Un processus de travail de la soie à Kim Jong Suk Silk Mill à Pyongyang, Corée du Nord en Février 21, 2017. 
Ed Jones / AFP / Getty ImagesUn processus de travail de la soie à Kim Jong Suk Silk Mill à Pyongyang, Corée du Nord en Février 21, 2017. 
Ed Jones / AFP / Getty Images

En juin 19, du Japon Revue Nikkei asiatique ont rapporté que les autorités chinoises avaient demandé un certain nombre de sociétés nationales de ne pas embaucher des travailleurs de la Corée du Nord. La commande a été communiquée dans des moyens implicites, tels que l'accord verbal et d'autres instructions informelles, une source non identifiée a déclaré Nikkei. Aucune déclaration officielle ou de l'ordre a été émis.

En mai, The Associated Press signalé que la Chine avait fait un « certain nombre de choses ... » sur les entreprises chinoises qui traitent de la Corée du Nord, citant le secrétaire adjoint par intérim de l'Etat Susan Thornton.

Les rapports suggèrent une nouvelle immersion dans la relation sino-coréenne du Nord, qui a atteint des bas inhabituels ces derniers mois.

China, mais seul allié et aussi un Etat communiste de Corée du Nord, a accepté d'appliquer des sanctions internationales contre le régime de Kim Jong Un sur sa poursuite continue des armes nucléaires et des systèmes de livraison. Une interdiction sur les importations de charbon en provenance de la Corée du Nord est en place depuis Février de cette année, couper les sources vitales de devises du pays soutenir l'économie fragile.

Selon Reuters, citant une 2015 rapport de l'ONU, au moins 50,000 Les Nord-Coréens ont vécu service à l'étranger en tant que travailleurs, envoyer des milliards de revenus à leur pays d'origine.

China, aux côtés de la Russie et les Etats du Moyen-Orient, est l'un des principaux pays d'accueil.

Les Nations Unies ont élargi les sanctions contre la Corée du Nord en Juin 2, 2017, condamnant les essais nucléaires répétés du pays. Jusqu'à présent, les sanctions ont fait preuve de peu de poids sur le gouvernement nord-coréen, qui a mené plusieurs essais de missiles anti-navires en Juin dans la mer du Japon 8. Un diplomate nord-coréen a répondu à la résolution, appelant les sanctions « un acte hostile à « étrangler complètement l'économie nationale Corée du Nord ».

La Chine a également renforcé son contrôle de la sécurité des frontières, selon l'agence Associated Press. Lu Kang, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères en Chine, a déclaré que la Chine sera « strictement » mettre en œuvre des sanctions de l'ONU.

Read the full article here