WeChat, the most popular messaging app in China, now warns users that it actively stores a whole range of private data and will readily share them with the Chinese authorities if needed. (Matthew Robertson/Epoch Times)WeChat, the most popular messaging app in China, now warns users that it actively stores a whole range of private data and will readily share them with the Chinese authorities if needed. (Matthew Robertson/Epoch Times)

China’s most popular messaging app WeChat now warns users in a privacy statement about how much of their private data the company shares with the Chinese regime. To no one’s surprise, it’s just about everything users type into the app.

Developed by the Chinese internet company Tencent, WeChat is China’s equivalent of WhatsApp and is used by 662 million mobile users, which makes it the dominant messaging app in China and one of the largest in the world.

WeChat users who updated to the latest patch are greeted with a new prompt that requires them to accept the privacy policy in order to continue using the app. Upon careful reading, the new privacy policy acknowledges that WeChat collects a whole range of data from its users, and to comply with “applicable laws or regulations” would readily share them with the Chinese regime.

Private log data from users such as “information about what you have searched for and looked at while using WeChat,” and “people you’ve communicated with and the time, data and duration of your communications” are among the things that WeChat freely stores and uses to customize advertisement and direct marketing.

WeChat users who updated to the latest patch are greeted with a new prompt that requires them to accept the privacy policy in order to continue using the app. (Screenshot captured by Twitter user @lotus_ruan)

WeChat users who updated to the latest patch are greeted with a new prompt that requires them to accept the privacy policy in order to continue using the app. (Screenshot captured by Twitter user @lotus_ruan)

WeChat also admits that it would “retain, preserve or disclose” users’ data to “comply with applicable laws or regulations.” Because China’s law enforcement agencies and security apparatus do not need a search warrant to seize a citizen’s property or private data, the Chinese regime would essentially have access to just about everything WeChat users send through the app.

Users who refuse to accept the latest privacy policy would be unable to access WeChat with their accounts, until they change their mind and click the “accept” button. However, because users can resume using the app anytime with their pre-existing data intact, WeChat likely plans to store all the data for a prolonged period, even when a user explicitly refuses to let WeChat manage his or her own data anymore.

The new privacy policy contains few surprises for those that have long been criticizing WeChat for lacking privacy and security protections for its users. Après tout, observers have attributed the dominance of WeChat in China to the company’s close collaboration with the Chinese regime in implementing self-censorship and surveillance mechanisms in the app.

WeChat certainly got an assist from the Chinse regime when it started a partial blocking of WhatsApp in July. The blocking of WhatsApp eliminated one of the few remaining messaging apps available for users in China that was not controlled by the authoritarian regime.

The Chinese regime also recently announced on Sept. 7 a new regulation mandating that the participants of WeChat message groups be responsible for managing the information posted in their respective groups. Essentially, this means that a user in a message group could be held liable and even persecuted for information that others post in the group.

It has long been noted that WeChat is among the most heavily censored messaging apps. UNE 2016 enquête done by Amnesty International that ranks the world’s most popular messaging apps in terms of privacy protection for users gave WeChat a score of 0 en dehors de 100, meaning that users of WeChat receive little or no encryption protection for their communications and the app is completely exposed to censorship and surveillance by the Chinese regime.

Read the full article here

Delivery workers sort parcels for their customers in Beijing, China on “Singles Day,” a holiday that has grown into the world’s busiest day for e-commerce, Nov. 11, 2016. (AP Photo / Andy Wong)Delivery workers sort parcels for their customers in Beijing, China on “Singles Day,” a holiday that has grown into the world’s busiest day for e-commerce, Nov. 11, 2016. (AP Photo / Andy Wong)

NEWS ANALYSIS

China, the world’s largest e-commerce market, counts more than 400 million online shoppers even as half the country remains offline, but eager Canadian businesses face significant hurdles to gain market share.

Chinese e-commerce giants Alibaba and JD.com are making a big push in Canada trying to get more Canadian businesses to join their platforms and sell to the Chinese.

Alibaba’s billionaire chairman Jack Ma will be making his pitch to Canadian business—alongside Canadian Prime Minister Justin Trudeau—at an event in Toronto called “Gateway 17” on Sept. 25.

The Toronto Region Board of Trade hosted JD.com in July for a business roundtable with more than 50 Canadian companies.

Canadian products have an excellent reputation in China. The growing Chinese middle class is leery of cheap Chinese goods and values the quality of Canada’s manufacturing and pristine environment for agro-food products.

More broadly, China is undergoing a lengthy transformation from an investment-oriented economy to a consumption-based one—away from heavy industry and toward the service sector. E-commerce has a vital role to play in the Chinese government’s strategy.

“E-commerce platforms are really helping to standardize market access in China to people of all income groups, which is an important priority in China,” said Jan De Silva, president and CEO of the Toronto Region Board of Trade, dans un entretien téléphonique.

Reasons for Concern

E-commerce might simplify certain aspects of doing business in China, but pervasive challenges like lack of rule of law and intellectual property (IP) violations are but a couple of the difficulties foreign businesses face.

NOUS. President Donald Trump initiated a probe into China’s IP theft, which is estimated to be responsible for between 50 et 80 percent of all IP violations that harm the U.S. économie, selon le IP Commission Report. Les Etats Unis. Chamber of Commerce estimates 86 percent of all counterfeit goods come from China and Hong Kong.

Bottles of wine from Clear Lake Wineries, an export operation of Ontario wines to China. (Courtesy Mary Whittle)

Bottles of wine from Clear Lake Wineries, an export operation of Ontario wines to China. (Courtesy Mary Whittle)

“A lot of product on Alibaba is counterfeit. Consumers know that too,” said Mary Whittle in a phone interview. She is the CEO of Clear Lake Wineries, a family-run business that exports Ontario wines to China.

However, China is cracking down on IP violations for good reason. It realizes that some of its companies can be global champions provided other companies don’t plunder their IP. So they must be protected. The number of settlements in the last few years is up roughly fourfold under the stronger judicial framework, says De Silva.

IP violations aren’t limited to fake goods. They can derail a business when an unscrupulous company learns of the legal name of a legitimate business and becomes the first to register or use that name in China. It then files a claim against the genuine business when it tries to register or use the name in China.

The Canadian Trade Commissioner Service (CTCS) warns that patents and trademarks registered in Canada or other countries are not usually protected in China and that regulatory enforcement can still be unsatisfactory. The CTCS website even has an extensive section on business risks related to corruption in China.

A lot of product on Alibaba is counterfeit. Consumers know that too.

— Mary Whittle, PDG, Clear Lake Wineries

Another warning from the CTCS, in a section titled “An Introduction to E-Commerce in China,” states: “Government policies regulating the marketplace are dense, complicated, and prone to changes without notice.”

An extreme example of China’s opaque regulatory enforcement is the case of John Chang and Allison Lu, owners of Lulu Island Winery based in B.C., who are facing a minimum of 10 years—and possibly life—in prison for alleged wine smuggling into China. The winery said it believed it had followed all the applicable laws, yet Chang has already been serving jail time.

“The arrest of Mr. Chang and Ms. Lu for a fabricated customs violation is an assault on their basic rights, a breach of China’s international trade obligations, and China’s own customs laws,” Conservative international trade critic Gerry Ritz said, as reported by the CBC en mai.

In an email to The Epoch Times, Brianne Maxwell, spokesperson for Global Affairs Canada said: "We are following the case of Mr. Chang and Ms. Lu closely. Canadian officials are in contact with the relevant Chinese authorities and are providing consular assistance to Mr. Chang, Mme. Lu and their family. Canadian representatives have raised the case with Chinese authorities at high levels. To protect the privacy of the individuals concerned, further details on this case cannot be released."

Rule of law is necessary for business to thrive in a legitimate manner. Clearly it still has a long way to go in China.

The Chinese e-commerce giants are basically facilitation and delivery mechanisms. But doing business in China is much more than filling an order. The Chinese consumer is bombarded with options and a variety of marketing schemes. The reality is that many countries are trying to sell to the Chinese, which makes marketing efforts to distinguish products costly. Competition is intense.

Whittle says she was told by JD.com that a business could spend $400,000 on a marketing campaign for a month and there’s no guarantee the message would register with consumers.

“It is a very difficult market to penetrate and you can do a lot of things right and it’s still hard, very difficult to break through the noise, competing against every other country and every other product,” Whittle said.

The e-commerce giants may be trying to put dollar signs in the heads of Canadian businesses, but there are many factors for success that are beyond their control.

Suivez Rahul sur Twitter @RV_ETBiz

Read the full article here

(Shutterstock)(Shutterstock)

Chinese investments in the United States reached a new record in 2016, more than tripling the previous year’s. However, the pace of investments has begun to cool in 2017, following a crackdown in China on capital outflows.

In reaction to massive capital outflows and the resulting downward pressure on the Chinese currency, Beijing tightened its controls on many outbound mergers and acquisitions (M&UNE) offres, writes research firm Rhodium Group in a recent report.

En particulier, outbound investments in real estate, divertissement, and deals outside investors’ core businesses are now under much more scrutiny, and Chinese investors, wary of having their deals struck down by Beijing, have been more reluctant to bid.

With these recent changes, the pace of newly announced investments in the United States has already begun to slow.

“In the first quarter of 2017, the volume of announced acquisitions fell by 20 percent compared to the fourth quarter of 2016. The combined value of announced deals decreased by about half,” stated the Rhodium report.

Chinese Buying Spree

The investment activity that peaked last year started in 2010, when China relaxed rules on outbound investment for institutional investors in order to expand its political and economic influence abroad.

Depuis 2010, Chinese companies have invested more than $100 milliard in the United States across a wide range of industries, with the real estate and hospitality industries attracting nearly 30 pour cent of the total.

Capital flight from China skyrocketed in 2016 en particulier, with mounting economic problems at home and a devaluation of the yuan.

Last year alone, Chinese firms invested a record $46 billion in the United States. The huge jump in investment was driven by a significant number of mega deals, including aviation and shipping giant HNA’s acquisition of U.S. technology and supply chain company Ingram Micro for $6 milliard.

