-ces tigres, tigres moyen, et vieux tigres. [« Tiger » est parti pour le langage de corruption des fonctionnaires de haut rang.]

Il est aussi impossible que des progrès soient accomplis dans la réforme politique et des questions telles que le massacre de la place Tiananmen et la réhabilitation politique du Falun Gong si Jiang Zemin n'est pas supprimé. Avec les rangées de grands tigres obstruent la voie, il n'y a aucun moyen de résoudre ces problèmes. Les conditions et le calendrier doivent convenir à une résolution globale à atteindre, et il est possible que quelque chose viendra du 6e Plénum qui secouez le peuple et le Parti.

Q: Avez-vous qui pensent que Xi Jinping pourrait résoudre les problèmes de Tiananmen et le Falun Gong quand il devient leader « de base »?

s'il vous plaît: Ce n'est pas une question de probabilité; Xi Jinping résoudra définitivement ces questions. Les pratiquants de Falun Gong peuvent et ont déposé plainte contre Jiang Zemin avec la Cour et le Parquet populaire suprême populaire suprême ... ces organes judiciaires ont déjà accepté ces plaintes. Falun Gong et Tiananmen doit être résolue. Xi Jinping ne peut pas porter ce fardeau à l'avenir; il est très clair sur cette question.

Q: les avocats des droits de l'homme ont été arrêtés, pétitionnaires ont été supprimés, la liberté d'expression est limitée, et beaucoup de gens ont été poursuivis en justice pour les commentaires qu'ils ont fait sur Internet. Ces incidents pourraient être évités si les Xi Jinping n'a pas donné un signe de tête?

s'il vous plaît: Permettez-moi de faire une clarification. Il y a actuellement deux centres de puissance au sein du Parti communiste chinois. Et Xi Jinping n'a pas le pouvoir complet avant le 6 Plénum.

Prenez l'appareil politique et juridique, par exemple. En théorie, après Zhou Yongkang a été purgé, Xi aurait repris le contrôle de l'appareil. En réalité, toutefois, la direction de l'appareil peut être influencé d'innombrables façons; de nombreux fonctionnaires sont encore en phase de la politique de Zhou Yongkang, que ce soit consciemment ou inconsciemment.

Récemment, il y avait un homme nommé Wang Zhiwen [l'ancien coordonnateur du Falun Gong à Beijing] qui a été empêché de quitter le pays à Guangzhou. Xi Jinping est certainement pas derrière cette. Parce que les gens qui bloquaient Wang ont encore un certain pouvoir.

Aujourd'hui, qui fait la faute de gens ordinaires quand ils sont mécontents de quelque chose? Ils blâment le haut dirigeant, et dire que c'est est Xi Jinping faire même quand il est pas son idée. Cette situation découle de calomnier et de la soi-disant « noircissement avancée » [gaojihei en chinois].

Ces vieux tigres et grands tigres de la faction de Jiang face au sort d'être purgé. Alors, ils pensent: Si je suis un goner, alors je vais vous faire tomber, aussi. Ils essaient alors de saboter Xi, et nuire à sa réputation politique. Mais Xi n'est pas derrière de nombreux incidents; la fermeture de Yanhuang Chunqiu [une RAN publication réformiste par les cadres du Parti pour la plupart âgés] était l'œuvre de Liu Yunshan [le chef de la propagande et de l'idéologie].

En ce moment, Xi Jinping ne peut pas abandonner ses plans au 6e Plénum ou ses objectifs généraux pour faire face aux problèmes spécifiques causés par la faction de Jiang. En tant que leader le plus haut gradé, Xi doit faire face à tous ces problèmes globalement, en termes de stratégie, direction, et la politique. Il a besoin d'obtenir tous les cadres à mettre en œuvre les politiques du Parti Central; ayant le haut dirigeant corriger tous les problèmes causés par des cadres non conformes est impossible.

Compte tenu des circonstances, Beaucoup de gens, y compris les médias et l'intelligentsia, ont beaucoup de malentendus au sujet de Xi Jinping. Ils voient des restrictions accrues sur les médias, et les gens de se faire arrêter. Mais si Xi ne connaît pas beaucoup de choses jusqu'à ce qu'ils aient lieu, qu'est-ce qu'il faut faire?