The HNA logo is seen on a building in Beijing on Feb. 18, 2016. (GREG BAKER / AFP / Getty Images)

The HNA logo is seen on a building in Beijing on Feb. 18, 2016. (GREG BAKER / AFP / Getty Images)

And U.S. immobilier, which is considered a safe haven, was the biggest beneficiary of Chinese investments. The top deals included Anbang’s purchase of 15 properties from Strategic Hotels & Resorts for $5.5 billion and HNA’s $2 billion acquisition of Carlson hotels.

Foreign direct investment by U.S. firms in China, by contrast, stayed flat compared to previous years, à $13.8 milliard. Par conséquent, the gap between Chinese investment in the United States and U.S. investment in China widened dramatically last year, stated the Rhodium report.

NOUS. Real Estate as Safe Haven

The easing of restrictions over the past few years allowed insurance companies based in China to invest up to 15 percent of their total assets in offshore real estate.

Par conséquent, NOUS. immobilier, particularly hotels and office spaces, has become attractive for Chinese insurers seeking high returns and portfolio diversification.

Investment in the U.S. real estate market soared after the stock market crash in China in June 2015. The sharp decline in returns at home led investors like Anbang Insurance, China Life Insurance, and Fosun Group to look for safe havens.

However, since the tightening of capital controls in late 2016, “the pace of real estate investment has slowed markedly,” stated the Rhodium report, “but activity has not collapsed.”

There are few pending real estate deals, including HNA’s acquisition of a stake in Hilton for $6.5 milliard. HNA also bought 245 Park Ave. in New York for $2.2 milliard, one of the highest prices ever paid for a Manhattan office tower.

Uncertainties Ahead

While Chinese investment in the United States continues, it is unlikely to reach the levels seen in 2016, as Chinese investors are now more cautious, according to experts.

“Up until six months ago, corporate investors from China were aggressively outbidding their rivals in cross-border M&A deals,” said a senior executive at a U.S. private equity firm, who wished to remain anonymous.

But for the last six months, investors have been less active, il a dit. Transaction volume fell by 12 percent in the United States in the first quarter of 2017, according to the real estate firm Jones Lang LaSalle.

“For the first time in two years, New York has lost its spot as the world’s most traded city. Leading the pack is London, regaining the spot it lost in 2015,” said an Jones Lang LaSalle report released in April.

According to another report by real estate brokers Cushman & Wakefield, Beijing is blocking all deals involving investments of more than $10 billion until September 2017, in an effort to regulate international investments.

Dans 2016, 62 percent of the investments abroad were over $1 milliard. Maintenant, M&A transactions valued at more than $1 billion that are outside Chinese investors’ core businesses, and foreign real estate deals by state-owned companies, are being restricted, leading to the investment lag in recent months.

Read the full article here

Une photo de la Chine appartenant à l'Etat National Offshore Oil Corp. (CNOOC) plate-forme en dehors de son siège à Beijing, China. Après que le Canada a approuvé la prise de contrôle de CNOOC du producteur de pétrole et de gaz canadien Nexen, il a juré de rejeter toute future prises de contrôle étrangères dans le secteur des sables bitumineux par des entreprises appartenant à l'État. (AP Photo / Andy Wong)Une photo de la Chine appartenant à l'Etat National Offshore Oil Corp. (CNOOC) plate-forme en dehors de son siège à Beijing, China. Après que le Canada a approuvé la prise de contrôle de CNOOC du producteur de pétrole et de gaz canadien Nexen, il a juré de rejeter toute future prises de contrôle étrangères dans le secteur des sables bitumineux par des entreprises appartenant à l'État. (AP Photo / Andy Wong)

Le besoin du Canada pour attirer les capitaux étrangers et le désir de la Chine pour les investissements stratégiques à l'étranger jouent un jeu complexe de chat et de la souris.

liens d'affaires entre les deux approfondissent. Canada et la Chine sont actuellement engagés dans des négociations de libre-échange et le Canada propose d'investir $256 millions sur cinq ans pour se joindre à l'investissement dans l'infrastructure asiatique menée par la Banque chinoise (AIIB). Il y a deux ans, les deux pays ont ouvert le premier centre commercial renminbi nord-américain à Toronto.

le Globe and Mail a récemment rapporté que dans le cadre des pourparlers de libre-échange entre la Chine et le Canada, Pékin cherche « un accès sans entraves pour les entreprises appartenant à l'Etat chinois à tous les secteurs clés de l'économie canadienne. » Mais les experts disent que l'entreprise appartenant à l'État (SOE) défavorise l'investissement au Canada à la fois économique et en provenance de la Chine perspectives éthiques.

« En ce qui concerne les investissements chinois, le plus gros problème est des entreprises d'État,», A déclaré Jack Mintz, Membre de l'École de politique publique du président à l'Université de Calgary, dans un entretien téléphonique.

En mars 27, la Les libéraux renversées une 2015 décision du gouvernement Harper qui a empêché la prise de contrôle chinoise de Montréal entreprise de haute technologie Technologies ITF pour des raisons de sécurité nationale. L'achat récemment approuvé par O-Net Communications donne à la Chine un avantage dans la technologie des armes.

L'investissement étranger a toujours été un élément essentiel de la construction du Canada, a déclaré le gouverneur de la Banque du Canada Stephen Poloz dans un discours au Collège Durham à Oshawa en Mars 28. Son discours a fait pression pour des économies ouvertes et a noté que les investissements étrangers sont nécessaires pour financer l'infrastructure au Canada compte tenu de la base de l'épargne intérieure insuffisante et la population relativement faible avec sa vaste géographie.

L'automne dernier, le gouvernement libéral a créé un nouvel organisme fédéral, le « Investir dans Hub Canada,» Afin de mieux coordonner les efforts pour attirer les capitaux étrangers. Le gouvernement a également soulevé le seuil pour l'examen des achats étrangers d'entreprises canadiennes à $1 milliards en 2017-deux ans plus tôt que prévu initialement et publié de nouvelles règles concernant les prises de contrôle avec des problèmes de sécurité nationale.

En ce qui concerne les investissements chinois, le plus gros problème est des entreprises d'État.

- Jack Mintz, L'École de politiques publiques, Université de Calgary

Le ministre des Finances Bill Morneau bat le tambour, dire le Canada est un excellent endroit pour investir étant donné le système bancaire solide, très instruits et main-d'œuvre qualifiée, règle de loi, et de faibles coûts de la taxe professionnelle.

Les entreprises publiques

Les frontières ouvertes et la concurrence de l'augmentation de l'investissement étranger et de faire pression sur les entreprises canadiennes à mieux réussir. Avec des capitaux étrangers pourrait venir de nouvelles technologies et une meilleure gestion.

Mais quand il est en train de faire l'acquisition d'entreprises publiques, compte tenu de leurs allégements fiscaux et autres subventions, il crée un terrain de jeu inégal, Ledit Mintz.

« Il y a un argument économique que nous ne voulons pas avoir juste valorisations élevées pour les entreprises simplement parce que quelqu'un est prêt à les acheter en raison d'une incitation de l'État,» A déclaré Mintz.

Un débat considérable a entouré le Décembre 2012 l'approbation du gouvernement Harper de la prise de contrôle de Nexen par l'entreprise publique China National Offshore Oil Corporation (CNOOC).

Duanjie Chen, ancien économiste à l'École de politique publique à l'Université de Calgary, a écrit un rapport 2013 sur les entreprises publiques de la Chine indiquant que le gouvernement chinois avait conçu leur croissance phénoménale en leur accordant des intrants bon marché ou gratuits (capital, immobilier, etc.), « Afin de créer des entreprises à l'échelle mondiale des pouvoirs dominants. »

« Mise en place d'une priorité plus faible sur les droits de l'homme, l'environnement, justice sociale, et donner à la Chine des entreprises de droiture et de ses entreprises publiques un avantage qui les ont aidés dans leur objectif de leapfrogging puissances économiques mondiales concurrentes, y compris le Canada,» Chen a écrit.

Nous devons nous assurer des avantages clairs pour l'économie canadienne si nous entrons dans un accord.

- Jack Mintz, L'École de politiques publiques, Université de Calgary

« Sans ces subventions explicites et implicites, Les entreprises publiques chinoises ont en fait avéré être beaucoup moins économiquement compétitifs que leurs concurrents du secteur privé,» Chen a ajouté.

« Je n'ai pas de problème avec les entreprises privées qui arrivent au Canada et l'achat d'actifs,» A déclaré Mintz, mais a noté que les entreprises publiques avec, Le Canada ne reçoit pas les avantages de l'investissement étranger et obtient effectivement des avantages négatifs.

Cahots de la route

Selon un nouveau rapport de la firme de recherche Rhodium Group et cabinet d'avocats international Blanc & Cas, La Chine est devenue la deuxième source d'investissements étrangers dans 2016, avec 140 milliards $ US ou 14 pour cent du total mondial.

Le rapport souligne le fait que le capital chinois est encore largement sous-déployés dans le monde. Mais le déploiement de la capitale commence à rencontrer la résistance.

traite sortants de la Chine ont ralenti jusqu'à présent 2017. En Mars 20, à seulement 25 milliards $ US dans les transactions, lequel est 70 pour cent de moins que la même période de 2016, ont été annoncés, selon un rapport CNBC citant des données Dealogic.

contrôle des capitaux plus stricts en Chine pour endiguer la baisse du yuan semblent être rendre Pékin plus sélectif avec ses investissements étrangers sortants.

La Chine fait également face à une surveillance accrue de ses investissements à l'étranger, bien que le Canada a fait des progrès dans le sens opposé. Certains secteurs sont considérés comme plus stratégiques pour le déploiement des capitaux chinois, tels que les ressources naturelles et la technologie, deux domaines qui pointent le chemin du Canada.

Une installation de sables bitumineux près de Fort McMurray Nexen, Canada, on le voit sur cette photo aérienne en Juillet 10, 2012. Nexen a été vendue à CNOOC Ltd Chine. en décembre 2012. (La McIntosh Presse canadienne / Jeff)

Une installation de sables bitumineux près de Fort McMurray Nexen, Canada, on le voit sur cette photo aérienne en Juillet 10, 2012. Nexen a été vendue à CNOOC Ltd Chine. en décembre 2012. (La McIntosh Presse canadienne / Jeff)

Une plainte contre la Chine communément nivelée est un manque de réciprocité. « La Chine n'a fait des progrès limités dans plus uniformiser les règles du jeu pour les entreprises étrangères en Chine, qui encore face à de nombreuses restrictions d'investissement formel ainsi que la discrimination présumée informelle,», Selon le groupe Rhodium et blanc & Rapport de cas.

« Ce manque d'ouverture réciproque alimente la frustration particulière dans les économies avancées, qui suivent les principes d'ouverture et de non-discrimination pour les chinois et d'autres investisseurs étrangers « .

En particulier avec les secteurs de l'économie chinoise dominé par les entreprises publiques, Chen a déclaré, « Et contrairement au Canada, La Chine garde jalousement les secteurs dans lesquels ses entreprises publiques exercent un contrôle absolu ou forte, les concurrents-interdisant national du secteur privé ou l'entrée sans étranger « .

Attirer les investissements étrangers, Mintz conseille le Canada d'imposer des limites fortes sur les entreprises publiques. « Il est une question de principe," il a dit. « Les entreprises publiques sont compromis par la politique qu'ils doivent travailler avec. Et cela inclut les entreprises mixtes,» A déclaré Mintz.

entreprises mixtes sont partiellement étatisée. Le Groupe Rhodium, qui permet de suivre les investissements chinois aux Etats-Unis, décompose la propriété de l'investissement en propriété de l'État par rapport au moins 80 propriété privée pour cent. mais U.S. et les services de renseignement canadiens ont mis en garde dans le passé que même les entreprises non étatiques appartenant à agir dans l'intérêt du gouvernement chinois.

« Nous devons nous assurer des avantages clairs pour l'économie canadienne si nous entrons dans un accord,» A déclaré Mintz.

Le Canada est un pays exportateur et la Chine est la deuxième économie du monde. Il semble inévitable que plus de capitaux chinois trouver une maison au Canada.

« Nous voulons que tout cela soit juste et la Chine n'est pas toujours juste,» A déclaré Paul Frazer, président de PD Frazer Associates, un consultant en affaires gouvernementales basé à Washington, dans un entretien téléphonique.

Le gouvernement Harper a pris une position plus difficile sur les acquisitions étrangères de la Chine, mais les libéraux semblent se renverser cette position avec un oeil sur l'achèvement d'un accord de libre-échange avec la Chine.

Suivez Rahul sur Twitter @RV_ETBiz

Read the full article here

Cargo trucks drive through a container pool at a seaport in Qingdao in eastern China's Shandong province in this file photo. Canada aims to do more business with China amid a rising wave of protectionism. (Chinatopix via AP) Cargo trucks drive through a container pool at a seaport in Qingdao in eastern China's Shandong province in this file photo. Canada aims to do more business with China amid a rising wave of protectionism. (Chinatopix via AP)

While protectionist sentiment is on the rise, Canadian businesses are being encouraged to do more with China, which appears to be in stark contrast to the message U.S. businesses are getting from the incoming Trump administration.

The experience of U.S. businesses in China is worsening. The Canadian government and businesses have to be clear on their objectives in dealing with China in order to succeed, as well as be wary and able to recognize when Chinese actions are not necessarily of long-term Canadian benefit, selon Paul Frazer, president of PD Frazer Associates and a Washington-based government affairs consultant on Canada-U.S. rapports.

Prime Minister Justin Trudeau’s cabinet shuffle aims at strengthening Canada’s business relationship with China. pendant ce temps, president-elect Donald Trump’s tough talk on China has ranged from losses of American jobs to currency manipulation. He has appointed hardline trade representatives to continue to be tough on China.

“I don’t think that what Mr. Trump does with China will necessarily spill over negatively to what Canada would like to do with China,” Frazer said in a telephone interview. Frazer has previously served as minister of public affairs at the Canadian Embassy in Washington, as the consulate general in New York, and in Prague as ambassador to the Czech Republic and Slovakia.

Working with China is a much heavier lift.

— Paul Frazer, Président, PD Frazer Associates

But Frazer seems to hold some skepticism about what Canada is trying to accomplish with China. “I’m not sure we have a clear picture of what Canada wants to do with China yet either, or how it’s going to go about trying to achieve specific objectives.”

Frazer has advocated for the Canadian government to blaze its own trail and not simply ride the coattails of the United States in international relations.

Canadian businesses realize that its biggest growth opportunities lie in China; toutefois, the biggest challenge has been the ease with which it can do business in the United States, said Frazer. The United States has the infrastructure, règle de loi, and transparency that China doesn’t.

“Working with China is a much heavier lift, as you can imagine,” Frazer said.

‘Buy America’

The rise of the protectionist spectre is not new and “Buy America” isn’t something that has just emerged recently, Frazer said. “It goes back many years and every time it’s proved to be harmful.”

With supply chains deeply integrated across Canada, les États Unis, Mexique, and globally, the worry is the knee-jerk reaction to stronger calls to embed “Buy America” wherever it can be done. How that could trigger responses of a similar nature in other parts of the world, which can signal a downward spiral of increased protectionism, is something nobody wants to see, said Frazer. This would seriously threaten jobs in both Canada and the United States.

Canadian businesses have been saying that regulations and trade barriers are already hurting export growth, according to the Bank of Canada’s Business Outlook Survey released Jan. 9. “The perception of rising protectionism leads a number of businesses to maintain or build a foreign presence,” the BoC stated.

China won’t be accustomed to dealing with the likes of Trump and this could make it more eager to do business with Canada, albeit on a much smaller scale.

“Where the Canadians will have to be careful is to recognize where they may be taken advantage of, where they’re more a pawn in a bigger game,” said Frazer.

At next week’s World Economic Forum meeting in Davos, Switzerland, China will be front and centre with a “larger-than-ever” delegation headed by president Xi Jinping, “underscoring China’s determination to assume a global leadership role as other major powers are hobbled by domestic infighting,» Selon un Bloomberg report. Les Etats Unis. presence will be minimal by historical standards.

Canada is in a vulnerable position due to its dependence on exports. The economy has been in the doldrums since late 2014 due to weak commodity prices and flagging export growth.

With the rising cost of production in China, investors may start looking elsewhere the longer it takes to establish greater transparency in regulations and the rule of law.

Some German and U.S. companies believe protectionist sentiment is rising in China. The German automakers have to use local partners to manufacture cars in China.

The most recent American Chamber of Commerce survey, conducted earlier this year, showed that regulatory obstacles are forcing a small portion of U.S. companies to move activities away from China. Eighty-three percent of tech, industrial, and natural resource sector companies are the most downbeat on Beijing’s attitude toward foreign companies. NOUS. businesses in China were less profitable in China in 2015 as compared to 2014.

NOUS. Politics

A good deal of uncertainty faces Canadian businesses, which are in a wait-and-see mode, according to a Bloomberg interview with John Manley, president and CEO of the Business Council of Canada.

As Trump’s inauguration approaches, the focus is turning to how the administration will function.

Getting things done is not a slam dunk and the Republican Party is not really united, said Frazer. “It’s papered over at the moment because they have a president who brought them to the dance very successfully,” Frazer said.

He also said that due to the natural tension between the White House and Congress, there could be a rocky patch after Jan. 20 as a number of issues are broached—including health-care reform.

“It’s not a parliamentary system,” Frazer said. “It’s not a prime minister with a majority.

“It’s a president who has to rely on the cooperation, collaboration, and the ability to persuade the folks in Congress to do what he would like to see done.

“And they will push back.”

With additional reporting from Fan Yu

Suivez Rahul sur Twitter @RV_ETBiz

Read the full article here

The AMC Empire 25 in  New York, le août. 23, 2016. (Samira Bouaou / Epoch Times)The AMC Empire 25 in  New York, le août. 23, 2016. (Samira Bouaou / Epoch Times)

Chinese investments in the United States reached a new record of over $45 billion in 2016—three times the previous year’s total.

Planned M&UNE (mergers and acquisitions) activity and the U.S. economic outlook suggest that 2017 may be another boom year. But with the changing political climate, Chinese investment may not be all that welcome anymore.

“Chinese investors are receiving an outsized amount of scrutiny from government regulators. … There are numerous lawmakers in Congress who are pushing for greater scrutiny of Chinese deals, en particulier,” said Daniel Rosenthal, associate managing director at the consultancy Kroll. Rosenthal previously worked for the Obama administration, advising the president and national security advisers.

Rising Chinese investment in the United States over the last five years has increased the number of reviews by the Committee on Foreign Investment in the United States (CFIUS), a federal interagency body that reviews investments for their effects on national security.

Chinese Investments at All-Time High

The capital flow from China to the rest of the world soared in 2016 because of economic problems at home and a devaluation of the Chinese currency. The United States has become the largest beneficiary of Chinese capital flight, according to a report by the research firm Rhodium Group.

“Cumulative Chinese direct investment in the U.S. economy since 2000 now exceeds $100 milliard,"Indique le rapport.

The number of industries targeted by Chinese investors also increased in 2016. The real estate and hospitality industries accounted for 37 percent of total investment.

Chinese companies were responsible for most of the investment through mergers and acquisitions. Chinese companies also expanded through greenfield projects, where companies build their foreign operations from scratch. But the scale of such projects remained small compared to buying out already established companies.

Investments by Chinese state-owned companies accounted for 21 percent of the transactions, and strategic investments exceeded those with purely financial objectives.

If the economic circumstances don’t change, Chinese investment in U.S. assets will continue to grow this year.

“The U.S. growth outlook is brighter than in Europe and other advanced economies; and anticipation of further dollar appreciation against the Chinese yuan … increases the rationale for adding U.S. les atouts,” the Rhodium report states.

en outre, il y a $21 billion worth of M&A deals pending involving Chinese companies, and greenfield projects worth a combined $7 billion have been announced, selon le rapport.

However, political uncertainties in China and the United States may throttle the M&A boom. Beijing recently made it more difficult to get approval for overseas investments, presumably to curb capital outflows.

And in the United States, political and regulatory scrutiny expanded because Chinese investments may present a threat to national security.

CFIUS Under the Trump Administration

President-elect Donald Trump is widely expected to take a harder position on U.S. national security matters than the Obama administration.