Q: Xi Jinping est pas conscient que sont atteinte à sa réputation et de la crédibilité quand ces choses se produisent?

s'il vous plaît: Bien sûr, il est au courant. Et c'est-ce qui le pousse à résoudre tous ces problèmes une fois pour toutes au 6e Plénum! Si Xi ne prend pas des mesures, ce qu'il fait face en fin de compte est les fonctionnaires chinois traîner les pieds, ou même effectuer le contraire de ce qu'il veut. Certains fonctionnaires pourraient penser: Vous ne me permet pas de prendre des pots de vin, C'est très bien. Je ne ferai aucun travail, et apporter toute l'administration du gouvernement à l'arrêt. Ensuite, les gens vont blâmer Xi Jinping.

La question de l'organisation peut être résolu par la nomination de nouveaux fonctionnaires et essuyer l'ardoise au 19e Congrès. Jiang Zemin a construit ses réseaux de factions au sein du Parti depuis plus de deux décennies, et les racines, il a sombré sont entrelaçant et très profond. Ce n'est pas un problème facile à résoudre, mais Xi ne sera pas en mesure de pousser à travers ses politiques sans fixer ce problème. Ensuite, le cas de l'ordre de ne laisser Zhongnanhai [le quartier général des fonctionnaires de la direction du Parti à Beijing] persistera.

Q: Pour plusieurs mois, il y a eu de nombreux changements dans les rangs des hauts dirigeants provinciaux. Croyez-vous que Xi Jinping est responsable du remaniement?

s'il vous plaît: Certainement. Maintenant, de nombreux cadres au niveau provincial sont les rendez-vous de Xi. Ces changements de personnel ont été faits pour empêcher un coup d'Etat politique d'avoir lieu au cours du 6e Plénum et du 19e Congrès. C'est aussi le raisonnement derrière le remaniement des plus grands leaders 28 provinces 9 mois.

Q: Après les récentes réformes militaires, Xi Jinping n'ont un contrôle total sur l'armée?

s'il vous plaît: Tu pourrais dire ça. La réforme militaire est une opération massive; franchement, Mao Zedong n'a pas osé le faire, pas plus que Deng Xiaoping. Qu'est-ce que Xi a fait est sans précédent, mais là encore il a été forcé dans ce. Guo Boxiong et Xu Caihou [deux chaises anciens militaires tombés en disgrâce vice] Hu Jintao avait sous leur pouce pendant une décennie; tout le monde dans l'armée était fidèle à eux. Si ce problème persiste à un niveau fondamental, il est impossible de prendre le contrôle de l'armée.

En fait, Xi force lutta le contrôle de l'armée, et la lutte continue d'augmenter. Récemment, Il y avait de nombreux changements de personnel dans l'armée; cela a été fait pour nettoyer l'influence restante de Xu Caihou et Guo Boxiong. Pourquoi est-ce nécessaire? Parce que beaucoup des subordonnés de Xu et Guo sont toujours en fonction, et dont le côté ils sont ne sait toujours pas. However, la situation générale a été réglée, et Xi Jinping est fermement dans le contrôle de l'armée. Sans le contrôle de l'armée, il peut y avoir aucun moyen pour Xi de contre-attaquer dans cette lutte continue. Il est donc raisonnable pour Xi avoir commencé avec la réforme militaire, et pour purger Xu Caihou et Guo Boxiong.

Read the full article here

Li Mengfei, from New York City, attends the annual Falun Gong conference in San Francisco. (Edward Dye/Epoch Times)Li Mengfei, from New York City, attends the annual Falun Gong conference in San Francisco. (Edward Dye/Epoch Times)

SAN FRANCISCO—Lily Zhang, a Chinese-American woman in her 50s, said that she used to be “a classic Ironwoman,” where she grew up in communist China. The idea connotes a flinty disposition, hatred of class enemies, and a willingness to sacrifice for the “revolution.”

But in a conference held at the Bill Graham Civic Auditorium in downtown San Francisco on Oct. 24, Zhang and thousands of others, most from the United States, many from elsewhere in the world, reflected on what it means to be free of communist indoctrination, and to have embraced a traditional Chinese spiritual philosophy instead.