However, openness to foreign direct investment has been a key policy for the U.S. government for at least half a century.

“Every president since Carter has issued a formal statement confirming the United States’ openness to foreign direct investment [FDI]. There are reasons to believe that the incoming administration will continue this policy,” the law firm Covington & Burling LLP stated in a post on its blog.

And it is too early to speculate whether a Trump administration will change the review process or expand the mandates of CFIUS, according to the law firm. CFIUS, chaired by the treasury secretary, is an inter-agency committee that reviews foreign acquisitions for national security threats.

However, there are a few areas that may require some immediate changes.

Par exemple, the Trump administration can expand the breadth of the transactions that CFIUS can review, said Rosenthal.

“CFIUS currently does not have an authority to review greenfield investments. … A company can start up a new business within the United States, and they could hire people from other companies, offer competitive compensation, and slowly build a U.S. company that does things that are sensitive to the U.S. gouvernement," il a dit.

en outre, CFIUS does not have jurisdiction over foreign investments in foreign companies that sell goods and services to the United States or own American subsidiaries. Under the CFIUS statute, only the president has the authority to block such transactions.

In December last year, President Barack Obama blocked a deal that involved a Chinese company buying Germany’s Aixtron, a leading supplier of semiconductor equipment. Aixtron has a U.S. subsidiary and the merger of these two companies would be a risk to national security, according to CFIUS.

However, it is highly unlikely that the new administration will reopen prior CFIUS reviews unless there is a material misrepresentation, according to Rosenthal.

CFIUS includes representatives from 16 NOUS. departments and agencies, including the departments of Justice, Commerce, Defense, Énergie, and Homeland Security. And there is a balance of power between economic and security agencies within the committee.

However, the new president’s appointments in these agencies may give more voice to the national security arguments and dampen the voices of economic investment and open FDI, Rosenthal said.

“If Trump appoints assistant secretaries at the various agencies who are inherently more skeptical of foreign transactions, then that could shift the balance toward the national security side.”

Read the full article here

Un travailleur passe devant un panneau annonçant un nouveau projet immobilier à Shanghai. La Chine est susceptible d'introduire un impôt foncier sur les logements résidentiels dans la première moitié de l'année dans le cadre de ses tentatives visant à freiner la flambée des prix de l'immobilier, les médias d'Etat ont rapporté Avril 26, 2010. (Philippe Lopez / AFP / Getty Images)Un travailleur passe devant un panneau annonçant un nouveau projet immobilier à Shanghai. La Chine est susceptible d'introduire un impôt foncier sur les logements résidentiels dans la première moitié de l'année dans le cadre de ses tentatives visant à freiner la flambée des prix de l'immobilier, les médias d'Etat ont rapporté Avril 26, 2010. (Philippe Lopez / AFP / Getty Images)

Chinois emprunté presque $100 milliards seulement en Août pour acheter des maisons. Grossièrement 70 pour cent des nouveaux prêts sont prêts hypothécaires. Les prix à Shenzhen et Shanghai sont en hausse de plus de 30 pour cent au cours de l'année, et la plupart des analystes appellent à l'éclatement de la bulle deuxième Chine immobilier depuis 2014.

cnhouseprice

However, entre les verticales des hausses de prix, la mise à profit du consommateur chinois, l'accumulation des villes fantômes, et les responsables chinois de brouillage pour étancher le désir de leurs citoyens pour les biens immobiliers de premier, il y a une livraison positif.

«La propriété est à l'intersection de certaines réformes critiques, y compris la libéralisation du compte de capital, accorder plus de droits aux migrants urbains et la promotion de la finance hypothécaire comme un nouveau moteur de croissance. Comment ces réformes complexes jouent sur, surtout du côté de la demande du marché du logement, aidera à déterminer le rythme et l'ampleur du ralentissement économique de la Chine,», Écrit Diana Choyleva, économiste en chef à ENODO Economics dans un récent rapport.

ENODO hypothécaires-buys

Elle dit qu'il est parfaitement rationnel pour le chinois à utiliser leur $9 billion de dollars en économies pour acheter des maisons, même si certains d'entre eux sont vides. Même si chinoise de leur mieux pour canaliser une partie de l'argent du pays pour acheter des biens à Londres, Sydney, et New York, les contrôles de capitaux strictes empêchent encore les citoyens les plus ordinaires de le faire.

À la mi-2015, le marché boursier est pas une alternative pour les investissements plus longtemps, et l'épargne bancaire ont un taux notoirement faible taux d'intérêt, souvent négatifs en termes réels. Aussi Chinois aiment juste pour acheter tout ce qui se passe en place, que ce soit des actions ou Bitcoin.

Alors, le marché du logement chinois une bulle? En dépit des prêts hypothécaires qui composent 35 pour cent de tous les nouveaux prêts dans la première moitié de l'année, la majorité des acheteurs de maison chinois paie toujours comptant pour leurs biens, très différente de la 100 pour cent la dette financée excès de la bulle des subprimes aux Etats-Unis. Si les acheteurs décident d'emprunter, le prêt souvent ne représente que 60 pour cent de la valeur de la maison.

hypothèques

L'Institute of International Finance

"L'endettement des ménages reste très faible par rapport aux normes mondiales et des exigences strictes de paiement ... Nous devrions voir une baisse significative des prix avant les propriétaires se sont retrouvés sous l'eau,«Cabinet de recherche Capital Economics écrit dans une note aux clients.

Bien sûr, il ne serait pas la Chine s'il n'y avait pas des gens qui empruntent de l'argent à des amis ou banques clandestines pour financer leur acompte pour obtenir un prêt de la banque ou de trouver d'autres façons de contourner l'acompte. Al Jazeera a montré dans un récent documentaire qu'un développeur offert à surévaluer la maison pour obtenir un prêt plus élevé, de sorte que le soi-disant acheteurs ne doivent pas payer beaucoup d'un acompte.

"Si un appartement est une valeur $300,000, et j'apprécie au moment de $400,000, puis avec un 70 pour cent prêt, Tu peux recevoir $280,000 de la Banque,»Dit-il dans une vidéo enregistrée avec une caméra cachée. En raison de l'illégalité de ces pratiques-différente de U.S. données subprime durs sur ces prêts ombragés est difficile à trouver. Selon une version antérieure d' rapport du Wall Street Journal, prêteurs louches financés $143 millions en acomptes en Janvier, une somme insignifiante par rapport aux milliards de prêts contractés.

hypothèques

différent Boom

Ce boom de l'immobilier, toutefois, est différente de la chinoise bulle immobilière précédente qui a éclaté en 2014, où il était aux développeurs et aux entreprises soutenues par le gouvernement locaux qui investissent dans l'immobilier et de prendre des quantités massives de la dette. Par conséquent, un des plus grands développeurs Evergrande Real Estate Group ont dû être renflouées par grandes banques chinoises dans 2015. Les ménages chinois ont été largement épargnées. Au lieu, ils ont perdu beaucoup de marge de négociation de l'argent sur le marché boursier chinois en 2015, une véritable bulle de consommation.

Choyleva fait valoir que la directive du régime de laisser les travailleurs migrants de la campagne se déposent dans les villes fait partie de la relaxation du système d'enregistrement des ménages rigide appelé "hukou".

cnhousingsc

"Autrefois, migrants n'ont pas été prêts à installer, car ils ont été empêchés de bon nombre des avantages de la vie urbaine, y compris les régimes de protection sociale et l'accès aux écoles. Mais comme les restrictions du système d'enregistrement des ménages hukou sont détendus, les attitudes changent, et la demande refoulée pour le logement abordable est libéré ".

Avec un prix-revenu ratios pour les unités moyennes dans des endroits comme Shenzhen approche 70 selon une étude de l'économie Longview (il est 16 à Londres), le logement abordable est essentielle pour travailler l'excédent des stocks. Ceci est la raison pour laquelle le Conseil d'Etat a soutenu la construction de 7.72 million de logements abordables dans les zones urbaines et des prêts à des projets abordables constitués 30 pour cent des prêts de la propriété totale au cours du deuxième trimestre de 2016, selon une étude de l'Institute of International Finance (IIF).

However, il y a encore un énorme décalage entre l'offre et la demande, avec environ 29 pour cent des logements urbains vides, comparativement à seulement 13 pour cent aux Etats-Unis, selon une estimation de RBC Marchés des Capitaux. Il y a aussi une inadéquation de l'offre et de la demande à différents endroits, conduisant à enregistrer des ratios prix-revenu à Shenzhen, Shanghai, et Pékin.

chinapricetoincome

"Les prix augmentent dans les grandes villes où il y a beaucoup moins surproduction, si seulement, dans certains des grands. La majorité de l'offre excédentaire se trouve dans le 2 et les villes 3-tiers et les migrants, et les résidents ruraux sont encouragés à se déplacer là pour acheter les propriétaires-occupants. La demande d'investissement est dans les grandes villes,"Diana Choyleva écrit dans un e-mail.

En ce qui concerne la façon de résoudre ces déséquilibres, malgré son point de vue moins pessimiste sur la bulle immobilière, Choyleva dit une solution sera similaire à rééquilibrer l'ensemble de l'économie chinoise. «Il n'y a pas de moyen facile; il n'y a aucun moyen que ça va être sans douleur. "

Read the full article here

Baidu's booth is seen at the International Technology Fair in Shanghai on April 21.
(STR / AFP / Getty Images)Baidu's booth is seen at the International Technology Fair in Shanghai on April 21.
(STR / AFP / Getty Images)

Baidu Inc.’s standing amongst China’s elite internet triumvirate is on shaky ground as the company battles slowing sales growth, regulatory uncertainty, and an ongoing cash burn from diversification.

The company has a near monopoly on China’s internet search business after Google exited in 2010. But the business environment is deteriorating and its efforts to diversify away from search—which generates over 90 percent of Baidu’s revenues—have not yielded returns. While second-quarter sales increased 10 pour cent, profits dropped 36 percent year over year, the biggest quarterly decline in the company’s 11 year history as a publicly traded entity.

Baidu’s U.S.-listed ADR shares are down around 6 percent year-to-date. Its market capitalization is now dwarfed by other members of the “BAT”—China’s big three internet giants of Baidu, Alibaba Group, and Tencent Holdings.

Baidu_Alibaba

Baidu (BIDU)’s market cap compared to Alibaba Group (BABA) and Tencent Holdings (TCTZF) during the last five years. (YCHARTS)

Regulatory Headwinds

Baidu derives an overwhelming majority of its sales from search advertising, putting the company at the whim and mercy of the Chinese Communist Party, which maintains tight control over the country’s Internet search framework.

Once a darling of the Party, Baidu has found itself increasingly marginalized by its regulatory changes. Beijing recently announced guidance requiring online advertising companies to restrict the number of advertising to less than 30 percent of each page. An additional wrinkle mandates that all online ads also must be clearly designated as such to help consumers differentiate between sponsored and true search results.

Once a darling of the Party, Baidu has found itself increasingly marginalized by its regulatory changes.

Regulatory restrictions were enacted following an investigation of Baidu earlier this year after a college student died from a cancer treatment advertised online that the student found via Baidu’s search engine. Additional limitations were placed over online advertising of healthcare services.

These constraints have put a damper on Baidu’s advertising revenue growth by “reducing the number of online clients” available to the company, CEO Robin Li said last quarter regarding the change while lowering organic growth guidance from 9 pour cent à 5 pour cent pour 2016.

The unfavorable regulatory environment has dampened some analysts’ expectations of its stock. JP Morgan’s Alex Yao holds an “underweight” rating on Baidu shares—a minority as most analysts polled last week by S&P Market Intelligence had “outperform” ratings—with a lowered price target of $164, or around 8 percent below Sept. 2 close. Néanmoins, several analysts, including those from Oppenheimer and Piper Jaffray, lowered their price targets over the last month, reflecting a downward shift in sentiment.

Advertising Shift

A big part of JP Morgan’s downbeat assessment of Baidu is due to the industry shift of advertising dollars away from search engine into social media channels.

Look no further than Tencent, which is eating Baidu’s lunch in online advertising. Tencent is China’s social media and mobile gaming king, and its surging advertising revenue growth has reflected the paradigm change in online advertising. Second quarter data showed a 60 percent increase in online advertising revenues to a record 6.5 milliards de yuans (sur $1 milliard).

Part of that is due to consumers’ shift from computers to mobile, benefiting Tencent’s mobile platform Weixin/WeChat, which counts 800 million users. Tencent has leveraged the platform to distribute mobile games, video content such as Hollywood movies, and NBA basketball games.

The company has historically generated most of its mobile revenues from in-game purchases. But taking a page from Facebook’s recent success, Tencent has worked to monetize its user base by aggressively pushing mobile advertising within its WeChat app, whose functionality includes mobile chat, news, social updates, and mobile wallet.

Diversification

With its bread and butter online advertising facing headwinds, Baidu is actively searching for an alternative future profit center by deploying billions into potential new technologies, with a focus on artificial intelligence (AI).

La semaine dernière, Baidu and American computer graphics media company Nvidia Corp. announced they were collaborating on a platform for semi-autonomous cars. Details were vague during the unveil at Baidu World conference on Sept. 1, but Nvidia CEO Jen-Hsun Huang said the partnership will allow “Baidu to get a self-driving taxi fleet on the road, and the same platform is also designed for use in OEM cars, tied into the same network.”

While Nvidia has dabbled in self-driving cars for years, a host of deep-pocketed companies from several sectors are all vying for a breakthrough in this platform. Technology giants such as Alphabet and Apple, car companies such as Tesla and Volvo, and taxi companies such as Uber are all aiming to bring autonomous driving technologies to market.

To help drive artificial intelligence innovation, Baidu open sourced one of its key machine learning platforms called PaddlePaddle by freely offering the software to AI experts.

Following the footsteps of Microsoft and Amazon, Baidu is releasing its toolkit to attract AI talent and in turn help shape the development of a nascent field that could underpin future consumer-based technology.

Baidu hopes its tools will catch on. Xu Wei, head of PaddlePaddle development at Baidu, told technology focused website The Verge that its AI platform needs only a quarter of the code necessary compared to rival platforms for the same machine translation software.

And some of the company’s existing efforts haven’t panned out. An example is recent cancellation of Baidu’s food delivery drone program called Baidu Takeaway, créé en 2015 to provide drone-based food deliveries. But Baidu decided that the food-delivery market isn’t scalable enough to profit, given that Baidu doesn’t have manufacturing facilities for drones.

With none of the above technologies ready to bear fruit in the near future, it begs the question—can Baidu’s long view ease short and medium-term pressures on its shares?

Read the full article here

Les travailleurs distribuent des packs à S.F. Exprimez à Shenzhen, China, le nov. 11, 2013. Les entreprises privées en Chine ont cessé d'investir dans une nouvelle expansion en 2016. (ChinaFotoPress / ChinaFotoPress via Getty Images)Les travailleurs distribuent des packs à S.F. Exprimez à Shenzhen, China, le nov. 11, 2013. Les entreprises privées en Chine ont cessé d'investir dans une nouvelle expansion en 2016. (ChinaFotoPress / ChinaFotoPress via Getty Images)

Auparavant, le moteur de la croissance relativement efficace, il semble que le secteur privé a abandonné en Chine. Investissement par des entreprises privées a négative en Juin et a diminué une autre 0.6 pour cent en Juillet. C'est vrai, mois de croissance négatif par rapport au mois, quelque chose de complètement insondable pendant les années de boom de ci-dessus 20 il y a croissance pour cent seulement quelques années.

"Nous croyons privé [investissement] ralentissement est plus structurel cette fois, traîné par plus faible rendement de l'investissement et la baisse de confiance des entreprises au milieu des réformes et la déréglementation limitées. Entreprise d'État fort (SOE) l'investissement est peu probable pour compenser totalement la faiblesse, au lieu, il pourrait créer plus de capacité excédentaire et détériorer le rendement du capital,"La banque d'investissement Morgan Stanley écrit dans une note.

Pour la première moitié de 2016, l'investissement privé est seulement jusqu'à 2.4 pour cent au cours de l'année. Cette situation est préoccupante parce que le secteur privé est responsable de la plupart des biens de développement économique de la Chine et relativement efficace l'allocation du capital.

Le gouvernement va essayer de coopter le secteur privé dans les dépenses grâce à des politiques monétaires et budgétaires.

- Viktor Shvets, stratège mondial, Macquarie Securities

Pour équilibrer la baisse de l'investissement privé, les entreprises publiques de l'État utilisé comme instruments de politique budgétaire countercylical. La part de SOE d'investissement en immobilisations a augmenté 23.5 pour cent par rapport à la première moitié de 2015. En raison des investissements inefficaces des années antérieures, overcapacity, et par défaut de montage, Morgan Stanley pense que c'est mal avisé.

(Morgan Stanley)

(Morgan Stanley)

Morgan Stanley note que les entreprises privées évitent des secteurs tels que l'exploitation minière et de l'acier, qui sont en proie à la surcapacité. Mais ils peuvent aussi ne pas investir dans le secteur des services à leur guise à cause des barrières à l'entrée élevées et trop de réglementation.

Extérieur privé d'investissement de fabrication lire services a diminué 1.1 pour cent dans la première moitié de 2016 pendant l'année, par rapport à 15 pour cent de croissance 2015. Les entreprises publiques, d'autre part, investissement accru dans les services 39.6 pour cent.

Voilà pour un rééquilibrage réussie aux services, qui a été considérée comme une pierre angulaire de l'effort de réforme de l'économie chinoise. Ça se passe, mais à la demande de l'État.

(Morgan Stanley)

(Morgan Stanley)

Global, il n'y a tout simplement pas assez de bonnes opportunités d'investissement autour et les coûts d'emprunt pour les entreprises privées sont aussi élevés que 15 pour cent, beaucoup plus élevé que le rendement des actifs. Contrairement à leurs homologues appartenant à l'Etat, entreprises privées essaient effectivement d'être rentable et ils ne voient pas les bénéfices en Le ralentissement de l'économie de la Chine.

en outre, l'absence de progrès dans le programme de réforme tant vantée mal la confiance des entreprises et de la visibilité financière. Zhang Qiurong, qui possède une entreprise de papier de spécialité dit le Wall Street Journal: "Les perspectives économiques est vraiment sombre. Vous devez survivre, qui vient en premier. "

M. Les sentiments de Zhang se reflètent dans l'indice de l'incertitude de la politique économique de la Chine, qui a été en augmentation constante 2016, atteignant presque les niveaux record d'incertitude vu lors de la dernière remise des dirigeants du Parti communiste 2012.

Les perspectives économiques est vraiment sombre. Vous devez survivre, qui vient en premier.

- Zhang Qiurong

Le résultat de l'incertitude? Les entreprises sont stashing argent à la banque et tout simplement pas dépenser et investir.

"En dépit des charges de liquidités injectées dans le marché, les entreprises préfèrent miser l'argent dans les comptes courants en l'absence de bonnes options de placement, qui est en ligne avec les données niveau record d'investissement privé,"Sheng Songcheng, tête des statistiques et de l'analyse à la Banque populaire de Chine a déclaré plus tôt cette année. La trésorerie et les dépôts à court terme auprès des banques ont augmenté 25.4 pour cent en Juillet.

Pour contrer les préoccupations de briser l'investissement privé en Chine, le régime a annoncé sans délai public-privé partenariat (PPP) programmes d'investissement d'une valeur $1.6 milliards de dollars et couvrant 9,285 des projets, premier rapporté par Xinhua le août. 15.

"Le gouvernement va essayer de coopter le secteur privé dans les dépenses grâce à des politiques monétaires et budgétaires,»Dit Viktor Shvets, stratège mondial à des valeurs mobilières Macquarie.

Le problème est que cette stratégie est peu probable de travailler.

"L'impact des PPP sur la croissance de l'investissement de la Chine est susceptible d'être limité, compte tenu de la faible part des projets de PPP dans l'exécution (moins que 0.5% du total [investissement]), le reste faible taux de participation des investisseurs privés ... L'expérience internationale montre que le financement privé de l'investissement public implique de grands risques budgétaires en l'absence d'une bonne configuration juridique et institutionnel,», Écrit Morgan Stanley. Et un bon set-up juridique et institutionnel est pas ce que la Chine est connue pour.