Falun Gong, ou Falun Dafa, is the name of the practice that the attendees adhere to. It involves a set of meditative exercises and living in conformance to the three principles of truthfulness, la compassion, et la tolérance. Chaque année, Falun Gong practitioners on the West coast of the United States hold an experience sharing conference of this kind, where they reflect on how they have grown in their spiritual practice and persisted through adversity.

Falun Gong was the most popular meditative practice of its kind throughout the 1990s in China, with the regime estimating that there were 70 million citizens practicing it by the end of the decade, including many influential government officials; Falun Gong sources pegged the number at 100 million. The number of those practicing scared the former Communist Party chief Jiang Zemin, who set out to eradicate the practice and began one of the most severe, ongoing human rights crises in the world.

Thousands of attendees attended the San Francisco Falun Gong experience sharing conference of 2016, held at the Bill Graham Civic Auditorium on Oct. 24. (Edward Dye/Epoch Times)

Thousands of attendees attended the San Francisco Falun Gong experience sharing conference of 2016, held at the Bill Graham Civic Auditorium on Oct. 24. (Edward Dye/Epoch Times)

Many of the speeches given at the Bill Graham Civic Auditorium discussed efforts to expose and stop the persecution, and the obstacles therein.

Susan Williams, 56, from Halifax, Nova Scotia, has been practicing Falun Dafa since 2009. She came to the conference, first of all, to see how she could improve herself internally — practitioners of Falun Gong see this as one of the pillars of their spiritual discipline — and also to participate in the ancillary events, including parades, protests, and meditation outdoors in groups.

Williams was particularly eager to use the opportunity to talk to the many Chinese tourists coming to San Francisco, who may have had a little chance to hear about Falun Gong apart from the official Chinese propaganda. Given the sparseness of the population in Halifax, it’s an opportunity that she treasures. “People coming from China should know that Falun Gong is good,” Williams said.

Susan Williams from Halifax, Nova Scotia, assiste à la 2016 Falun Gong experience sharing conference in San Francisco, le oct. 24, 2016.

Susan Williams from Halifax, Nova Scotia, assiste à la 2016 Falun Gong experience sharing conference in San Francisco, le oct. 24, 2016. (Petr Svab/Epoch Times)

Chow Wai-dong came from Hong Kong for the San Francisco conference, delivering one of the final speeches of the day. He had come into contact with the practice by receiving literature about it handed out by volunteers in the street, il a dit, and then recounted some of the history of Chinese Communist Party influence in Hong Kong, which is often aimed at disrupting peaceful Falun Gong events there. The current Hong Kong leadership, which is thought by analysts to be connected to Jiang Zemin, the leader who launched the anti-Falun Gong campaign, “brought the gangster element to Hong Kong,” Chow said. Encore, he noted, the more poorly the communist-backed provocateurs behaved, the greater the interest generated in Falun Gong’s own story. “People would queue up for the Minghui newsletter and even grab them off the rack without waiting,” Chow said, referring to a publication run by volunteers which carries news about the situation of Falun Gong in China.

Jim Battaglini, a young man from Minnesota who speaks quickly, was attracted to Falun Gong after reading about the spiritual journey of the historical Buddha, known as Sakyamuni to Chinese people. “I was looking for a way or method, but I couldn’t find any instruction. Then one time I was on the public library, and I found the main text of Falun Gong, and I read the first sentence and I said: ‘This is it.’” He noted that the focus of his life has changed significantly as a result of his practice, including some days simply standing on the street with a clipboard, collecting signatures from citizens who are outraged at the killing of Falun Gong practitioners for their organs.

Battaglini remarked on one of the papers read, which discussed successful efforts at bringing information about the persecution of Falun Gong to elite members of society, including policymakers and financiers. “The practitioner explained his successes, but it wasn’t with the idea that ‘I’m great.’ It was about conscientious effort, looking at his own self, and explaining what led to the success.”

Li Mengfei, from New York City, spoke of how she grew up in a family in which Falun Gong was simply a part of life. She spoke about how she applied its lessons, in particular those about looking internally and overcoming psychological obstacles, in her work doing sales in Manhattan.

Lily Zhang, of San Francisco, says she was able to overcome her fear of driving, a skill she had never learned in China, when she was well past her middle-age. Now she drives nearly every day, ferrying other Falun Gong practitioners and materials to events, holding meetings with government officials, and trying to see the persecution in her homeland stopped. She named her vehicle, a black Honda Accord, “my black Prince Charming.”‘

With reporting by Petr Svab and Larry Ong.

Read the full article here
  • Tags:, ,
  • Author: <a href="http://www.theepochtimes.com/n3/author/matthew-robertson/" rel="author">Matthew Robertson</une>, <a href="http://www.theepochtimes.com/" title="Epoch Times" rel="publisher">Epoch Times</une>
  • Category: General

Torsten Trey, le directeur général de Médecins contre le prélèvement forcé d'organes, parle lors d'un événement à Taipei le févr. 27, 2013. (Chen Poche / La Grande Époque)Torsten Trey, le directeur général de Médecins contre le prélèvement forcé d'organes, parle lors d'un événement à Taipei le févr. 27, 2013. (Chen Poche / La Grande Époque)

Médecins contre le prélèvement forcé d'organes, une coalition non gouvernementale de professionnels de la santé, a déclaré la date de octobre. 1 la "Journée internationale contre le prélèvement forcé d'organes.» Cette année est l'occasion inaugurale, et de marquer le groupe a appelé le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme à prendre des mesures sur l'abus.

Les préoccupations des DAFOH, l'organisation est souvent connue, se concentrer principalement sur ce qu'ils décrivent comme le meurtre de prisonniers d'opinion en Chine pour organes la pratique est considérée par les chercheurs à cibler principalement les praticiens du Falun Gong, une discipline spirituelle qui a été marquée pour l'élimination depuis 1999, ainsi que d'autres communautés ethniques ou religieuses, Tibétains Y compris, Ouighours, et peut-être quelques chrétiens « maison d'église ».

Les personnes concernées par la question sont enjoignait par DAFOH télécharger leur pétition et l'envoyer à la fois DAFOH et l'adresse e-mail du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme. La pétition exprime « alarme ... [à] la masse de preuves de prélèvements d'organes forcés de prisonniers d'opinion en Chine « .

Elle demande au Haut-Commissaire, actuellement bin Prince Zeid Ra'ad de Jordanie, de faire appel à la Chine de cesser forcée des prélèvements d'organes, « Engager de nouvelles enquêtes objectives qui mènent à la poursuite des auteurs impliqués dans ce crime contre l'humanité,» Et également appel à la cessation de la persécution du Falun Gong.

Falun Gong, un ensemble de cinq exercices de mouvement lent et les enseignements moraux centrée sur les principes de vérité, la compassion, et la tolérance, gagné popularité importante en Chine au cours des années 1990, avant qu'il advint la colère du chef au moment, Jiang Zemin.

Selon les plus récentes recherches effectuées par les enquêteurs David Kilgour, David Matas, et Ethan Gutmann, entre 60,000 et 100,000 transplantations d'organes ont été menées par année en Chine depuis environ l'année 2000 - à peine six mois après la persécution du Falun Gong a commencé. Au cours de cette période, Selon la Chine, presque la seule source de ses organes étaient des prisonniers condamnés à mort - alors même que le nombre de executees condamnés à mort est tombé, année par année.

Compte tenu de l'écart énorme entre le nombre de transplantations et exécutions judiciaires, toutefois, (les chercheurs disent que le nombre est celui-ci que dans les milliers par an), les chercheurs ont exploré les sources d'organes de remplacement, et a conclu que les pratiquants du Falun Gong sont ciblés. Les preuves à l'appui cela comprend subrepticement enregistré appels téléphoniques avec les médecins qui disent qu'ils ont des organes sains de Falun Gong, plusieurs rapports indépendants analyses de sang en détention, chevauchement entre le personnel engagé dans la campagne contre le Falun Gong et la transplantation d'organes, et une série d'autres indicateurs.

DAFOH souligne sur son site Internet un certain nombre de déclarations de soutien international, notamment du Japon et des États-Unis.