Si le stimulus PPP et monétaire à court terme et l'exercice ne fonctionnera pas, La Chine a fait de livrer sur les réformes pour obtenir le secteur privé à dépenser à nouveau.

Read the full article here

Smartphones montrent le tour-héler apps Uber Technology Ltd., à gauche, et Didi Chuxing à un complexe résidentiel à Pékin, le août. 1, 2016. (AP Photo / Andy Wong)Smartphones montrent le tour-héler apps Uber Technology Ltd., à gauche, et Didi Chuxing à un complexe résidentiel à Pékin, le août. 1, 2016. (AP Photo / Andy Wong)

basée à San Francisco ride-héler géant Uber Technologies Inc. a renoncé à la compétition en Chine après avoir subi de lourdes pertes pour acquérir des parts de marché dans le pays.

La société a annoncé le août. 1 il vend son bras chinois le plus grand rival locale Didi Chuxing ("Beep Beep Voyage" en anglais) dans une affaire qui aurait la valeur de l'entreprise combinée à $35 milliard.

La plupart des gens, nous avons demandé des conseils pensaient que nous étions naïfs, fou, ou les deux.

- Travis Kalanick, PDG, Uber

"Il y a trois ans je me suis rendu en Chine avec un petit groupe de personnes pour voir si nous pourrions être en mesure de lancer Uber il,», A déclaré Travis Kalanick, PDG et co-fondateur de Uber dans une lettre ouverte affichée sur le site Web de l'entreprise.

"La plupart des gens, nous avons demandé des conseils pensaient que nous étions naïfs, fou, ou les deux," il a dit.

Avance rapide jusqu'à aujourd'hui et Uber Chine-en seulement deux ans, a dépassé les rêves les plus fous de Kalanick.

En échange de l'actif de la Chine Uber, Uber recevra 5.89 pour cent de la société combinée avec intérêt d'actions privilégiées, ce qui équivaut à une 17.7 part pour cent dans Didi, selon un communiqué de presse par Didi. en outre, Société chinoise du moteur de recherche Baidu et d'autres actionnaires chinois en Uber Chine recevra une 2.3 part pour cent dans Didi.

(La source: CB Insights)

Ride-héler les entreprises en Chine ont connu une croissance très rapide, mais a subi de lourdes pertes dues à la concurrence féroce. Selon les rapports des médias, Uber a perdu à peu près $2 milliard en Chine en deux ans. Et maintenant, il est effectivement la vente de ses activités en Chine en échange d'une $7 milliards part Didi, qui est pas une mauvaise affaire pour les actionnaires Uber.

Dans son dernier tour de collecte de fonds, Uber Technologies Inc. atteint une valorisation de $62.5 milliard, qui a fait la société plus démarrage précieux dans le monde. Et Uber La Chine a augmenté le financement en Janvier valorisant l'entreprise à la Chine $7 milliard.

Dans le cadre de l'accord, Didi Chuxing investira également $1 milliards dans la société mondiale de Uber.

En comparaison Didi Chuxing a levé des fonds auprès d'investisseurs, y compris Apple, Alibaba, et SoftBank en Juin et a atteint une valorisation de $28 milliard. Donc, avec l'acquisition de Uber Chine $7 milliard, L'évaluation de Didi est passé à $35 milliard.

Dans le cadre de l'accord, Didi Chuxing investira également $1 milliards dans la société mondiale de Uber. Cheng Wei, fondateur et président de Didi, se joindra au conseil d'Uber. Travis Kalanick, se joindra au conseil d'administration de Didi, conformément à l'accord. Et Uber Chine restera comme une opération de la marque et l'entreprise indépendante.

Travis Kalanick, PDG de la Uber service de covoiturage mondiale à Beijing Jan. 11, 2016.   (WANG ZHAO / AFP / Getty Images)

Travis Kalanick, PDG de la Uber service de covoiturage mondiale à Beijing Jan. 11, 2016. Uber a annoncé qu'il va vendre son activité chinoise au rival locale Didi Chuxing le août. 1. (WANG ZHAO / AFP / Getty Images)

Pourquoi les États-Unis Tech Entreprises quitter la Chine?

L'annonce a marqué la dernière cession par une société de technologie américaine face à la concurrence intense dans le plus grand marché du monde. Au cours des dernières décennies, géants américains de la technologie alléchés par la population énorme de la Chine ont essayé de prendre pied dans le pays.

Ils investissent en Chine avec de grands espoirs et des milliards de risque de dollars comme Kalanick. "Si vous avez la possibilité de construire à la fois Amazon et Alibaba en même temps, vous seriez fou de ne pas essayer,"At-il expliqué dans la lettre.

géants américains de la technologie alléchés par la population énorme de la Chine ont essayé de prendre pied dans le pays.

However, entreprises de haute technologie géants face à des moments difficiles, une fois qu'ils entrent en Chine. Certaines licences d'expérience gouvernementale stricte et la censure comme Google Inc., par exemple.

Google est entré en Chine en 2000 mais a dû fermer ses opérations en raison de la censure imposée par le Parti communiste chinois et un cyber-attaque à l'intérieur du pays. Google décrit dans 2010 que les pirates chinois avaient pénétré les comptes Gmail de chinois défenseurs des droits de l'homme aux États-Unis, Europe, et la Chine et a menacé la société. Par conséquent, Google a dû retirer ses opérations dans le pays.

La Chine a interdit l'accès à Facebook, Youtube, et Twitter depuis 2008-2009.

en outre, NOUS. plates-formes e-commerce comme eBay et Amazon ont perdu la bataille en Chine à des rivaux locaux comme Alibaba et Tencent. Les entreprises locales sont soutenues par une forte financement et les politiques gouvernementales qui favorisent souvent les acteurs nationaux.

Avec l'espoir de devenir un marché dominant en Chine, eBay, par exemple, entrée sur le marché en 2002. However, après avoir investi $250 million, il a dû se retirer en 2006 parce qu'il ne pouvait pas rivaliser avec Alibaba.

Capture d'écran 2016-08-01 à 9.58.59 PM

(La source: CB Insights)

Le bon moment pour quitter?

«Nous avons connu une croissance très rapide et faisons maintenant plus de 150 million de voyages par mois. Ceci est un exploit étant donné que la plupart des entreprises de technologie U.S peinent à déchiffrer le code, il,"Kalanick a déclaré.

Uber et Didi Chuxing investissent des milliards de dollars en Chine et les deux sociétés doivent encore faire un profit, il.

- Travis Kalanick, PDG, Uber

Exiting Chine semble être la meilleure décision stratégique pour Uber, selon Kalanick compte tenu des défis et une énorme consommation de trésorerie.

"Uber et Didi Chuxing investissent des milliards de dollars en Chine et les deux sociétés doivent encore faire un profit, il. Comment arriver à la rentabilité est la seule façon de bâtir une entreprise durable qui peut le mieux servir les coureurs chinois, les conducteurs et les villes sur le long terme," il a déclaré.

La décision de vendre Uber Chine est venu après le ministère de la Chine de transport émis règles préliminaires pour légaliser Voyages en Juillet 28. Les règles étaient plus avantageux pour l'État que les entreprises de l'industrie héler voiture.

D'un seul coup, le Parti communiste chinois à la fois légitimé l'industrie et a sous son contrôle serré.

Par exemple, article 5 des nouvelles règles exige que les sociétés de covoiturage pour établir des serveurs physiques en Chine et les informations utilisateur du magasin et les données de voiture liés à l'intérieur de ces serveurs pour deux ans. Alors que le ministère des Transports n'a pas nommé une société spécifique, cette disposition semblait viser directement à Uber Chine.

D'un seul coup, le Parti communiste chinois à la fois légitimé l'industrie et a sous son contrôle serré.

Sans fournir de détails, Pékin a également annoncé que le prix serait examiné. Ceci a été interprété comme une menace pour über la stratégie de la Chine pour attirer de nouveaux clients en utilisant agressif et prix "inférieurs aux coûts".

«Cet accord avec Uber établira l'industrie du transport mobile sur une meilleure santé, chemin de croissance plus durable à un niveau supérieur. Didi Chuxing engage toute notre énergie à travailler avec les organismes de réglementation, utilisateurs, et les partenaires pour répondre au transport, défis environnementaux et de l'emploi de nos villes,"Didi a déclaré dans le communiqué de presse.

Didi Chuxing a été formé en Février 2015 par deux services ride-appel radio lancé par les géants de l'Internet Alibaba Group Tencent Holdings et la compétition.

Didi est actuellement 300 millions d'utilisateurs à travers plus 400 villes chinoises, selon le communiqué de presse. Le cabinet d'études Analysys estimé Didi avait 42.1 million utilisateurs actifs en mai, tandis que UberChina avait 10.1 million.

Read the full article here

Hulk du Brésil contrôle le ballon pendant la 2014 Coupe du Monde de la FIFA, Brésil match du groupe A entre le Cameroun et le Brésil à l'Estadio Nacional sur Juin 23, 2014 à Brasilia, Brésil. (Photo par Stu Forster / Getty Images)Hulk du Brésil contrôle le ballon pendant la 2014 Coupe du Monde de la FIFA, Brésil match du groupe A entre le Cameroun et le Brésil à l'Estadio Nacional sur Juin 23, 2014 à Brasilia, Brésil. (Photo par Stu Forster / Getty Images)

Oui, La Chine a l'objectif officiel de devenir un puissance de premier plan dans le monde du football par 2050 selon un document de politique publié en Mars 2015.

Comme il est le cas avec tout type de directives de politique en Chine, ce qui conduit à surfacturations et malinvestissement. Ou sinon pourquoi serait Shanghai EPOP payer $61.4 millions pour le Hulk moyenne moins-que-joueur brésilien? Rappelez-vous sa non-performance à la Coupe du monde au Brésil 2014?

Pour avoir une idée de la façon dont un grand prix Shanghai SPG payé, tenir compte du coût du ressortissant chinois le plus cher. Linpeng Zhang, qui joue pour Guangzhou Evergrande Taobao, ne vaut $1.3 million, selon la Transfermarkt.com.