Hiroshi Yamada, Membre de la Chambre des conseillers municipaux à la Diète japonaise, est cité en disant: «J'exprime sincèrement mes condoléances à ceux qui ont été victimes de prélèvements d'organes forcés. Nous prendrons une action du Japon pour que cette Shoah, qui remet en cause l'esprit sublime de la médecine, seront éliminés le plus rapidement possible grâce à une forte solidarité des personnes de conscience dans le monde entier. »

Un certain nombre d'Americains. Les représentants fédéraux et élus état également les commentaires fournis à l'occasion. « Chers membres du droits de l'homme des Nations Unies Commission,» Écrit Etat Rep. Michael F. Curtin de l'Ohio. "Pendant de nombreuses années, Je suis profondément troublé par les preuves croissantes des prélèvements d'organes forcés en Chine et ailleurs dans le monde.

le U.N. Commission des droits de l'homme a le devoir moral de tout faire en son pouvoir pour mettre un terme à ce fléau scandaleux, un affront à la civilisation et un affront à l'humanité elle-même « .

Membre du Congrès Michael G. Fitzpatrick, un républicain de Pennsylvanie, entré la commémoration dans le dossier Chambre des représentants d'un déclaration sur septembre. 30. « Cette pratique est une autre forme du mal dans notre temps et l'Organisation des Nations Unies sera encore alerté à ce crime contre l'humanité, tout comme nous," il a dit.

Incidemment, ou pas, la date de octobre. 1 contient une signification supplémentaire: Il est à cette date dans 1949 que Mao Zedong a proclamé République de Chine populaire.

Read the full article here

Huang Jiefu, le porte-parole sur les questions de transplantation chinois, esquives journalistes lors de la conférence biennale récente de la Société de transplantation à Hong Kong le août. 19. (Yu Kong / Epoch Times)Huang Jiefu, le porte-parole sur les questions de transplantation chinois, esquives journalistes lors de la conférence biennale récente de la Société de transplantation à Hong Kong le août. 19. (Yu Kong / Epoch Times)

Les autorités de transplantation d'organes de la Chine peuvent prendre une feuille du playbook des relations publiques du candidat présidentiel républicain Donald J. Atout: Si vous faites un faux pas, juste faire comme rien ne se passe.

Ce, au moins, serait une explication possible de la substitution silencieuse de la question dans le 491e 500 «Foire aux questions» sur le site de la Fondation de développement transplantation d'organes de la Chine de, une agence liée à l'état promotion du don volontaire.

Au début Août, la question posée était: "Prisonniers en prison peuvent-ils demander de faire don de leurs organes après la mort?"

La réponse: "Tant qu'ils répondent aux exigences de base du don d'organes, la fonction d'organe est normal, ils sont prêts, et il n'y a pas de compensation, prisonniers peuvent tous le même don d'organes. "

L'existence de la question et la réponse était, premièrement, une contradiction bizarre et publique de la politique officiellement déclaré des autorités chinoises sur la réforme de la transplantation d'organes.

Le porte-parole de la transplantation d'organes en Chine, Huang Jiefu, a depuis Décembre 2014 prometteurs qu'il n'y a plus d'organes seraient proviennent de prisonniers condamnés à mort.

On ne savait pas au juste pourquoi une question sur le propre site semi-officiel de la Chine, appartenant à la fondation dirigée par Huang, serait carrément contester ses propres promesses publiques.

Mais il semble que la réponse à cette question va maintenant rester un mystère. Quelque temps plus tard en Août, après Epoch Times a apporté le aberrante Q-and-A à l'attention de plusieurs médecins chinois et occidentaux, il a été remplacé.

"Est-ce que l'information sur les dons sera largement rapporté par les médias?"Le nouveau demandé. (Non, est la réponse.)

A screengrab à partir d'une version archivée du site web de la Fondation chinoise de transplantation d'organes de développement, la question remplacé - affirmant l'utilisation d'organes de prisonniers - mis en évidence. (Capture d'écran / Epoch Times)

Pourtant, la question de savoir si les condamnés à mort sont encore utilisés comme source d'organes reste sans réponse. China, après tout, a passé aucune nouvelle loi interdisant l'utilisation d'organes de prisonniers, et ni ont-ils annulé la 1984 règlements qui ont donné la première l'ouverture juridique pour leur utilisation.

Un e-mail à la fondation requérante commentaire n'a pas été immédiatement renvoyé.

Le défaut de ces changements promis a conduit la communauté internationale de transplantation à aigre sur approuvant le système chinois, et a conduit à réprimandes publiques de l'ex-chef de la Transplantation Society lors d'une importante conférence à Hong Kong le mois dernier.

pendant ce temps, attention continue de se concentrer sur de savoir si la principale source d'organes tout au long n'a pas été condamnés à mort, comme le prétend la Chine, mais plutôt prisonniers exécutés extrajudiciairement des praticiens de la conscience-principalement du Falun Gong, une discipline spirituelle qui a été ciblée pour l'élimination depuis 1999.

Les Etats Unis. Chambre des députés a adopté une résolution condamnant cette pratique en Juin, des documentaires sur le sujet sont gagnants prestigieux prix, et la question a été soulevée en évidence dans un certain nombre de rapports récents dans The New York Times.

À ce sujet, Les autorités chinoises ont fourni encore moins d'explications que la question supprimé. "Ridicule!"Était tous Huang Jiefu, un ancien ministre de la Santé de vice, pourrait rassembler à la récente conférence de Hong Kong, refusant d'examiner des centaines de pages des preuves détaillées que les chercheurs disent documente la pratique.

Read the full article here

Dr. Annika Tibell, médecin en chef au Hospital Project New Karolinska en Suède. (Karolinska Institutet)Dr. Annika Tibell, médecin en chef au Hospital Project New Karolinska en Suède. (Karolinska Institutet)

STOCKHOLM-Dr. Annika Tibell est l'une des voix les plus respectées au monde dans l'éthique de la transplantation d'organes. Médecin actuellement chef du projet Hôpital New Karolinska, commandé cet automne dans la capitale de la Suède, Dr. Tibell était l'auteur principal de la Société de transplantation de première déclaration de politique générale sur la Chine en 2006, et a été l'un des fondateurs de la Déclaration d'Istanbul Custodian Group, une importante organisation axée sur l'éthique de la transplantation.

Dans une récente interview, Tibell rejoint les appels pour une enquête internationale majeure sur les pratiques de transplantation d'organes de la Chine, où les chercheurs estiment que plus d'une décennie des prisonniers d'opinion ont été la principale source des organes utilisés pour approvisionner l'industrie massive et rentable.

Dr. Annika Tibell, un chiffre en éthique de la transplantation internationales, à Stockholm, le févr. 17, 2011. (Jan Aenali)

La question est entré en discussion renouvelée cet été, quand un rapport par les enquêteurs Ethan Gutmann, David Kilgour et David Matas données présentées indiquent que plus d'un million transplantations probablement lieu de regarder en Chine à compter de l'année 2000. Ils croient que la principale source de tous ces organes est pratiquants de Falun Gong, une pratique spirituelle qui a été ciblée pour l'élimination en Chine depuis 1999.

Elle dit que le nouveau rapport est complet et en profondeur, bien que la quantité d'informations a rendu difficile aux prises avec. Elle appelle l'estimation du rapport 60,000 à 100,000 transplantations annuelles en Chine "échelonnement" et demande une enquête approfondie par une «grande, établi, organisme public "comme l'ONU ou le Conseil de l'Europe.

"Je souhaite que les appels à l'action à diverses grandes organisations ont conduit à de meilleurs résultats que ce que nous avons vu jusqu'à présent. Il est dommage que cela n'a pas eu," dit-elle.

Lorsque la Transplantation Society examine sa politique en Chine 2017, cela devrait, au mieux de sa capacité, inclure dans ses considérations les conclusions du rapport Kilgour-Gutmann-Matas, ainsi que d'autres informations nouvelles à émerger depuis que la politique a été écrite, dans 2006, Saïd Tibell. Elle dit aussi les TTS devraient contribuer à l'évaluation du rapport, et de la situation générale de l'approvisionnement d'organes en Chine.

La Chine a catégoriquement nié ces allégations sans y répondre en détail, et a affirmé que la source d'organes dans le passé était principalement condamnés à mort, mais qu'il y a maintenant un système de don volontaire en place.

Cette affirmation a rencontré scepticisme par des spécialistes de la transplantation, y compris les dirigeants actuels du TTS.