Et sinon pourquoi aurait appareil et les constructeurs automobiles chinois acheter des clubs de football européens entiers? Il ne peut pas être juste la directive de politique. Cela peut être un gagnant-gagnant en termes de politique et d'économie pour les Chinois.

Le plus précieux Super League chinoise 11, tous les prix en euros. (Transfermarkt.com)

Le plus précieux Super League chinoise 11, tous les prix en euros. (Transfermarkt.com)

Premier, il est un moyen facile pour ces entreprises d'entonnoir d'argent hors du pays. Les entreprises chinoises achètent tout ce qui ne boulonné, appel d'offres pour $119 milliards de dollars de sociétés étrangères dans les cinq premiers mois de 2016 seul.

Seconde, il est vrai que le président Xi Jinping est personnellement pousse l'initiative. Donc tout le monde qui est le marquage le long gagne quelques points browny et obtient d'accroître leurs avoirs d'actifs étrangers à un moment où la économie chinoise ralentit et la monnaie peut dévaluer à tout moment.

Les chiffres sont faibles en comparaison, mais néanmoins remarquable. Depuis 2014, Les entreprises chinoises dans l'immobilier, retail, fabrication, ainsi que l'énergie ont investi $1 milliards en 10 clubs de football européens comme Manchester City et Internationale Milano.

Autres offres, comme GSR Capital proposé $825 million face à prendre sur l'AC Milan et Fosun International $59 millions confirmé reprise pour l'Angleterre Wolverhapton Wanderers serait presque le double de ce chiffre.

Joueurs

Comme pour les joueurs, Super League chinoise a passé $145 millions sur des joueurs cette année et un énorme $443 millions au cours des fenêtres de transfert de l'année dernière, selon les données fournies par Transfermarkt.com.

Hulk est le joueur le plus précieux et autres transferts notables incluent Colombien Jackson Martinez ($46 million) de Atletico Madrid et Ramirez de Chelsea ($31 million).

Malgré la $600 millions dépensés, toutefois, Transfermarkt.com Seules les valeurs tous les joueurs de la Super League chinoise à $360 millions et la ligue tire dans un simple $200 millions en revenus de la télévision pour cinq ans. Ainsi, les entreprises chinoises et super-riches derrière les clubs doivent combler l'écart des revenus (les salaires coûtent trop d'argent), ce qu'ils font volontiers.

les entreprises chinoises et les investisseurs ont la réputation de payer trop cher pour rien de Vancouver immobilier aux établissements vinicoles australiens, mais pourquoi?

Si l'évaluation des gestionnaires de fonds de couverture comme Kyle Bass est vrai, la détention de dépôts bancaires chinois peut entraîner des pertes plus élevées que trop cher pour un club de football européen ou un joueur brésilien.

Il pense que la Chine fera face à une crise bancaire et une dévaluation de la monnaie: «Ça va leur coûter 30 pour cent du PIB. Perte donnée par défaut seront plus 80 pour cent, ils vont perdre $3 billion de dollars en capital de la banque, ils ont seulement $2 trillions là,»At-il déclaré dans une interview avec RealVisionTV.

Si son scénario est vrai, un portefeuille diversifié d'or, bitcoin, Vancouver immobilier, et certains joueurs de football devraient résister à la tempête.

Read the full article here

Pigeons sont vus devant le Nasdaq MarketSite à Times Square à New York à New York sur Juin 16, 2015. (KENA BETANCUR / AFP / Getty Images)Pigeons sont vus devant le Nasdaq MarketSite à Times Square à New York à New York sur Juin 16, 2015. (KENA BETANCUR / AFP / Getty Images)

Le marché mondial IPO a ralenti dans la première moitié de 2016 en raison de la volatilité croissante des marchés financiers. Beaucoup d'entreprises qui veulent lever des capitaux ont dû reporter ou d'annuler leurs plans pour rendre public.

"Bien que de nombreux candidats IPO sont à l'affût des opportunités d'investissement rentables, ils restent prudents et retiennent pour l'instant,«Cabinet de conseil a déclaré, Ernst & Jeune, dans un report.

Le nombre d'introductions en bourse a chuté de 38 pour cent par rapport à la première moitié de 2015 et le montant levé est en baisse de 61 pour cent, les plus faibles depuis 2009.

Chine ralentissement économique, bas prix du pétrole, et Brexit dopé la volatilité des marchés financiers mondiaux et une diminution de l'appétit pour les nouvelles émissions.

Les perspectives économiques mondiales sombre a également fait des candidats IPO plus hésitants.

- Alessandro Miolo, Ernst & Jeune

Il n'y avait que 437 Introductions en bourse dans le monde entier dans la première moitié de 2016. L'activité dans le marché des IPO a repris au deuxième trimestre, après une période de stagnation au premier trimestre. However, "La première moitié de l'année globale est restée nettement moins que l'an dernier,», A déclaré Ernst & Jeune.

"Les perspectives économiques mondiales sombre a également fait des candidats IPO plus hésitants. Les mois d'été ont été plutôt calme jusqu'à présent à l'égard des offices de propriété intellectuelle. L'incertitude a augmenté avec Brexit,»A déclaré Alessandro Miolo, associé chez Ernst & Jeune.

Le marché des IPO chinoise a baissé le plus au 58 pour cent, en raison de la crise économique du pays. L'argent recueilli dans le marché des IPO chinoise a chuté de 84 pour cent de $30 milliards de $4.8 milliards dans la première moitié de 2016.

L'argent recueilli dans le marché des IPO chinoise a chuté de 84 pour cent.

- Ernst & Jeune

Il est intéressant de, Introductions en bourse du secteur de l'énergie dans le monde entier ont établi un nouveau record en 2016. Il y avait 7 des offres qui ont amassé plus $1 milliard. La plus grande IPO était la cotation de l'opérateur du parc éolien danois Dong Energy, qui a soulevé $2.6 milliard.

Europe, aussi, baisses subies, mais il a été la région la plus active dans le monde, avec 65 IPO $12.9 milliard. Six des dix plus grandes introductions en bourse dans le monde entier ont eu lieu en Europe.

Les Etats Unis. activité IPO (Factset)

Les Etats Unis. activité IPO (Factset)

US Lags

Introductions en bourse aux États-Unis ont également diminué fortement. Le nombre d'entreprises allant fell publique 50 pour cent cette année. Le total des fonds mobilisés à partir IPO a chuté de plus 60 pour cent, selon Renaissance Capital, un cabinet de conseil IPO. Tant le nombre d'introductions en bourse et le montant d'argent recueilli a marqué le plus bas depuis 2009.

L'activité IPO dans le U.S. secteur de la technologie tarie avec seulement trois offres publiques initiales dans la première moitié de l'année.

- Factset

Il pourrait y avoir une certaine hausse dans l'activité future si: "La vague d'introductions récentes et signal de dépôt initial que la fenêtre IPO commence à rouvrir,"A déclaré Renaissance Capital dans son 2016 rapport sur les perspectives IPO.

L'activité IPO dans le U.S. secteur de la technologie tarie avec seulement trois offres publiques initiales dans la première moitié de l'année. Le récent offre publique de Twilio, une entreprise de communications en nuage, acclamé investisseurs que les actions de la start-up ont grimpé 92 pour cent sur le premier jour de négociation.

However, la $150 millions soulevé était bien en deçà de la moyenne de l'an dernier $341 millions dans le secteur des services de technologie, selon Factset, un cabinet d'études de marché.

Les Etats Unis. industrie de la biotechnologie a été le principal moteur de la croissance du volume IPO au cours des dernières années.

"De 2013 à 2015, aucune autre industrie est venu près d'égaler le volume Biotech industrie IPO,»Déclare Factset.

Et le S&P 500 l'industrie de la biotechnologie a gagné 106 pour cent depuis 2013, surperformant le S&P index. Plus récemment, toutefois, ces entreprises ont lutté, tombant presque 20 pour cent dans la dernière 12 mois.

"Il sera intéressant de voir si ce plongeon dans la performance conduit à moins d'entreprises de biotechnologie qui entrent sur le marché public à l'avenir,», A déclaré Factset.

vitalité continue dans le M&Un marché est également un ralentissement des activités IPO. Une vente bien organisée est beaucoup plus facile à contrôler que l'IPO, qui dépend de nombreux facteurs externes, selon Ernst & Jeune.

«Les entreprises et les entreprises qui souhaitent disposer de subdivisions private equity ont tendance à préférer une vente sur une IPO, d'autant plus que les investisseurs stratégiques sont très désireux d'acheter. Les prix peuvent être poussés jusqu'à,"Crumb dit.

Capture d'écran 2016-07-21 à 11.23.14 UN M

IPO Retirée ou reportés aux États-Unis, deuxième trimestre de 2016 (Factset)

Read the full article here

Une femme utilise son iPhone dans un magasin Apple à Shanghai sur septembre. 25, 2015. (Johannes Eisele / AFP / Getty Images)Une femme utilise son iPhone dans un magasin Apple à Shanghai sur septembre. 25, 2015. (Johannes Eisele / AFP / Getty Images)

BEIJING Apple est poursuivi par une filiale de la réglementation de la radiodiffusion de la Chine sur un film de propagande plus 20 ans, dans la dernière bataille juridique pour le géant de la technologie en Chine au cours des dernières semaines.

Un tribunal de Beijing dit que l'affaire a été portée par un centre de production qui allègue que Apple a violé ses droits exclusifs en ligne pour diffuser un film qui dépeint les combats chinois contre les soldats japonais dans le nord de la Chine dans les années 1930.

Le demandeur poursuit également le développeur et exploitant de l'application Youku HD disponible sur l'App Store d'Apple qu'il dit utilisateurs a permis de regarder le film et l'a fait "d'énormes pertes économiques,"Selon la Cour de Beijing Haidian populaire du district.

Le tribunal dit qu'il a accepté l'affaire introduite par Movie Satellite Channel Program Centre de production qui relève de l'Administration d'Etat de la Presse, Publication, Radio, Film et Télévision.

Le demandeur allègue que Apple a violé ses droits en ligne exclusifs de diffusion "Xuebo dixiao,», Qui se traduit librement par« Lutte sanglante avec l'ennemi féroce "et a été montré la première fois en 1994.