"Il reste, dans de nombreux secteurs, un profond sentiment de méfiance de vos programmes de transplantation,», A déclaré Philip O'Connell, ancien président TTS, parlant à une conférence de presse à Hong Kong le août. 19. «Il est important que vous compreniez que la communauté mondiale est consternée par les pratiques, que vous avez adhéré dans le passé ".

Il a ajouté: "Beaucoup de gens dans la communauté mondiale ne sont pas convaincus que la Chine a changé."

Philip O'Connell, ancien président de la Société de Transplantation, lors d'une conférence de presse au cours de la conférence biennale de la Société, à Hong Kong le août. 19, 2016. (Sun Mingguo / Epoch Times)

La conférence de Hong Kong était la conférence biennale de la Transplantation Society, et à l'origine visait à coïncider avec les réformes promises en Chine pour mettre fin à la pratique de se procurer des organes de prisonniers exécutés.

Quand il est devenu clair que ces réformes ne vont pas se concrétiser, toutefois, cadres TTS se détériorèrent sur les promesses de la Chine.

Interagir avec la Chine sur les questions de transplantation est «extrêmement difficile», Saïd Tibell. D'une part, elle croit en un dialogue qui met la pression sur la Chine pour le changement, mais pense qu'il est un «équilibre».

"Mon opinion est que toutes les interactions avec la Chine devrait avoir pour objet de changement réalisation. Il n'y a aucune autre raison d'interagir avec la Chine ", elle dit.

Lorsque TTS a choisi Hong Kong comme lieu de la 2016 conférence - et inclus une session sur une «nouvelle ère» supposée pour le système de transplantation chinois - certains ont estimé que ce fut une victoire pour les tentatives de la Chine pour balayer un énorme crime sous le tapis et être acceptée dans la communauté mondiale de la transplantation.

Un enquête avant le congrès par Epoch Times trouvé au moins une douzaine profondément problématiques co-auteurs chinois, présentateurs et panélistes. Cela a été porté à l'attention de la TTS.

Un exemple est Shen Zhongyang, l'architecte derrière la centre de transplantation en plein essor au premier hôpital central de Tianjin, qui a été fortement critiquée par TTS pour ses périodes d'attente extrêmement courts pour les organes - périodes enquêteurs disent sont impossibles, sauf si vous avez un pool de «donateurs» vivants debout à récolter à la demande.

Tibell dit que d'après ce que Epoch Times a présenté, La présence de Shen en tant que co-auteur d'un article est «remarquable,»Et elle a exprimé la curiosité à la raison derrière elle.

Un autre cas est celui de l'éminent chirurgien du foie Zheng Shusen, qui préside une organisation du Parti voué à diffamer Falun Gong. Il a également publié un document montrant la capacité à la source dans les foies 24 heures, quelque chose disent les experts est pratiquement impossible sans un pool de donneurs vivants, en attente d'exécution. Zheng, contrairement Shen, était présent à la session, mais TTS semblaient avoir tenté de le remplacer en tant que conférencier et plus tard se sont éloignés de lui.

Tibell a déclaré que le cas de Zheng "semble très troublant."

"Il met en évidence le fait que les lignes directrices actuelles sur les interactions avec la Chine est complètement concentré sur le rôle professionnel dans la transplantation. Une révision des lignes directrices devrait discuter de la façon de faire face à une telle situation,"Saïd Tibell.

Elle se méfie de TTS reprenant les rôles non professionnels que les médecins et les participants à leurs conférences peuvent avoir et suggère qu'il ne serait approprié où il y a de graves aberrations de la norme, comme dans le cas de Zheng Shusen.

Bien que le comité de programme de la conférence a fait un examen détaillé des documents avant qu'ils ne soient présentés, Tibell reconnu: «Si les gens mentent à notre visage, il devient difficile. "

Elle ne voulait pas dire si elle pense un chirurgien chinois qui a fait partie d'un système secret que les enquêteurs appellent un crime contre l'humanité trouverait difficile de mentir à la TTS.

«Je ne veux pas spéculer sur ce qu'il est de vivre sous une dictature," dit-elle.

chirurgien de greffe israélienne et auparavant membre du Comité d'éthique de TTS Dr. mentionne Jacob a choisi de boycotter la conférence. Tibell dit-elle respecte son poste, mais TTS évidemment comme une organisation jugée autrement.

"Seulement après, peut-être dans plusieurs années le temps, saurons-nous si cela a contribué à une évolution positive, ou si elle a contribué à accroître l'acceptation [du système de transplantation chinois]," elle dit.

Tibell n'a pas pu se présenter à la conférence en raison de l'ouverture de l'hôpital New Karolinska elle est impliquée dans.

Lorsqu'on lui a demandé si elle aurait assisté si les circonstances avaient permis, Tibell resta silencieux pendant un long moment avant de répondre.

«Je l'aurais eu à examiner très attentivement, vient de donner le choix de l'emplacement. Vais-je avoir contribué à des changements positifs en assistant, ou vais-je avoir contribué à une meilleure acceptation des pratiques que je trouve inacceptable?"

Read the full article here

Une reconstitution montre la méthode de torture d'être enveloppé dans du ruban (Minghui.org)Une reconstitution montre la méthode de torture d'être enveloppé dans du ruban (Minghui.org)

A 65 ans, femme a dit qu'elle a été condamnée à cinq ans dans une prison chinoise, où elle a subi la «torture inhumaine,"Pour la suite d'un type de méditation pratiquée par des millions en Chine.

Sun Zhuoying a dit qu'elle a été condamnée à cinq ans pour accrocher une bannière qui a parlé au sujet de la persécution illégale du régime chinois des praticiens de Falun Gong, un type de pratique traditionnelle de méditation chinoise, en mai 2011, selon un rapport publié dimanche sur le Falun Gong site d'information Minghui.org.

Dans 1999, le Parti communiste chinois (CCP) a lancé sa répression du Falun Gong, traditionnellement connu sous le nom de Falun Dafa. Les pratiquants sont régulièrement soumis à des arrestations arbitraires, harcèlement, perte d'emploi, torture, et la mort aux mains des fonctionnaires du PCC. Il y a plusieurs mois, un rapport adhérents Saïd Falun Gong sont tués pour des parties du corps dans l'industrie de la transplantation d'organes populaires de la Chine. Autant que 1.5 million de transplantations d'organes peuvent avoir eu lieu en Chine depuis 2000, qui ont été la plupart du temps "récolté" des pratiquants de Falun Gong, mais inclure d'autres prisonniers d'opinion, la rapport dit.

Sun a décrit ses expériences dans un long compte, disant qu'elle a été forcée de se tenir 18 heures par jour, sa tête a été battu "avec des objets lourds" jusqu'à ce qu'elle perde, et elle a également été soumis à des méthodes de torture inhabituelles, y compris être complètement enveloppé avec du ruban d'étanchéité par d'autres prisonniers à la demande des gardiens de prison.

"Ils me forçaient à dormir sur une planche de bois et m'a enveloppé dans un ruban d'étanchéité. Ils liés mes mains, les pieds et le corps ensemble avant d'envelopper mes pieds et les jambes séparément. Je ne pouvais pas bouger même un peu," dit-elle.

Elle a également dit qu'elle a été forcée par les responsables de la prison pour écrire une fausse déclaration admettant son «crime». Après avoir écrit une déclaration d'annuler la déclaration, Sun a été placé à l'isolement.

"Ils me torturaient si sévèrement que je suis souvent dans un état critique. Ils m'a emmené à l'hôpital de Shanghai prison tous les deux mois. Une fois, je perdu conscience à l'hôpital de saignements abondants dans mon estomac,"Sun a ajouté, selon le rapport.

Elle a décrit d'autres formes de torture, qui était souvent de nature psychologique.

«On m'a aussi forcé à s'asseoir dans son lit jusqu'à minuit tous les jours avant d'être autorisés à dormir. Quand mes observateurs ont remarqué moi somnolent, ils me battaient violemment et versé de l'eau froide sur mon cou," elle a ajouté. "Au milieu d'un hiver froid ils ont enlevé ma couverture toutes les quinze minutes pendant la nuit."

Sun a dit elle rentra chez elle mai 2016.

Amnesty International et d'autres organisations des droits humains ont déclaré que le régime chinois a mené des détentions arbitraires massives, simulacres de procès, et d'autres violations des droits de l'homme résultant de la persécution.

Read the full article here