Le centre de production poursuit également Heyi information et de la technologie (Beijing) Company Ltd., qui a développé et exploité l'application Youku HD, le tribunal a déclaré dans un communiqué en ligne jeudi.

L'application est vendue par Youku.com, selon les informations sur le site iTunes d'Apple. Le site Youku est l'un des plus connus films et de programmes de télévision des sites de streaming de la Chine et est possédée par Youku Tudou Inc., qui est cotée à la Bourse de New York.

Le demandeur souhaite que les deux entreprises de cesser immédiatement la diffusion du film et demande une compensation de 50,000 yuan ($7,500) plus sa «dépense raisonnable» 20,158 yuan ($3,000) pour tenter d'arrêter la violation de ses droits, le tribunal a déclaré.

demandes envoyées par courriel pour commentaire à porte-parole d'Apple n'a pas répondu samedi, et un porte-parole de Youku Tudou n'a pas été en mesure de commenter immédiatement.

apple Inc. a des revers juridiques récemment rencontrés et d'autres obstacles en Chine, son deuxième plus grand marché mondial.

En avril, elle a suspendu ses iBooks et iTunes services Films, aurait dû à une commande par les régulateurs chinois.

En mai, une propriété intellectuelle de Beijing tribunal à Beijing a ordonné à Apple de cesser de vendre son iPhone 6 et iPhone 6 Plus dans la ville, après avoir constaté qu'ils regardent trop comme un modèle fabriqué par une petite marque chinoise. Les ventes de téléphones se poursuivent alors que les appels d'Apple.

Aussi ce mois, Apple a subi un autre revers quand un tribunal a jugé qu'une société chinoise est autorisée à utiliser la marque iPhone sur les sacs, portefeuilles et autres articles en cuir.

Read the full article here

Une femme sort du Club d'un Sam à Shenzhen, dans la province du Guangdong sud de la Chine, le nov. 15, 2015. (AP Photo / Ng Han Guan)Une femme sort du Club d'un Sam à Shenzhen, dans la province du Guangdong sud de la Chine, le nov. 15, 2015. (AP Photo / Ng Han Guan)

Walmart a dit qu'il allait vendre son chinois e-commerce en ligne entreprise à JD.com, dans le cadre d'un Alliance stratégique entre les deux sociétés. En retour, Wal-Mart Stores Inc. (NYSE:WMT) sera propriétaire 5 pour cent de JD.com Inc. (Nasdaq:JD), la plus grande société de commerce électronique de la Chine par les recettes.

JD.com va acquérir Yihaodian plate-forme de marché de Walmart, y compris la marque, site Internet, et application. Sur la base des cours de l'action récente de JD.com, le stock entente est évaluée à environ $1.5 milliard.

JD.com a une activité très complémentaire et est un partenaire idéal qui nous aidera à offrir de nouvelles expériences convaincantes qui peuvent atteindre beaucoup plus de clients.

- Doug McMillon, Président et CEO, Walmart

Yihaodian, lancé par deux entrepreneurs chinois en Juillet 2008, est une plate-forme e-commerce vend des produits d'épicerie. Walmart a d'abord investi dans Yihaodian dans 2011 et a pris le contrôle total de la société en 2015.

"JD.com a une activité très complémentaire et est un partenaire idéal qui nous aidera à offrir de nouvelles expériences convaincantes qui peuvent atteindre beaucoup plus de clients,», A déclaré Doug McMillon, président et chef de la direction de Walmart dans un communiqué de presse.

Les actions de Jingdong Mall a bondi de près de 5 pour cent à $21.06 sur le Nasdaq Stock Market lundi après-midi. La société e-commerce dont le siège est à Beijing est un concurrent majeur de Tmall Alibaba. Elle vend de l'électronique, téléphones portables, et les ordinateurs en ligne et tente d'élargir son offre de rivaliser avec Taobao et Tmall Alibaba.

Walmart et JD.com ont convenu de faire équipe dans plusieurs domaines stratégiques en Chine, y compris à la fois la vente au détail en ligne et hors ligne.

Dans le cadre de l'accord, Walmart continuera d'exploiter l'entreprise de vente directe Yihaodian et sera un vendeur sur le marché Yihaodian. Les deux sociétés travailleront ensemble sur la croissance de la marque Yihaodian et affaires sous le nom et la position actuelle du marché.

Club China Sam va ouvrir un magasin phare sur JD.com, étendre la disponibilité de haute qualité importés les produits de Club de Sam à travers la Chine. Il offrira des produits à travers le réseau de l'entreposage et de la livraison à l'échelle nationale de JD.com.

Walmart et JD.com vont utiliser les deux chaînes d'approvisionnement pour créer des synergies, y compris l'élargissement de la gamme de produits importés.

Les experts estiment, la formation d'une alliance avec JD.com pourrait donner Walmart une meilleure chance de rester compétitifs sur le marché chinois et d'augmenter ses ventes au détail.

-

Les magasins de Walmart Chine seront répertoriés en tant que détaillant préféré sur O2O JV Dada JD.com, la plus grande foule de source livraison plate-forme de la Chine. Ce partenariat va générer du trafic en ligne pour les magasins Walmart et permettre aux clients de commander des aliments frais et d'autres articles. Walmart continuera à exploiter ses propres magasins physiques.

La Chine offre d'énormes opportunités pour les détaillants en ligne et hors ligne. However, il a aussi des défis importants en raison du ralentissement économique récent et une concurrence féroce. Les experts estiment, la formation d'une alliance avec JD.com pourrait donner Walmart une meilleure chance de rester compétitifs sur le marché chinois et d'augmenter ses ventes au détail.

"Nous sommes ravis de faire équipe avec un leader fort dans JD.com,», A déclaré McMillon. "Nous sommes également impatients d'offrir aux clients un très grand nombre de produits de qualité importés pas déjà largement disponibles en Chine par Walmart et le Club de Sam."

"Nous sommes impatients de développer Yihaodian, qui a une force énorme dans les régions importantes de la Chine orientale et australe. ... Nous sommes également ravis d'accueillir Club de magasin phare de Sam sur la plate-forme JD.com. est unique Club de Sam, sélection de produits haut de gamme répond à la demande de plus en plus les consommateurs aisés de la Chine de haute qualité, produits importés et a déjà prouvé populaire dans les villes chinoises où il a des magasins,"A déclaré Richard Liu, PDG de JD.com.

Read the full article here

Les commerçants chinois aiment spéculer sur tout ce qui est pas boulonné. Ils ont donc pris efficacement sur la monnaie virtuelle Bitcoin, représentation 90 pour cent des volumes d'échanges mondiaux. Et si la négociation du crypto-monnaie Bitcoin volatile ne suffisait pas, BitMEX leur offre la possibilité d'utiliser l'effet de levier ainsi.
«Notre objectif est de laisser quiconque parier sur quoi que ce soit à tout moment,"BitMEX fondateur Arthur Hayes a déclaré à Bloomberg. Le 30 ans ex-Citigroup trader fondé BitMEX à Hong Kong il y a deux ans, modélisation après le Chicago Mercantile Exchange (CME). Le CME permet aux commerçants d'acheter ou de vendre de grandes quantités de matières premières ou d'instruments financiers mettant peu d'argent vers le bas.
Ce processus est appelé à spéculer sur la marge, un processus BitMEX a pris le monde de crypto-monnaie. Traders doivent déposer Bitcoin (ou d'autres cryptocurrencies) au lieu de dollars ou d'euros ou de yuans pour financer leurs comptes.
Ils peuvent ensuite utiliser un Bitcoin pour acheter une valeur de contrat 100 Bitcoin-100 fois l'effet de levier et maximale de l'échange BitMEX facture des frais de 0.005 pour cent pour chaque transaction.
Comme pour le change réel à terme à Chicago et ailleurs, tous les commerçants font entre dans un contrat légal, qui est réglé en espèces (ou cryptocash dans ce cas) après son expiration ou le commerçant est arrêté sur. Immobilier bitcoins, altcoins, éther, ou daos-all cryptocurrencies-ne change de main.
Dans l'exemple ci-dessus, un commerçant peut acheter une valeur de contrat 100 Bitcoin pour une seule bitcoin. Si le prix monte 5 pour cent le professionnel 5 Bitcoin ou 500 pour cent de retour sur son origine 1 investissement bitcoin. However, si les baisses de prix 1 pour cent, il perd 100 pour cent ou la totalité de son investissement initial. Il n'y a aucune chance d'acheter et de détenir, ou attendre que le prix récupère.
Ceci est similaire à des échanges de propagation-paris réguliers comme Alpari ou les magasins de seau des années 20 rugissantes.
Un aperçu de la négociation tableau de bord BitMEX (BitMEX)
Les algorithmes du change et des programmes informatiques assurez-vous que les gagnants et les perdants toujours dehors à zéro, nouveau semblable à la véritable échange à terme. However, à la différence du modèle de rôle, gagnants peuvent être invités à subventionner les perdants parfois.
"Contrats BitMEX ont un effet de levier. Dans de très rares cas, les bénéfices peuvent être réduits au cours de certaines périodes de temps, s'il n'y a pas assez d'argent sur l'échange pour couvrir les bénéfices des utilisateurs,"Il est dit sur le site Web de l'entreprise.
La société veut élargir son offre au-delà de cryptocurrencies donc les spéculateurs chinois peuvent parier sur indices financiers occidentaux et les stocks et les Occidentaux intéressés par les actions chinoises peuvent miser sur les marchés financiers du continent.
Alors que la Chine a réglementé les transferts d'argent entrant et sortant et les investissements, Bitcoin peut circuler librement, rendant possible pour les Continentaux et les Occidentaux de fonder leur compte et commencer à paris.
Parce qu'ils ne sont pas vraiment acheter ou vendre quoi que ce soit et simplement conclure des contrats, BitMEX n'a ​​pas besoin de se soucier de déplacer les produits financiers sous-jacents.
Jusque là, l'entreprise est loin de son objectif d'avoir «quiconque parier sur quoi que ce soit," toutefois. Chinoise ne peut parier sur U.S. les taux d'intérêt du dollar (un contrat) et les Occidentaux ne peuvent miser sur l'indice des actions FTSE China A50 (un contrat.)

Read the full article here